Romain Blanchard
Comédien, metteur en scène
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

2 Éditions

Billet de blog 31 janv. 2016

Un chemin littéraire vers la fin de la guerre

Christiane Taubira est partie. La violence et le caractère raciste des attaques qu'elle a subie rappelle que l'inconscient colonial français est toujours vivace. Comment se défaire de ces constructions mentales archaïques ? Récit d'un parcours littéraire personnel et d'un changement de perception de la langue française, "trésor trouvé dans les décombres de la colonisation" (Senghor)

Romain Blanchard
Comédien, metteur en scène
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une suite de chocs, de secousses, certaines puissantes et spectaculaires, d'autres invisibles et souterraines. Un rapport à une réalité ne se construit pas seulement au fil des événements, il se construit surtout par les mots employés pour la définir. Ces mots racontent beaucoup sur l'état de notre inconscient.

En 2001, je lisais En attendant le vote des bêtes sauvages d'Ahmadou Kourouma. Un choc puissant. Dans une langue française vivace, je voyais l'Afrique décrite par elle-même, sans concession, avec un humour ravageur. Dans la langue du colon qu'elle s'est appropriée comme une arme, cette Afrique se révélait loin, très loin des visions européo-centrées. La réplique de ce premier tremblement de terre a été de me rendre compte à quel point ce livre parlait de la France, par défaut. Ce regard neuf a jeté le discrédit sur tout ce que je pouvais envisager comme étant la réalité de la colonisation, mais il m'ouvrait aussi les yeux sur la nature de la violence des dictatures de la Françafrique. Entendons-nous bien, il ne s'agit pas de passer de l'ignorance à la découverte des faits, il s'agit plutôt d'un changement de point de vue qui bouleverse le rapport à cette réalité.

En 2002, le choc c'est le visage hideux de l'extrême-droite au deuxième tour de l'élection présidentielle. Ce visage qui n'a pas encore appris à porter un masque. Le choc, c'est de mesurer à quel point le passé français n'est pas passé. C'est de voir la rapidité avec laquelle les fantômes du pétainisme, libérés par les attentats du 11 septembre 2001 s'engouffrent entre les fissures du vieux château fortifié qu'est devenu notre récit national.

En 2006, le choc ce sont les émeutes dans les banlieues mais surtout la façon dont elles sont racontées par les médias. C'est aussi la forme de la réponse prise par les autorités. Le choc, c'est d'entendre le mot de "couvre-feu" prononcé par Dominique de Villepin, notre Premier Ministre d'alors. Le "couvre-feu" donc, comme pendant la guerre d'Algérie. La langue coloniale domine, elle est même encore aujourd'hui la langue du pouvoir. La prise de conscience est alors sans ambiguités : notre passé colonial revient à la surface, quelque chose dans notre récit n'a pas été traité, le plus grave étant l'inconscience de la portée symbolique ravageuse dans l'emploi de tels mots. Nous avons retrouvé nos "musulmans" d'Algérie, nous avons retrouvé nos sous-citoyens. Nous reproduisons dans nos frontières les schémas mentaux hérités de la colonisation. Certains demeurent plus Français que d'autres, malgré les beaux discours et les belles intentions.

Si de tels mots et de telles situations se répètent, alors il est grand temps de faire une introspection dans notre récit national, et vite. Dans les années qui suivent j'y contribue, à ma façon, à travers un spectacle. Puis je tente chaque fois que c'est possible des discussions, j'ouvre des débats. Mais souvent je me heurte à l'incompréhension, souvent je lis l'interrogation sur les visages. Souvent j'entends des paroles racistes couvertes par le sacro-saint bon sens, qui est une des murailles mentales les plus efficaces, les plus rétives aux assauts de l'argumentation. Pourtant il est urgent de se raconter. Se raconter sans se juger, mais regarder la réalité en face. Se raconter enfin.

En 2011, un livre vient encourager et corroborer ce point de vue, c'est L'Art français de la guerre d'Alexis Jenni. Dans ce livre, tout est dit de ce rapport compliqué à notre Histoire, tout est raconté de la richesse de notre héritage comme de son traitement problématique. Alexis Jenni nous dit l'importance de changer de point de vue, il nous dit l'urgence de s'affranchir d'un discours colonial qui perdure sous des formes multiples et qui perpétue la violence. Ce livre suggère une révolution de notre pensée. Il faut prendre la mesure de la façon dont nous avons jusqu'ici lu notre histoire, il faut la relire avec des yeux neufs, humains, en un mot métissés. En somme, de la guerre toujours recommencée et toujours perdue, l'auteur propose de passer à une réalité enfin prise en compte, et prise en compte avec les regards de tous ceux qui l'ont traversée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA