Romain Blanchard
Comédien, metteur en scène
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 mars 2018

Pour une francophonie horizontale, d'intelligence et d'échange, défendons le Tarmac

Le Tarmac, seul théâtre consacré à la francophonie, est menacé de fermeture. À l'heure où le Président de la République annonce un grand projet pour la francophonie, ça ne fait pas très sérieux. Prochain rendez-vous : mobilisation festive le 12 mai à 18h au Tarmac.

Romain Blanchard
Comédien, metteur en scène
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Tarmac est menacé de fermeture.

Un théâtre dirigé avec courage, passion et intelligence par sa directrice actuelle.

Un théâtre qui a fait la preuve tout au long des années de son existence de son attachement à une culture ouverte, porteuse de rencontres et d'échanges humains.

Un théâtre qui considère la francophonie comme un pont vers les cultures qui la bordent et qui se mélangent à elle.

Ce théâtre là est menacé de fermeture.

Où entendrons-nous les paroles de Franz Fanon, de Carole Fréchette, de Daniel Danis, de Patrick Chamoiseau, d'Aimé Césaire ? Où irons nous nous abreuver à la poésie, à la littérature et au théâtre francophones, si porteurs de réalités comme de promesses ?

Le Tarmac est lieu important parce qu'il est un lieu d'invention, un lieu où l'on remet en question ses conceptions, un lieu où l'on découvre d'autres cultures et où l'on se plonge par conséquent plus profondément en soi. C'est un lieu enfin où l'on refait le récit. La francophonie y est inventée, discutée, vivante. Elle y est prise pour ce qu'elle porte en elle de bouleversements intimes comme collectifs. Elle est subversive, elle remet en question - pour le meilleur - nos façons de penser.

Ne serait-il pas temps en effet de se défaire de structures culturelles archaïques qui considèrent que le français - le vrai - ne serait parlé qu'en métropole ? Ne serait-il pas temps de considérer la francophonie comme une chance inouïe d'enrichir notre langue, de s'ouvrir au monde, d'être plus vivants, plus généreux, plus humains ? Ne serait-il pas temps d'accéder à un autre récit, où l'on dépasserait enfin cette culture coloniale néfaste à tous et qui risque de nous entraîner peu à peu vers l'isolement ?

Le Tarmac propose cela, il est une chance pour sortir de cela. Il propose une francophonie libérée de la domination coloniale, qui ne considère pas une culture comme étant supérieure à une autre. En un mot, il propose une francophonie horizontale. Si le funeste projet du Ministère de la Culture venait à se concrétiser, il est à craindre que nous assisterions au retour d'une francophonie verticale et d'une culture de domination à rebours de l'Histoire. Nous y perdrions alors l'échange et l'ouverture, ces conditions essentielles à l'épanouissement d'une pensée vivante.

Le rôle d'une République est d'investir dans les creusets divers où se prépare notre futur et non de tout sacrifier aux intérêts de court-terme. Et si le pouvoir ne peut pas comprendre cela, alors c'est à nous de lutter et de résister. Ne nous y trompons pas : il ne s'agit pas seulement de la fermeture d'un théâtre - ce qui en soi est un signal très inquiétant et contre lequel il faudrait lutter de toutes ses forces - : ce que la fermeture du Tarmac symboliserait aux yeux du monde francophone serait une catastrophe humaine, un déni de réalité, un désinvestissement dramatique sur un enjeu primordial de société et de politique.

Prochain rendez-vous : mobilisation festive le 12 mai à 18h au Tarmac, 159 avenue Gambetta, Paris (20ème arrondissement).

Si vous vous sentez concernés par ce combat, interpellez vos élus, vos partis politiques, écrivez-leur.

Ce théâtre ne doit pas fermer.

Pour signer la pétition  c'est ici

Pour suivre suivre les actualités de la lutte c'est ici et .

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix