Gérard Longuet, Eric Fottorino et le « Monde »

Dans les commentaires sur la déclaration de Gérard Longuet, ceux d’ Eric Fottorino dans son éditorial du Monde du 12 mars sont remarquables
Dans les commentaires sur la déclaration de Gérard Longuet, ceux d’ Eric Fottorino dans son éditorial du Monde du 12 mars sont remarquables .Après avoir dénoncé les propos du président du groupe UMP du Sénat il conclut : « Tout se passe comme si l’affaiblissement de l’extrême droite, le soulagement d’être débarrassée de la menace du Front National et la volonté de séduire ses anciens électeurs avait levé les tabous de la droite. Et redonnait libre cours à un vieux fond refoulé, maurassien, nationaliste et volontiers xénophobe. Il serait bon que le président de la république mette un coup d’arrêt à cette inquiétante dérive »

Deux remarques à propos de cette conclusion :

Les propos récents de Sarkozy à La Chapelle-en-Vercors, le jeudi 12 novembre 2009 « Un Français reconnaît d'instinct une pensée française, une région française et il s'y sent chez lui » sont tout aussi maurassiens (cf l’article d’E. Plénel du 8 décembre 2009) que ceux de Gérard Longuet même s’ils sont plus discrets. Fotorino en faisant appel à Sarkozy pour arrêter cette dérive fait comme si Sarkozy était en désaccord avec G. Longuet, alors qu’ils sont dans le même bateau, l’UMP, et développent les mêmes thèses.

Deuxième remarque tout aussi essentielle, Fotorino pour arrêter cette inquiétante dérive s’en remet à un sauveur. Pour écarter le racisme, un homme providentiel suffira. Le citoyen est réduit à invoquer le bon vouloir du Président. Il aurait pu proposer que l’on prie ou que l’on allume quelques cierges. La référence au sauveur nous renvoie à l’image d’un citoyen impuissant dont le seul espoir réside dans la sagesse supposée du Chef. Calmez vos troupes demande E. Fotorino à Sarkozy. Ce n’est plus le citoyen d’une démocratie qui parle c’est le sujet d’un régime pour le moins autoritaire. Singulière dérive quand il s’agit de celle du directeur du « Monde ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.