L’alarme

Difficile de ne pas voir dans les résultats des européennes un rude signal d’alarme. Pour que le rassemblement puisse se faire à gauche, encore faut-il que le parti pris de gauche se refonde, qu’il retrouve langue avec ses valeurs, mais qu’il les fasse vivre dans les enjeux, les mots et le formes de regroupement qui sont ceux de notre temps.

Difficile de ne pas voir dans les résultats des européennes un rude signal d’alarme. En avril 2017, Marine Le Pen était en tête dans 9 000 communes ; en mai 2019, le RN l’est dans plus de 25 000 communes métropolitaines. Le total des voix d’extrême droite approche les 29 %, en progrès depuis avril 2017. Face à cela, le total de la gauche reste dans ses basses eaux, un peu mieux qu’en 2017 mais toujours sous la barre du tiers des suffrages exprimés. Quand on accepte que le clivage de la droite et de la gauche perde de son sens, c’est comme toujours la droite qui a le vent en poupe, et dans sa variante la plus extrême.

Les repères anciens se diluant, que reste-t-il ? Pour ceux qui veulent éviter le pire, à gauche et à droite, on accepte le clivage des « ouverts » et des « fermés », des « populistes » et des « progressistes » et on vote LREM. Pour ceux qui, à gauche, cherchent une utilité, même partielle, on est tenté par les Verts, portés par leur vague européenne et leur expérience de la pression parlementaire à l’échelle de l’UE. Pour ceux qui, surtout dans les catégories populaires, veulent exprimer leur colère et leur ressentiment, on vote RN.

Cette logique n’atténue en rien, bien au contraire, l’éclatement du champ politique manifesté par le premier tour de la présidentielle. Le RN a progressé sur 2017 sans avoir de marge d’agrégation majoritaire ; Macron a maintenu le cap malgré son impopularité, en rétrécissant son assise présidentielle d’il y a deux ans. Mais si les européennes ont radicalisé la droite, au détriment des Républicains, elle n’en a pas fait autant de la gauche. Le premier tour d’avril 2017 avait sanctionné l’échec du social-libéralisme de gouvernement. Le bon score de Jean-Luc Mélenchon avait dit qu’à gauche le ton était passé du côté d’une gauche bien à gauche, bien ancrée dans les valeurs d’égalité, de citoyenneté et de solidarité.

De ce point de vue, les européennes sont désastreuses. Les Verts ont tiré leur épingle du jeu, dans la dernière ligne droite, sans qu’une ligne claire leur assure de convertir, dans une élection purement nationale, le capital européen qu’ils avaient déjà reçu autrefois et qu’ils avaient alors très vite dilapidé. Le PCF voulait montrer qu’il existait : il a confirmé un peu plus son déclin et sa marginalisation électorale. La FI s’est campée sur son hégémonie de 2017, a confirmé qu’elle ne voulait plus rassembler la gauche mais le peuple et elle a proposé de faire des européennes un référendum anti-Macron. Elle pensait pouvoir poursuivre son élan vers une majorité et réduire l’impact du RN dans les catégories populaires. Pari perdu : la dynamique majoritaire est enrayée et les 6,3 % de la FI sont bien loin des 19,6 % d’avril et même des 11 % de juin 2017. Quant au RN, il a confirmé que si le parti de l’abstention reste le premier parti des catégories populaires, il est lui-même devenu le premier parti des employés et des ouvriers qui votent. Quand la colère tourne au simple ressentiment du « nous » contre « eux », quand elle ne s’adosse pas à l’espérance, le pire peut advenir.

En règle générale, l’histoire a le plus souvent vu se conjuguer la dynamique des luttes sociales et le vote à gauche ; en 2019, après six mois de mobilisation des Gilets jaunes, c’est l’extrême droite qui prospère. Le référendum anti-Macron s’est retourné contre la FI. Mélenchon et ses amis ont perdu sur leur gauche l’acquis d’avril 2017, sans rien gagner, ni sur les électeurs d’extrême droite, ni sur ceux qui se disent loin de toute sympathie partisane. Les cartes ont été à ce point brouillées que des sondages laissent entendre qu’un bon nombre des électeurs FI de 2019 pourraient être tentés par un vote Le Pen contre Macron, dans l’hypothèse d’un second tour présidentiel Macron-Le Pen.

Les dirigeants des Insoumis pensaient qu’il suffisait d’expliquer que le RN ne voulait pas d’une augmentation du SMIC, pour éloigner les catégories populaires du vote pour l’extrême droite. Le raisonnement était à courte vue : ce n’est pas sur le social « pur » que se fait la différence, mais sur la conception globale de la société, sur la capacité à dire de façon simple ce qui fait que des individus distincts peuvent « faire société ». Ce n’est pas sur le détail des propositions ni même sur le programme que se joue l’hégémonie, mais sur le projet, sur le récit que l’on construit. Celui du RN mise sur le ressentiment, sur l’irréductibilité des différences et sur la clôture ; celui de la gauche devrait miser sur la solidarité, la responsabilité citoyenne, l’ouverture et l’égalité. Ni la vitupération de la caste ni la haine des élites ne sont une porte d’entrée pour un tel récit, qui peut seul donner un sens émancipateur à la colère.

Les éléments ne manquent pas pour l’écrire. Pourtant, dans sa globalité moderne, ce projet n’est pas encore opérationnel, tiraillés que nous sommes toujours entre la nostalgie et la tentation du voyageur sans bagages. Il n’est donc plus temps de tergiverser. On ne rassemblera pas le peuple en tournant le dos à la gauche ; mais, en sens inverse, on ne le rassemblera pas en invoquant des modalités dépassées du rassemblement à gauche. Ni le « populisme » ni l’union de la gauche d’hier ne peuvent être notre horizon.

Pour que le rassemblement puisse se faire à gauche, encore faut-il que le parti pris de gauche se refonde, qu’il retrouve langue avec ses valeurs, mais qu’il les fasse vivre dans les enjeux, les mots et le formes de regroupement qui sont ceux de notre temps. Le maître mot doit rester celui de l’émancipation, individuelle et collective. Mais l’égalité ne peut plus être pensée comme hier, le public ne peut plus se confondre avec l’État administré, la démocratie ne peut en rester à la représentation, la politique ne peut plus s’imaginer dans le seul cadre national et partisan.

Et, surtout, bien au-delà de la gauche politique, le mouvement populaire doit se recomposer, après la longue phase du mouvement ouvrier. Dans sa forme historique ancienne, ce mouvement est forclos, sans avoir été remplacé. La multiplication des luttes trace certes la possibilité de constituer les catégories populaires en multitude agissante ; elle n’en fait pas pour autant un peuple politique, capable d’imposer des normes et d’exercer sa souveraineté. En fait, la déconnexion de la colère sociale et du vote à gauche met le doigt sur une carence, manifeste depuis plus de vingt ans : alors que l’émancipation ne peut être qu’un processus global, le social, le politique, le culturel et le théorique restent cruellement déconnectés. Partis, syndicats, associations, foyers intellectuels cheminent, souvent parallèlement, sans jamais conjuguer leurs efforts. Réarticuler de façon souple les acteurs possibles de l’émancipation, sans hégémonie de quelque structure que ce soit : l’enjeu est tout aussi grand que celui de la recomposition de la gauche politique. En fait, les deux sont inséparables.

 

Roger Martelli

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.