Pourquoi dire non à l'islamisme

L'appel "Pourquoi dire Non à l'islamisme" vise à rassembler les opposants à ce courant politique qui gangrène notre pays. Si la situation se dégrade depuis plus de trente ans, cela ne va pas s'arrêter demain. L'Appel délimite une route située entre le danger de l'islamisme totalitaire et celui du racisme porté par l'extrême-droite.

Dire non à l'islamisme et oui à la laïcité. Il en va de nos libertés fondamentales, de notre possibilité de vivre ensemble dans le respect et l’émerveillement de nos différences et de nos similitudes.
En signant cet appel chacun s'engage à agir en ce sens.
Il est déjà tard et l'enjeu est énorme.

Nous venons d'éditer notre appel sur change.org

Vous pouvez donc le signer en ligne dès maintenant, en activant le lien : http://chng.it/Q5fwX4Tg

Nous vous invitons à l'envoyer aussi à vos contacts (amis, organisations, réseaux sociaux) pour qu'ils puissent en prendre connaissance et le signer à leur tour.

Pourquoi dire non à l'islamisme ?

Islamisme ne désigne pas la foi musulmane. Ce mot, imparfait, désigne un courant politique qui utilise l'islam comme couverture d'un projet politique totalitaire.

Outre les États qu'il contrôle, outre les guerres intestines qu’il nourrit dans tous les pays de culture islamique, il poursuit, depuis- plus d’un demi-siècle, une stratégie offensive dans les pays démocratiques qu'il prétend punir, déstabiliser. Cette stratégie, de plus en plus ouvertement agressive, se déploie de deux façons complémentaires : la terreur par les attentats et l'emprise idéologique.

Si, depuis plus de 25 ans, l'islamisme fait des victimes partout dans le monde, les dernières années furent, en France, particulièrement ensanglantées. Toutes les manifestations de notre liberté et de notre goût de vivre ont été visées : les journalistes à Charlie Hebdo, les Juifs à l'hyper Casher et à Toulouse, les spectateurs d'un concert au Bataclan, les clients aux terrasses, les catholiques à l'église de St-Etienne-du-Rouvray et, tout dernièrement, à la basilique Notre-Dame de Nice, un entrepreneur décapité dans la banlieue de Lyon, des dizaines de promeneurs à Nice un 14 juillet, des policiers... Plus récemment, alors que se déroulait le procès des complices présumés des tueurs de Charlie Hebdo, un individu a tenté d'assassiner deux employés de l'agence de presse Premières Lignes. Vendredi 16 Octobre, c'est un enseignant, Samuel Paty, qui a été décapité pour avoir rempli une de ses missions : encourager l'esprit critique de ses élèves.

Cet islam politique s’est glissé dans l'école et taraude les différentes institutions afin d’obtenir un statut particulier obéissant à ses propres lois et non à celles de la République. Il prépare ainsi le terreau sur lequel se développent l’exclusion violente puis le terrorisme. Des enfants juifs ne peuvent plus fréquenter certaines écoles publiques. Mila est menacée de mort et de viol depuis des mois.

Cette offensive a bénéficié des renoncements des gouvernements successifs qui, depuis des décennies, ont fait la sourde oreille aux multiples alarmes. Ils ont laissé les islamistes contrôler peu à peu de nombreux territoires. Combien d'élus locaux ont-ils fermé les yeux et autorisé, de fait, ces mainmises communautaires ?

Les prétextes pour relativiser et refuser clairement de condamner les meurtres ont été dix mille fois invoqués. L’accusation “d'islamophobie“ a été dix mille fois brandie par ceux qui voulaient nous faire taire et taxer de racisme toute contestation des dogmes religieux. Cette imposture idéologique vise à empêcher la condamnation des objectifs politiques de l'islamisme. Elle peut servir à valider les thèses séparatistes et communautaristes, et parfois, d'excuse aux attentats.

Nous savons que la grande majorité de nos concitoyens “dits“ musulmans — nous écrivons “ dits“ car parler des musulmans comme d'une entité homogène, c'est vouloir ignorer l’immense diversité des courants de pensée, des cultures, des traditions qui les différencient et, parfois, les opposent. C'est assigner une appartenance religieuse à toute une population en fonction de son origine et non de choix personnels. C'est surtout relayer la prétention islamiste à les représenter tous— nous savons que ces concitoyens, pratiquants, croyants, agnostiques ou athées, sont fondamentalement hostiles au terrorisme. Et que c’est malgré eux et contre eux, que, depuis 25 ans, se fomentent et s’accomplissent, en leur nom, tous ces attentats qu’on appelle “islamistes“.

Certaines institutions musulmanes, le Conseil Français du Culte Musulman, la Mosquée de Paris, en la personne de son recteur, de nombreux imams, ont exprimé clairement et courageusement leur opposition aux fanatiques après l'assassinat de Samuel Paty. Des écrivains, des artistes, des penseurs, citoyens de culture musulmane, français ou pas, très souvent des femmes, combattent inlassablement l'islamisme. Il est vrai que beaucoup d’autres se taisent encore, menacés, intimidés, mais personne, personne n’a le droit de s’approprier leur silence en l’interprétant comme une approbation.

Cependant des parents, des responsables religieux enseignent à des enfants, et cela de plus en plus ouvertement, que les lois de l'islam l'emportent sur celles de la République française.

Il nous faut donc distinguer ceux qui choisissent et acceptent les lois et les principes républicains de ceux qui abusent de toutes les libertés démocratiques pour mieux les abattre.

Nous disons que la démocratie se fonde sur l'acceptation de la conflictualité, dans le débat. Pas dans l’assassinat.

Nous rappelons que la laïcité est un des fondements de la république (article 1 de la constitution). Elle offre le seul cadre dans lequel peuvent cohabiter sereinement des croyances et des philosophies différentes.

Nous réaffirmons l'égalité entre les hommes et les femmes, le droit d’apostasie, le droit de croire et de ne pas croire, le droit à la liberté des orientations sexuelles.

Nous nous opposons aux mariages forcés.

Nous approuvons la loi de 2004 sur l'interdiction des signes religieux ostentatoires dans les collèges et lycées et la loi de 2010 interdisant le niqab, vêtement religieux islamiste dissimulant le visage, dans l'espace public.

Nous sommes l’immense majorité des Français, de toutes origines, de toutes options spirituelles, croyants et incroyants, agnostiques ou athées, à refuser qu'une religion, quelle qu'elle soit, nous impose une façon de vivre et son projet politique.

Nous soutenons ceux qui résistent depuis si longtemps, sans être jamais entendus. À commencer par celles et ceux qui, depuis des années, sont laissés seuls, en première ligne, dans cette bataille. Celles et ceux, les plus menacés dans ce combat, à qui incombe la mission la plus noble qui soit, celle d’instruire nos enfants et d’en faire des femmes et des hommes libres et solidaires.

Nous soutenons ceux qui résistent dans les pays "dits" musulmans à l'extrême-droite islamiste et aux pouvoirs autoritaires.

Nous lutterons contre toutes les manipulations qui tendent à utiliser les événements dramatiques que nous vivons aujourd’hui pour attiser le racisme, déchirer notre société et inciter à plus encore de discriminations que celles dont notre pays a déjà trop à rougir.

Le gouvernement actuel de la France doit se montrer sans ambiguïté dans sa vigilance et sa fermeté vis-à-vis des ennemis de la démocratie et tout faire pour éviter de jeter la suspicion sur les "dits" musulmans vivant en France dans le respect de ses lois.

Mais il doit s’imposer un respect sans faille des lois que lui dicte la constitution démocratique de notre pays, la France, et dont il ne peut, sous aucun prétexte, s’exonérer. Pour ce faire, il se doit de rester sourd aux tartarinades va-t-en guerre, d’où qu’elles viennent.

Nous appelons toutes les organisations, associations, tous les syndicats, partis politiques, tous les médias, toutes les citoyennes, tous les citoyens, à dire non à l'islamisme et à défendre la laïcité. Il en va de nos libertés fondamentales, de notre possibilité de concorde civile dans le respect et l’émerveillement de nos différences et de nos similitudes.

Les premiers signataires:

Roger Evano (auteur, militant associatif)

Marième Siawi Helie Lucas (sociologue algérienne, militante féministe et laïque)

Djemila Benhabib ( journaliste, écrivaine, militante politique canadienne d'origine algérienne)

Jean-Paul Scot (historien et militant laïque)

Annick Karsenty ( féministe universaliste et laïque, présidente Femmes Solidaires Marseille )

Daniel Cueff (maire honoraire de Langouët)

Marielle Billy (ancienne enseignante)

René Louail (syndicaliste paysan)

Daniel Alain (travailleur social)

Rozenn Thomas (institutrice, militante éducation populaire)

Bernard Fanton (militant LDH, Agir en Pays d'Aix, Attac)

Jean Claude Pierre ( militant écologiste)

Anne-Marie Hubat-Blanc ( professeure de français retraitée)

Françoise Leclanche

Chantal Evano (professeure de lettres retraitée )

Joël Labbé (sénateur écologiste du Morbihan)

Centre de Ressources sur la Non-Violence du Pays de Saint-Brieuc

Femmes Solidaires Marseille

Didier Lemaire ( professeur de philosophie à Trappes, membre fondateur du réseau VLC)

Lalia Ducos (présidente de WICUR, militante féministe)

Khadra Ben Mahammed ( militante associative et politique, travailleuse sociale)

Danielle Fanton (infirmière, militante LDH, Agir en pays d'Aix, Attac)

Dany Frenay

André Chervel (linguiste, historien)

Saad Baba Aïssa, présidente de l'association AMEL

Marc Pouvreau (administrateur Réseau Cohérence)

Marie-Françoise Favre (enseignante retraitée)

Dany Colombo (retraitée EN, syndicaliste,féministe.)

Anne Kuhdorf (militante laïque)

Brigitte Marchand

Francis Vanhee (président du CREAL 76)

Gabrielle Origoni (inspectrice de l'IEN)

Catherine Thouvay (professeure)

Gilles Thouvay (architecte)

Paul Cozigon (proesseur retraité)

Coquillon Pierrot

Coquillon Claudine

Bricaire Marcelle (enseignante)

Philippe Barbier-Sainte-Marie

Eugène Blanc ( principal de collège retraité)

Léglise Michel (ingénieur retraité)

Léglise Anne (professeure retraitée)

Muriel Ait-Kaci Huchon (consultante)

Franck Huchon (directeur général)

Lorenzo Huchon (étudiant en sciences politique)

Arthur Vernazobres (documentariste)

Anne Durey

Jean-Pierre Bilski (professeur retraité, essayiste)

Irène Chalchikis

Arthur De Oliveira

Martine Carlier

Tissot Agnès

Pierre Fernandez (ingénieur)

Denise Fernandez-Grundman (artiste peintre)

Syliane Tribondeau (enseignante)

Michel Vulliermet (professeur d'anglais) retraité
Marie Noëlle Goury-Villiermet (professeure de français retraitée)
Michèle Wong (professeure de sciences et technologie )
Brice Wong (ingénieur en hydolique retraité)

Sylvie Dutheil (retraitée Education nationale)

Catherine Baudens (professeure retraitée)

Patricia Neau (utopiste)

Albert-Jean Morazzani (militant associatif et politique)

Pierre Gruffat (DDEN)

Jacqueline Veysseyre

Serge Vial (Retraité)

Françoise Guérin (professeur des écoles retraitée )

Jocelyne Peignet (enseignante retraitée)

Huguette Kerbarh (travailleuse sociale retraitée)

Samuel Constant (enseignant, militant syndical)

Katell Tison Deimat (professeur des écoles)

Emmanuelle Pain (professeur des écoles)

Geneviève Monfort (professeur des écoles retraitée) 

Yves Monfort (Médecin retraité)

Isabelle Guéniou (professeur des écoles)

Martine Quemper-Dewals (travailleuse sociale retraitée)

Riandet Gaëlle

Serge Vial

Jean-Roger Liège

Sylviane Tissot de Caumont (décoratrice)

Michel Saffre

Jean-François Coadou

Monique Savanier-Cosserat (professeure d'histoire-géo retraitée)

Marianne Cathelineau (psychosociologue)
Anick Saland (formatrice à l'Éducation Nationale)
Marie France Michel-Duriez

Anne-Catherine Mangin (enseignante)

Edith Selague (enseignante )

Françoise Guillemare
Isabel Montero-Diaz

Jean-Paul Le Moal (enseignant retraité)
Claire le Guével (enseignante retraitée)
Lévanah Hadjes (enseignante retraitée)

Florence Besson-Reynaud ( enseignante à l'université)
Anne-Marie Tilman ( professeure d'histoire-géographie)
Daniel Journel ( ingénieur agronome retraité)
Danièle Journel (professeur de langue retraitée)
Jean-Paul Grancolas

Gwénaëlle Evano ( professeur documentaliste)

Jean-Christophe Leclerc (professeur d'anglais)

Anne Queffelou (architecte)

Annie Grandchamp
Gérard Grandchamp

Françoise Créné

Annabelle Evano ( professeure des écoles)

Claudine Canévet ( professeure des écoles retraitée)

Catherine Dindault-Texier

Pascal Langlois

Martine Ragon ( militante féministe)

Françoise Saint-Martin (professeure)

Gérard Saint-Martin

Chantal Forestal (auteure, militante laïque)

Katell Pierre

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.