Roger Evano
ex-ébéniste, auteur
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

3 Éditions

Billet de blog 17 nov. 2017

Lettre à Médiapart : Oui, vous saviez.

Il est toujours facile de jouer sur les émotions, il est plus difficile de manipuler les faits. Quelles sont, depuis plusieurs années, les carences de Médiapart, concernant Tariq Ramadan et plus généralement l'islamisme? Ce n'est pas d'avoir couvert les agissements sexuels de Tariq Ramadan, ce dont vous vous défendez, mais c'est de vous être montrés proches politiquement.

Roger Evano
ex-ébéniste, auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La question qui vous est posée est celle de votre complaisance avec les thèses des Frères Musulmans portées par Tariq Ramadan.

La Une de Charlie Hebdo porte deux interrogations : que saviez-vous du comportement sexuel de Tariq Ramadan? Que saviez-vous de son projet politique? C'est la deuxième qui me préoccupe ici, sans pour autant considérer comme secondaires les accusations pour violences sexuelles et viols. Aucun journal, pas plus Médiapart qu'un autre, ne peut être accusé d'avoir caché la double vie de Tariq Ramadan, tant que ses victimes et ses familiers se sont tu. Mais, alors que bien des auteurs et des journalistes, depuis des années, connaissent et dénoncent son projet politique, celui des Frères musulmans et autres fondamentalistes, Médiapart a préféré crier à "l'islamophobie".

Que peut-on reprocher à Médiapart? C'est de ne pas vouloir savoir.

Un de nos grands penseurs et ami de Médiapart, Edgar Morin, dans son premier livre d'entretiens avec Tariq Ramadan, "Au péril des idées", page 25, fait état de sa demande à François Hollande de modifier l'article 1 de la constitution et de remplacer la république "Laïque" par la république "Multiculturelle", à la grande satisfaction de son interlocuteur. Cet abandon de la laïcité par Edgar Morin n'a fait l'objet d'aucune critique de la part des journalistes de Médiapart. Au contraire ils utilisent les termes "laïciste" ou "laïcard", empruntés à l'extrême droite.

Vous qui vous dites féministe, semblez ignorer que Tariq Ramadan ne défend pas l'égalité des hommes et des femmes mais leur complémentarité. Votre féminisme s'arrête aux portes des mosquées.

Vous ne saviez sans doute pas non plus que Rokhaya Diallo, une figure emblématique de la gauche pro-islamiste, fondatrice d’une organisation appelée les « Indivisibles », s’est fait particulièrement remarquer en lançant une pétition en 2011, lors du premier attentat contre Charlie Hebdo. Sa pétition s'intitule: « Pour la défense de la liberté d’expression, contre le soutien à Charlie Hebdo ! » et proclame:"que ce fameux cocktail molotov risque plutôt de relancer pour un tour un hebdomadaire qui, ces derniers mois, s’enlisait en silence dans la mévente et les difficultés financières." Vous ne saviez pas cela, c'est pourquoi vous avez engagé cette plume pour diriger l'émission "Alter-égaux" sur Médiapart. Sa signature accompagnait celles de responsables du Parti des Indigènes de la République (PIR). Après ce même attentat, Tariq Ramadan condamnait Charlie Hebdo pour son "humour de lâche" (émission "revue et corrigée" sur France 5).

Edwy Plénel, vous ne saviez pas, avant de recevoir, en 2015, le prix "du vivre ensemble" de l'association COJEP , que celle-ci est très proche du parti AKP, soutien principal d'Erdogan en Turquie. Vous ne saviez pas, non plus le 22 janvier 2015, quinze jours après l'assassinat de la rédaction de Charlie Hebdo, en déclarant que "La haine ne peut avoir l'excuse de l'humour", que vous attaquiez le droit au blasphème. Or ce droit est au cœur de la liberté de conscience et de la liberté de la presse. En pleine tragédie, vous vous êtes désolidarisé de l'hebdomadaire satirique au moment même où Tariq Ramadan proclamait "Ne venez pas me dire que (les journalistes de Charlie Hebdo) étaient courageux, ça, non (...) C'était avant tout une question d'argent, ils étaient en faillite depuis deux ans et ce qu'ils tiraient de ces controverses visant l'islam d'aujourd'hui et les musulmans, était une manière de se faire de l'argent." (Tariq Ramadan cité par Le Monde 16/11/2017)

Par votre présence aux côtés de Tariq Ramadan et non à ceux des proches des victimes et des survivants de Charlie Hebdo, vous avez épaulé celui qui dira "Je ne suis ni Charlie ni Paris, je suis perquisitionnable". Que signifie ce soutien aux Frères Musulmans et non aux musulmans tués comme hérétiques?

Pendant toute l'année 2015, vous n'avez pas manifesté de soutien à Charlie Hebdo. En mars 2015, le seul meeting d'une partie de la gauche se fera sur le thème de "l'islamophobie". En juin une conférence que vous soutenez s'intitule "Après Charlie: La France, les musulmans et l'islamophobie". Les intervenants sont Emmanuel Todd, Alain Gresh (bras droit de Tariq Ramadan) Rokhaya Diallo et Ismahame Chouder, vice présidente d'islam et laïcité. Médiapart l'annonce ainsi: "On sent monter un discours de haine qui n'est plus le seul fait de la droite et de l'extrême droite. Cette islamophobie se traduit par des agressions de plus en plus nombreuses (...) Venez nombreux". Pas un mot sur le fanatisme religieux, rien sur les agressions antijuives dix fois plus nombreuses à population égale que les agressions antimusulmanes.

Vous ignorez aussi que les seules personnes assassinées en France pour leur religion sont juives ou catholiques.

Alors que vous mettez en lumière le leader frériste médiatisé vous laissez dans l'ombre les nombreux intellectuels et écrivains de culture musulmane d'une toute autre valeur qui mènent depuis des décennies le combat contre l'internationale islamiste. Alors que vous défendez le port du voile vous abandonnez les femmes qui luttent dans le monde au péril de leur vie contre cet éteignoir.

Faut-il vous apprendre que Tariq Ramadan est conseiller politique de l'émir du Qatar et président du "Centre de recherche sur la législation islamique et l’éthique" installé à Doha? Il le dirige avec Y. Al-Quaradawi, le prêcheur islamiste de la chaine Al Jazeera. Que ce pays traite comme des sous hommes les travailleurs émigrés. Que cet émirat dirigé par quatre membres de la même famille est sous l'influence idéologique des Frères Musulmans. La relation du leader religieux avec ce richichisme émirat aurait dû vous interroger.

Vous vous êtes bouché les yeux et les oreilles pour ne pas voir et entendre. "Le plus difficile, c'est de voir ce que l'on voit" (Péguy). Par contre vous n'avez pas eu de mots assez respectueux pour Tariq Ramadan et assez durs pour ceux qui le dénoncent. C'est ainsi que vous ostracisez Caroline Fourest et d'autres auteurs qui donnent l'alerte depuis longtemps. C'est ainsi que "Meddeb est mort, Arkoun est mort, Chebel est mort, après avoir tous crié dans le désert." nous dit Abdennour Bidar.

Comme les chefs religieux ont mobilisé leurs troupes fanatisées contre les caricatures de Mahomet, aujourd'hui vos soutiens appellent à se ranger derrière vous pour une caricature. Au lieu de défendre vos positions par des faits, vous vous enfoncez dans une pathétique surenchére. Vous n'avez pas montré cette qualité que vous évoquez souvent de "penser contre soi même" comme si cette recommandation s'adressait à tous, sauf à vous.

Après l'article de François Bonnet "Tariq Ramadan: croisade des imbéciles", vous avez osé comparer "l'affiche rouge" des nazis de 1944 à la Une de Charlie Hebdo. Assimiler les journalistes de l'hebdomadaire aux nazis est infâme. Vous n'ignorez pas qu'ils sont l'objet de nouvelles menaces de mort. Vous présentez votre personne dans la peau du résistant Manoukian et de ses vingt-deux compagnons fusillés. Double falsification. Les seuls éclats que vous risquez de recevoir sont des éclats de rire, les journalistes de Charlie, eux, sont sous la menace de balles d'une toute autre consistance.

C'est tout cela que je vous reproche d'avoir tu, manifestant ainsi votre proximité avec les positions de Tariq Ramadan. Vous n'avez pas su proclamer une solidarité sans faille à Charlie Hebdo massacré en 2015 en défense de la liberté d'expression. Vous désignez aujourd'hui leurs journalistes comme des cibles possibles dans ce que vous appelez "la guerre aux musulmans".

Ce que les révélations sur la double vie du leader des Frères Musulmans mettent au grand jour, c'est non seulement sa violence envers les femmes qui semble aujourd'hui avérée, c'est aussi, comment des journalistes et des intellectuels, dont vous avez pris la tête, ont rendu opaque le rideau de fumée qui cache ses objectifs politiques.

Vous avez réussi l'exploit de diviser l'opinion française entre les partisans de Charlie Hebdo et ceux de Médiapart. Alors que la Une de Charlie ne fait que viser vos réelles ambiguités, vous n'avez pas voulu comprendre ce qu'elle recèle de vérité. Les plus aveugles sont ceux qui ne veulent pas voir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel