Les singes et les cinq bananes

Pourquoi la réforme des retraites a-t-elle - hélas - de vraies possibilités d'aboutir ? Parce que nous sommes un bastion qui se défend et non une armée de conquête. Une parabole illustre la situation : "Les singes et les cinq bananes".

Les singes et les cinq bananes

 

Dans une forêt, les singes dominants décident de faire une réforme.

Ils annoncent au peuple la nouvelle suivante : "Les temps sont durs, et il faut se serrer la ceinture. Avant, vous aviez droit à cinq bananes par jour. Désormais, vous n'en aurez plus qu'une."

À cette annonce, le peuple se révolte, hurle, casse des branches, agite les troncs d'arbres. La détermination est grande de son côté, et la lutte semble pouvoir durer longtemps. Cette fois, on ne se laissera pas faire !

Tout en haut des cimes, les singes dominants regardent le spectacle. Le peuple déterminé ne baisse pas les bras.

Après quelques mois à ce régime là, et voyant que la mobilisation ne donne pas de signes de faiblesse, les singes dominants décident de s'adresser au peuple : "Cher peuple des singes, nous vous avons entendu et nous allons revenir sur la réforme. Vous n'aurez pas qu'une seule banane, vous en aurez trois !"

Le peuple crie victoire ! Se congratule ! Chacun se félicite, se serre dans les bras ! Cette fois on les a eus !

 

Et voilà comment on se fait avoir. À chaque fois, semble-t-il. Par cette entourloupe vieille comme le monde, le pouvoir obtient ce qu'il avait prévu au départ. 

Ne faire que défendre nos droits nous condamne à perdre chaque fois un peu de terrain. Il va falloir passer à l'attaque, camarades.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.