Roland Goigoux
Professeur des Universités
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2021

Liste noire au ministère de l’Éducation nationale

Une histoire vraie, drôle mais triste, où l'on voit comment Jean-Michel Blanquer bâillonne un chercheur qui conteste sa manière d'instrumentaliser les scientifiques.

Roland Goigoux
Professeur des Universités
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Deux protagonistes :

  • Monsieur X est un cadre de l'Education nationale, pilote de la Mission "Maîtrise de la Langue" d’une académie. (L’anonymat est destiné à lui éviter tout ennui avec sa hiérarchie.)
  • Roland Goigoux est professeur émérite à l’université Clermont-Auvergne

Le 7 janvier 2021, courriel de monsieur X à Roland Goigoux

Monsieur le Professeur,

Dans le cadre du plan français, il est prévu de proposer aux CPC de l'académie de XXX, un temps de formation sur la compréhension le XX/05/2021 au matin (9 h à 12 h).

Nous serions très honorés si vous pouviez intervenir devant eux pour leur présenter les processus à l'œuvre dans la compréhension. Cette intervention pourrait présenter aussi les obstacles rencontrés par les élèves et les stratégies les plus efficaces pour les aider à les surmonter.

Dans le cas, où vous ne seriez pas disponible pour cette intervention, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous recommander un des membres du laboratoire ACTE, qui pourrait nous faire profiter des acquis de la recherche du laboratoire.

Vous remerciant par avance de votre réponse, je vous prie d'agréer, Monsieur le Professeur, l'expression de ma parfaite considération.

Le 12 janvier, de Roland Goigoux à monsieur X

Cher collègue,

je vous remercie pour votre invitation et pour la confiance dont elle témoigne.

Je pense être libre à la date indiquée mais, avant d'aller plus loin dans cette réponse, je me demande s'il n'y a pas un malentendu.

Jean-Michel Blanquer a suggéré aux recteurs de ne plus m'inviter car j'étais trop critique envers sa manière d'utiliser la recherche scientifique. Depuis deux ans, je ne reçois plus la moindre invitation d'un cadre de l'Éducation nationale alors que j'en recevais une à deux par semaine auparavant. L'Inspection générale et la DGESCO ont ainsi refusé que je sois sollicité comme expert dans des groupes de travail sur les constellations et sur l'enseignement de la compréhension lorsque Elisabeth Bautier et Marie-France Bishop l’ont suggéré. Récemment encore, la DGESCO est intervenue pour que l'Institut français de l'éducation (ENS Lyon) ne m’invite plus dans ses formations de formateurs. Luc Ria, son directeur et membre du conseil scientifique de l’Education nationale, m’en a informé et l’IFé m’a exclu d’une conférence sur l'enseignement de la lecture documentaire que je devais donner avec ma doctorante Juliette Renaud. http://formation-ife.ens-lyon.fr/training/33/48

En d'autres termes, êtes-vous certain que votre invitation soit soutenue par le recteur de votre académie ?

Très cordialement,

Le 12 janvier, de monsieur X à Roland Goigoux

Monsieur le Professeur,

Je vous remercie de votre transparence.

Je connais surtout la qualité de vos travaux et la dimension que vous évoquez m'avait échappé.

J'interroge donc le cabinet de Monsieur le Recteur.

Avec ma parfaite considération,

Courriel le 15 janvier, de Roland Goigoux à monsieur X

Cher collègue,

Avez-vous obtenu une réponse du cabinet du recteur XXX ?

Cordialement,

Le 19 janvier, de monsieur X à Roland Goigoux

Monsieur le Professeur,

Je souhaiterais pouvoir échanger avec vous par téléphone. Je vous communique mon numéro 06 XX XX XX XX. Si vous préférez que je vous appelle, il vous suffit de m'indiquer le vôtre.

Avec toute ma considération,

Courriel le 19 janvier, de Roland Goigoux à monsieur X

Cher collègue,

c'est entendu, je vous appellerai dans la journée.

Cordialement,

 Appel téléphonique le 19 janvier   (Cordial et chaleureux)

« Je suis très embarrassé, le cabinet du recteur a apporté une réponse négative à ma demande. Nous ne pouvons pas vous inviter. 

Nous le regrettons sincèrement car cette invitation était collective, le groupe Maitrise de la langue accorde beaucoup d’intérêt à vos travaux qui sont une référence pour nous.

Merci de m’avoir prévenu. »


Courriel le 19 janvier, de Roland Goigoux à monsieur X

Cher collègue,

Je vous remercie de m’avoir informé que la réponse du cabinet de monsieur le recteur était négative et avoir ainsi confirmé que j’étais sur la liste noire du ministère de l’Education nationale.

J’imagine que cette réponse était assortie d’une injonction à ne laisser aucune trace écrite de ce refus.

Je vous remercie aussi pour l’intérêt que vous portez à nos travaux.

Vous ne m’en voudrez pas, je l’espère, si je fais mention de cette nouvelle interdiction professionnelle sur mon blog après avoir rendu anonymes nos échanges.

Cordialement,

P.S. A l’assemblée nationale, le 19 janvier, Jean-Michel Blanquer a annoncé son intention « d’assouplir notre système et de donner plus de liberté aux acteurs ".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie