Le second principe est que nulle religion ne doit considérer que ses fondements peuvent réglementer toute la société. Celle-ci doit au contraire viser à être une société autonome définissant elle même ses règles de vie commune et ne les cherchant pas dans une Vérité révélée

Ce livre s’alarme du fanatisme islamiste à l’origine des attentats de janvier et novembre 2015 en France et de ceux perpétrés partout dans le monde. Il  crée un climat de peur dans le pays, le déstabilise, dresse les Français les uns contre les autres, s’attaque aux principes de la démocratie. Il vise à nous assigner à des identités ethniques ou religieuses.

Couverture © Evano Couverture © Evano

 Confronté à cet habillage religieux d’un projet totalitaire, nous devons rendre à la politique tout son espace, en  refusant d’assimiler les fanatiques à des opprimés, et les opprimés à des fanatiques.

 Face à ces dérives, nous devons définir le camp de la démocratie, celui où les adaptations des lois à l’apport de la religion et de la culture musulmane sont pesées à la balance de la laïcité, de la liberté de conscience et d’expression, de l’égalité des hommes et des femmes.

Une partie de la gauche refuse de voir ce danger et  assimile à de l’« islamophobie » toutes les critiques de l’islam et de l’islamisme.

 

 Un des effets collatéraux de ces pratiques criminelles est de provoquer la quête d’une solution simpliste et dangereuse. Celle-ci se concrétise dans la recherche d’un homme (ou d’une femme) providentiel que l’on observe en France à travers la montée du Front National ou d’autres partis similaires en Europe. Mais de fait, les totalitarismes se confortent les uns les autres sous une opposition de façade. Leurs affrontements les renforcent dans la définition de camps « pour » ou « contre ».

 A ceux qui pensent que ces situations se règlent avec le temps, comme par magie, l’histoire n’a rien appris. Les issues heureuses résultent d’une intense mobilisation de personnes lucides et organisées. A l’inverse, les catastrophes proviennent de l’absence d’un regard juste sur les évènements en cours, lorsque l’aveuglement propagé par des « maîtres à penser » devient l’idéologie dominante. Aujourd’hui nous avons mis le doigt dans l’engrenage. La montée du chômage, la crise de la représentativité politique et les conséquences migratoires des conflits du Moyen Orient, sont le terreau sur lequel se développent les idéologies mortifères.

Ce livre est un appel à la lucidité, à regarder la réalité en face Il vise à gagner la guerre des idées et éviter la guerre par les armes dans laquelle on voudrait nous entraîner.

Lien avec les éditions l'harmattan

Vous y trouverez l'introduction en cliquant sur l'icône aperçu

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Je suis allé samedi à 10h à la librairie Harmattan  pour y réaliser l'un des meilleurs investissements (20 euros) que l'on puisse faire

https://www.youtube.com/watch?v=GLWdtpgNjXs

InnocentInnocentInnocent

Échantillon

Page 35 de

Roger Evano - La démocratie face au défi de l'islamisme.

La liberté de conscience hors la loi

En quoi l'interdiction de l'apostasie https://fr.wikipedia.org/wiki/Apostasie et du blasphème https://fr.wikipedia.org/wiki/Blasph%C3%A8me relève-t-elle d'une logique totalitaire ?

Si nous revenons sur la définition de Claude Lefort https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Lefort, la logique totalitaire cherche à effacer "les signes de différenciation des sphères de l'activité humaine". Cornélius Castoriadis https://fr.wikipedia.org/wiki/Cornelius_Castoriadis distingue, dans la vie sociale trois sphères qui fonctionnent selon des logiques distinctes : la sphère publique, celle où se discutent et se prennent les décisions qui concernent tout le monde, la loi commune ; la sphère publique-privée, où les particuliers (qu'ils soient seuls ou roganisés en groupes) se rencontrent pour effectuer des transactions,pour échanger, dans des activités de otutes sortes ; la sphère privée, où les gens s'organisent à leur façon.

D'après cette différenciation en trois sphères, nous voyons que la loi politique commune s'élabore, se discute et s'applique seulement dans la sphère publique. les préceptes religieux n'ont force de lois que pour les croyants dans la sphère privée et éventuellement la sphère publique-privée où se forment et s'expriment les intérêts et les opinions qui ne relèvent pas de la politique commune.

L'interdiction politique et juridique de l'apostasie et du blasphème marque bine la volonté de confondre la sphère publique et la sphère privée.

CoolCoolCool

A bientôt.

Amitié.

Pour info : résumé de "La démocratie face au défi de l'islamisme" http://www.decitre.fr/livres/la-democratie-face-au-defi-de-l-islamisme-9782343089850.html

L'islamisme crée un climat de peur dans le pays, le déstabilise, s'attaque aux principes de la démocratie. Les attentats de janvier et novembre 2015 font partie de cette stratégie. Moins spectaculaires, mais pas les moins dangereuses, sont les attaques contre les libertés de conscience, la laïcité, l'égalité des hommes et des femmes, fondements de la vie commune. Face à cet habillage religieux d'un projet totalitaire, nous devons rendre à la politique tout son espace, en refusant d'assimiler les fanatiques à des opprimés, et les opprimés à des fanatiques.
Gagner cette guerre des idées c'est éviter la guerre par les armes dans laquelle on voudrait nous entraîner.