Les sciences neurocomportementales, nouvelle avancée du néolibéralisme.

Pourquoi le développement hégémonique des neurosciences nous apprend davantage sur les avancées de l'idéologie néolibérale que sur l'être humain.

Des origines économiques des sciences neurocomportementales à leur utilisation politique en psychiatrie et dans l’éducation.

Le récit actuellement dominant au sujet des sciences neurocomportementales est un récit principalement prospectif et performatif. Nouvel organisateur collectif du sens du progrès social, il se redouble du récit, intime celui-ci, de l’entreprise d’amélioration de soi via la prescription de comportements dans une redéfinition positiviste d’un ensemble de « bonnes pratiques ». Enfin, la nomination à des positions institutionnelles symboliques dominantes de plusieurs représentants de ces disciplines vient légitimer certaines réformes de l’action publique préfigurant un nouveau champ de technologies d’ingénierie politique. Je propose ici de prendre à rebours ce discours dominant et de construire un récit en contrepoint de cette construction souvent anachronique et triomphaliste qui sera le récit du développement actuel du néolibéralisme à la lumière de l’essor hégémonique des sciences neurocomportementales.

 

  Notre expérience politique, dont l’horizon démocratique se réduit chaque jour davantage, s’accommode du développement d’un nouvel imaginaire social que je qualifierai entrepreneuriat neurocomportemental. Le développement de cet imaginaire, correspond à un certain effet de mode décrivant les neurosciences[1] comme le récit prospectif de la grande aventure intellectuelle de conquête du 21ème siècle après la lune et le génome humain qui voit supplanter le progrès technologique au progrès social. Il tient tout autant aux effets de description du cerveau comme objet fascinant se prêtant parfaitement au jeu de la vulgarisation au point que de nombreux médias en ont fait une ligne éditoriale régulière. Certaines maisons d’éditions comme Odile Jacob en sont venues à consacrer la part la plus lucrative de leur catalogue à la vulgarisation des découvertes sur le cerveau pour en faire des recettes de vies et divers produits dérivés[2].

C’est qu’à la découverte de ce nouveau « territoire vierge » qu’est le cerveau vient s’ajouter la promesse du développement d’une nouvelle technologie de découverte du monde par la découverte de soi, faisant de chacun l’entrepreneur de cette grande aventure collective, scientifique et économique avec son propre cerveau et à domicile, au chaud dans le giron des applications de son smartphone[3]. Cette nouvelle rationalité performative se décline quotidiennement dans un ensemble de discours à la tonalité particulièrement conquérante et exaltée d’une évangélisation en marche : en plus d’acquérir une position importante sur le marché des biens de consommation culturels et numériques et de devenir un discours dominant d’explication de l’ensemble des dimensions de l’existence, les sciences neurocomportementales accèdent maintenant à des positions de reconnaissances institutionnelles qui les placent en positions nettes de domination dans les conflits au sein de nombreux champs disciplinaires. Le Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel décerné en 2017 à R. Thaler pour sa théorie des Nudges en économie comportementale, la nomination par J. -M. Blanquer de S. Dehaenne à la tête du tout frais Conseil Scientifique de l’Education Nationale en 2018 et la nomination en avril 2019 au poste - nouveau également - de Délégué ministériel à la psychiatrie de F. Bellivier, chercheur en neuropsychopharmacologie.

 Ce développement de la diffusion et de l’autorité d’une discipline relativement neuve doit, me semble-t-il, être questionnée du point de vue de l’idéologie qui sous-tend ce développement[4] mais aussi du point de vue des formes nouvelles de gouvernementalité qui en résultent. Pour le dire autrement : quelle utilisation politique est faite des sciences neurocomportementales et quel genre de leviers politiques nouveaux concrétisent ces nominations récentes à des postes qui ont été spécialement créés pour l’occasion ?

 

Asseoir son hégémonie par la crise : l’exemple de la psychiatrie

Le contexte socio-économique de ces nominations mérite notre attention. Depuis bientôt deux ans un nombre important d’équipes de soignants en psychiatrie ont lancé différents mouvements de lutte sociale demandant de mettre des moyens au service du sens de leur travail et des conditions d’accueil du public. Un mouvement en est né, le Printemps de la psychiatrie, rassemblant patients, familles, soignants pour un renouveau des soins psychiques à partir de pratiques qui donnent du sens au travail et une dignité à l’accueil[5]. Opposant à une psychiatrie normative, prescriptive et maltraitante car rendue à des impératifs de réduction budgétaires, une psychiatrie humaine, relationnelle et créative. Dans sa réponse, la ministre de la santé a surtout diagnostiqué un problème de méthodes d’organisation et de travail, reprenant ainsi mot pour mot l’analyse des représentants de la Fondation FondaMentale[6].

FondaMental développe et promeut une vision exclusivement biologisante de la maladie mentale et des soins inspirée strictement des paradigmes neurocomportementaux. Elle fonctionne selon le principe d’un partenariat public/privé inspiré du Think Tank l’Institut Montaigne qui œuvre à la diffusion d’une vision néolibérale de l’action publique et a pour partenaires pas moins de sept laboratoires pharmaceutiques, un groupe de cliniques privées, le site internet Doctissimo, l’agence de communication digitale Thinkovery, et pour mécènes Bouygues ou Dassault. Et c’est un chercheur responsable d’un centre expert Fondamental qui a été nommé Délégué ministériel à la psychiatrie. Quand la question du lobbying de FondaMental a été posée à une élue de la majorité, M. Wonner, rapporteure d’une mission flash sur le financement de la psychiatrie[7], sa réponse a été : « Je suis tout à fait pour FondaMental. Etes-vous contre la science ? »

Banderole dénonçant la Fondation FondaMental lors de la manifestation du 22 janvier Banderole dénonçant la Fondation FondaMental lors de la manifestation du 22 janvier

Les méthodes neurocomportementales, permettront selon FondaMental de sortir de l’état d’urgence, récupérant à leur compte la colère des acteurs de terrain en capitalisant dessus de façon honteuse[8]. Le désastre actuel de la psychiatrie ne s’explique alors pas tant par les politiques d’austérité et le management inapproprié à la nature du travail qui découlent d’orientations politiques et de choix de société. La psychanalyse peut éventuellement être parfois évoquée comme responsable du naufrage. Le paradoxe est d’un cynisme étonnant : les méthodes qui contribuent à vider le métier de son sens et contre lesquels la colère des équipes soignantes était dirigée lorsqu’elles transforment la science en protocole asservissants doivent venir répondre au malaise qu’elles ont contribué à alimenter. Nous retrouvons ici une logique qui n’a strictement rien à voir avec la science : profiter d’une crise, capitaliser médiatiquement dessus en récupérant un mouvement social pour finalement légitimer des réformes qui imposeront de façon hégémonique des pratiques qui ont justement produit la crise. Cette logique correspond exactement à celle d’une révolution conservatrice.

 

La transformation des sciences neurocomportementales en sciences de la réforme : l’exemple de l’éducation

Dans la même période, l’école connait une histoire semblable à celle de l’hôpital et les neurosciences y jouent le même rôle. La nomination de J. -M. Blanquer et la création du Conseil Scientifique de l’Education Nationale en 2018 dont la majorité des membres sont des neuroscientifiques marquent l’entrée dans l’éducation des neurosciences à une place d’autorité institutionnelle. La justification qui légitime cette place sera, à peu de choses près, la même qu’en psychiatrie : les inégalités à l’école qui trouvent leur racine dans des inégalités d’accès aux apprentissages ne résultent plus d’un problème de moyens mis à disposition qui renvoie lui-même à un ensemble de choix de société et politiques mais d’un problème de méthodes. Or, grâce à l’IRM (Imagerie par Résonnance Magnétique), nous savons comment fonctionne l’apprentissage quel que soit le contexte social. Il reste à contraindre les enseignants à se former à ces méthodes à l’efficacité scientifiquement prouvées. Ici encore, jamais ne sont pointées du doigt les politiques d’austérité qui ont été appliquées et vont continuer à l’être pour encore longtemps. C’est tout juste si les quelques politiques menées dans l’espoir de résoudre les inégalités sociales ne sont pas, au contraire, accusées de les avoir produites. Souvent, les sciences de l’éducation sont désignées comme responsables ici aussi du naufrage, et dans le sillage de la dénonciation de la psychanalyse, leur manque de scientificité est régulièrement mis en cause.

La méthode mise au point par les sciences neurocomportementales est, pour sa part, proposée par l’association, Agir Pour l’Ecole (APE), qui émane directement là encore de l’Institut Montaigne. L. Bigorgne, directeur de Montaigne en est le président, et J. -M. Blanquer en a été membre du comité directeur alors qu’il a réalisé son livre programmatique L’école de demain[9] avec la participation de l’Institut Montaigne. F. Annor qui est conseillère spéciale au cabinet de J. -M. Blanquer était également salariée à l'Institut Montaigne. Enfin APE est financée par AXA, Bettencourt et le groupe Dassault.

Concernant la méthode, connue sous le nom du dispositif PARLER, elle consiste à un exercice répété de la discrimination phonologique davantage qu’à l’apprentissage réel de la lecture, et de nombreux doutes sont émis sur son efficacité[10]. Au mieux l’évaluation de cette méthode prouve pour l’instant que cette méthode d’entrainement active produit des enfants entrainés activement. Elle est néanmoins étiquetée « Evidence-Based[11] », car « fondée sur des preuves » évaluées par des chercheurs (qui, remarquons-le, sont eux-mêmes membres de APE), et a été imposée de façon autoritaire à la rentrée 2018 dans plus d’une centaine de classes dans le département du Nord au titre d’« expérimentation innovante ». Cela permet maintenant de vendre le Programme PARLER aux enseignants en précisant que « l'efficacité des produits a été scientifiquement mesurée dans le cadre d'un cycle d'expérimentations unique en France, mené sur plus de 10 000 élèves[12] ».  Enfin, au nom de la scientificité prouvée de cette méthode et de l’objectivité de ces résultats, J. -M. Blanquer et APE souhaitent remettre en cause l’autonomie de choix pédagogique des enseignants dans ce qu’ils appellent ironiquement « un pacte de confiance[13] ».

Cet impressionnant tour de passe-passe entre privé et public qui permet à une association privée financée par d’importantes entreprises et rattachée à un think tank néolibéral de tester sa méthode dans les écoles publiques en l’absence de convention passée avec l’Education nationale est en réalité la suite directe de l’aventure Céline Alvarez[14]. Cette chercheuse en neurosciences avait produit une éphémère « révolution » dans l’éducation en réinventant les méthodes Montessori à l’aide des neurosciences. Elle avait été soutenue par J. -M. Blanquer, alors Directeur Général de l’Enseignement Scolaire et son dispositif financé par APE chargée déjà d’assurer l’évaluation d’une méthode qu’elle finançait avec le concours de S. Dehaene. Les résultats n’avaient finalement fait l’objet d’aucune validation sérieuse et le phénomène avait disparu aussi vite qu’il était apparu[15] au point que son nom n’est plus cité qu’une fois sur le site d’APE.

Si, du point de vue des pratiques, il ne reste pas grand-chose de cette « bombe pédagogique », cet épisode avait principalement servi à nourrir une critique forte de l’école publique face au secteur privé concurrentiel[16]. Le livre de C. Alvarez, comme son nom le suggère, s’adressait davantage aux parents qu’aux enseignants qui trouvaient souvent son discours déconnecté de la réalité. C’est justement sur les parents et par son intense médiatisation que « l’effet Alvarez » a été le plus important, en constituant dans l’opinion publique les parents comme groupe d’influence demandant pour leurs enfants ce que le service public ne veut pas leur donner : les méthodes à l’efficacité scientifiquement prouvée et certifiée sur lesquelles la France est en retard de [X][17] années par rapport à [Y][18].

Les méthodes neurocomportementales prennent ici une fonction politique particulière : elles viennent légitimer une première introduction de logique privée concurrentielle dans le champ de l’éducation publique en la présentant comme une évidence scientifique. Cela revient à introduire une logique concurrentielle qui ne dit pas son nom dans un champ qui échappe habituellement à cette logique en s’appuyant sur la population constituée en groupe d’intérêt de sorte à finalement structurer ce champ à partir de cette logique concurrentielle. Cette restructuration à partir de choix du public aura automatiquement pour effet d’entraîner mécaniquement une privatisation du secteur à partir de réformes qui non seulement finiront par être réclamées mais qui seront, de plus, jugées progressistes.

 © Benjamin Royer © Benjamin Royer

 Micropolitique comportementale

C’est un renforcement de ce que D. Madsen Pirie appelait dans la théorie des choix publics, la Micopolitique. Pour cet économiste anglais, fondateur du Think Tank Adam Smith Institute, qui a influencé les méthodes de M. Thatcher en matière de privatisation, la micropolitque a pour effet de produire « un ensemble de techniques, dont l'application a pour résultat de transformer les prestations politisées du "service public" en production marchande et privée. [19]» Pour cela, la micropolitique se proposait de trouver les leviers compensatoires à actionner pour que le citoyen offre en échange sa pleine adhésion à une réforme qui lui sera à terme défavorable.

 « L'offre d'un substitut privé à un "service public" est une stratégie micropolitique que l'on désigne sous le terme générique de "microdéveloppements". Ces stratégies permettent aux gens de modifier eux-mêmes la situation en prenant leurs propres décisions. L'équipe de recherche, par ses propositions, crée une situation où le public est amené à se rendre compte que la liberté du choix est une chose qui compte. Il découvre alors que son avantage est de choisir la solution privée et non le "service public". Ces choix, en s'accumulant, finissent par créer une réalité nouvelle. Les révolutions les plus sûres sont celles que les personnes font elles-mêmes au cours du temps ; celles qu'on appelle des "évolutions".[20] »

           En résumé, l’introduction des neurosciences dans l’éducation, en voulant imposer certaines pratiques, fait passer les réformes néolibérales des politiques publiques pour des conséquences logiques et objectives, offertes par la science qui oriente les choix de chaque citoyen éclairé par les experts nouvellement nommés de sorte à réaliser un état de concurrence naturalisé. Les sciences neurocomportementales rendent ici possible un renversement complet de la participation citoyenne à la délibération démocratique. Elles légitiment une proposition politique qui se veut « révolutionnaire » en mettant en avant des pratiques éducatives dont le principal intérêt revendiqué va être de protéger l’enfant des systèmes de régulation des inégalités de sorte à « libérer les énergies de son développement cognitif selon ses lois naturelles ». La privatisation qui était jusqu’à présent commandée par un simple réalisme dans la rhétorique néolibérale classique devient maintenant la conséquence naturelle des dernières découvertes scientifiques.

 

Le Délégué interministériel à la transformation publique ne dit pas autre chose quand il vante l’intérêt des sciences comportementales pour réformer l’action publique :

« La recherche permanente de la satisfaction des usagers est un impératif pour renouveler la relation de confiance entre l’Etat et ses citoyens. Face au sentiment d’une dégradation des services publics, l’administration doit agir vite et fort. »  […] « Être plus ingénieux et plus ouvert, proposer des solutions adaptées aux comportements réels et aider nos concitoyens à prendre une décision éclairée tout en préservant leur liberté de choix : c’est ce que nous enseignent les sciences comportementales en replaçant les attentes et les pratiques des usagers au cœur de la fabrique de la décision publique.[21] »

 C’est donc parce qu’elles permettent de déplacer un souci structural du champ social pour en faire un problème comportemental individuel qu’une méthode pourra résoudre que les sciences neurocomportementales tendent à s’imposer comme « nouvelles modalités d’intervention de l’État dans l’économie » [22]. De nombreuses propositions de l’actuel gouvernement de réformes des politiques publiques se retrouvent dans les rapports de l’Institut Montaigne dont le directeur, est un proche de l’actuel Président de la République. Un think tank comme l’Institut Montaigne, mais il y en a de nombreux autres à partir desquels nous pourrions faire le même type de remarque, a pour objectif d’influencer les décideurs des politiques publiques en diffusant des idées, « faire sauter les blocages archaïques », les « résistances au progressisme » et finalement réformer par les comportements. Constatant qu’il sera toujours plus efficace de rechercher une modification des comportements en agissant directement dessus que par un processus de délibération collective nous voyons des Thinks tanks progressivement évoluer et s’adjoindre les services de Nudge Units ou se modifier pour les intégrer au sein même de leurs instances et étendre ainsi leur influence sur les gouvernements, faisant des sciences neurocomportementales un levier politique d’un genre nouveau.

     

Ce que les sciences neurocomportementales doivent à la théorie néoclassique en économie

La question centrale va alors être de se demander pourquoi l’utilisation politique des sciences neurocomportementales se fait toujours suivant une même visée idéologique bien précise, visée d’autant plus difficilement critiquable qu’elle revêt des apparences d’objectivité naturaliste.

Un premier élément de réponse apparaît sitôt que l’on remarque comment la promotion des neurosciences comme théorie hégémonique représente un bénéfice, sous la forme d’un apport idéologique majeur pour la doctrine économique dominante. La théorie économique dite théorie néoclassique issue des théories de l’école de Chicago se fonde sur le postulat d’un agent économique pleinement rationnel que l’on désigne habituellement par le terme d’homo oeconomicus.

Dans cette perspective, l’économie comportementale qui intègre les travaux des sciences neurocomportementales, a d’abord représenté une contradiction au modèle idéal de la théorie néoclassique en soulignant in fine que l’agent économique sur lequel se fonde la théorie néoclassique effectue des choix irrationnels. Elle s’est d’abord attachée à décrire cette irrationalité comme le résultat de biais cognitifs puis a proposé des moyens de les corriger. Si,  R. Thaler s’est vu décerner en 2017 l’équivalent du prix Nobel d’économie pour sa théorie des Nudges[23] il faut y voir le signe que, loin de remettre en cause la théorie économique dominante, l’économie comportementale proposait justement de remédier à cette irrationalité en corrigeant ce qu’elle reconnaissait comme « biais comportementaux »[24]. Elle doit finalement son succès principalement aux possibilités qu’elle offre de sauver la théorie économique dominante en proposant des outils pour corriger l’irrationalité de l’agent économique réel et le faire se rapprocher de l’agent économique idéal du modèle néoclassique.

En clair : si le modèle économique dominant ne tient pas ses promesses, il faut y voir les effets des biais comportementaux de l’agent économique, non le résultat de défaillances du modèle idéologique et l’économie comportementale a le mérite d’offrir des outils pour « rationaliser » l’agent économique selon sa raison attendue. C’est le mouvement même du néolibéralisme qui cherche à homogénéiser l’ensemble des champs sociaux autour de la théorie néoclassique aux prix de distorsions de la réalité voir de son déni le plus massif.

Les images de son cerveau auront beau être des plus fascinantes, l’homme neuronal aura toujours pour horizon normatif indépassable l’homo oeconomicus.

 

Les images de son cerveau auront beau être des plus fascinantes, l’homme neuronal aura toujours pour horizon normatif indépassable l’homo oeconomicus. © Benjamin Royer Les images de son cerveau auront beau être des plus fascinantes, l’homme neuronal aura toujours pour horizon normatif indépassable l’homo oeconomicus. © Benjamin Royer

 De là, découle que si en économie les sciences neurocomportementales ont servi d’argument d’autorité à la théorie économique dominante, elles ont en retour été sanctionnées d’un pouvoir symbolique fort. C’est une forme de bénéfice mutuel qui se dessine ici entre l’essor des sciences neurocomportementales d’une part et l’idéologie néolibérale d’autre part. Nous comprenons ainsi pourquoi dès qu’une discipline de science humaine, sous prétexte de pluridisciplinarité dans un projet de recherche, veut gagner en légitimité en intégrant une partie « neuro », elle finit toujours par être absorbée par les neurosciences, au point de devoir se plier à un cadre conceptuel qui lui est pourtant parfois incompatible et de voir son épistémologie singulière confisquée[25]. Pour la même raison, lorsque les sciences neurocomportementales sont appelées pour arbitrer entre des positions opposées et structurantes de la conflictualité interne propre à une discipline de sciences humaines, elles produisent toujours un arbitrage en faveur des thèses les plus conservatrices destituant ensuite, à l’échelle de l’ensemble de la société, la légitimité d’imaginaires sociaux alternatifs. L’énergie que mettent les sciences neurocomportementales à se développer de façon monopolistique au sein d’une discipline dans des rapports violents de conquête concurrentiels avec d’autres approches puise sa source dans la répétition de l’institutionnalisation d’un rapport de force qui est d’abord économique avant d’être épistémologique.

 

De façon générale, la guerre actuelle de légitimité scientifique qui sert depuis les années 90 à restructurer les rapports de domination à l’intérieur des sciences humaines critiques entre « sciences dures » et « sciences molles » est en réalité un déplacement des conflits internes à la discipline économique sur laquelle les autres sciences sont contraintes de s’aligner. Nous l’avons constaté dans le champ du soin à travers la façon dont elles ont fait leur place dans un rapport de force très agressif vis-à-vis de la psychanalyse (notamment autour de l’autisme), de la pédagogie avec des attaques très violentes contre la science de l’éducation et de la formation mais aussi de la sociologie où les neurosciences sont censées jouer scientifiquement en défaveur de de la sociologie critique de P. Bourdieu. En définitive, la guerre n’est pas celle des sciences du cerveau contre la psychanalyse mais de la théorie néoclassique de la science économique contre les possibilités d’alternatives que le néolibéralisme s’attache à confisquer dans nos imaginaires. C’est dans la constitution de tels contrats silencieux que le néolibéralisme se renforce, s’appuyant sur la manière par laquelle la théorie économique dominante peut venir coloniser des imaginaires qui pourraient lui être tout aussi bien opposés.

Pour expliquer l’accession à des positions de reconnaissances institutionnelles de représentants des sciences neurocomportementales, il n’est tout compte fait nul besoin d’invoquer la prétendue efficacité prouvée des sciences neurocomportementales, ni même leur scientificité. L’une et l’autre ne sont que des arguments autoréférentiels performatifs. Les neurosciences sont plus efficaces et plus scientifiques car elles ont concouru à définir ce qui est économiquement utile de décrire comme « la science » et comment doit se prouver « l’efficacité ». Il suffit pour s’en convaincre de constater le nombre surprenant de blogs de coachs en développements personnels qui se présentent comme « experts en neurosciences » (et/ou en « physique quantique » pour certains !) ou bien l’apparition récente dans une publicité pour cosmétiques de la mention « permet une amélioration de la confiance en soi prouvée par des chercheurs en neurosciences ». 

  

Altérer et instituer à partir des praxis et du droit

À partir de ces remarques, un champ d’analyse critique nouveau peut s’ouvrir qui consistera à faire une lecture du néolibéralisme et de ses formes actuelles à partir de ce que les neurosciences apportent en termes de nouvelles technologies d’ingénierie politique[26]. Il s’agirait de produire un récit en contrepoint du récit mythique bien souvent « anachronique et triomphaliste[27] » des neurosciences comme conquête neuronale de l’ouest. Ainsi serait mis en lumière ce que les sciences neurocomportementales doivent non pas à la psychologie mais aux sciences économiques et la manière dont elles se sont construites sur une hybridation entre les paradigmes biologiques aux déterminants naturalistes de la psychologie et le réductionnisme de l’économie dite mainstream. Ainsi comprendre comment l’institutionnalisation elle-même de la discipline s’est faite dans un mouvement d’incorporation de la science économique et replacer nombre de débats scientifiques actuels dans les jeux de forces qui les ont vu se cristalliser pour comprendre comment aujourd’hui les clivages dogmatiques présentés recouvrent en réalité d’autres formes de conflit qui sont des points de fragilité du néolibéralisme des crises précédentes. Ainsi ouvrir à de nouvelles stratégies.

 Le néolibéralisme produit une grande violence sociale et différentes disciplines seront à l’occasion utilisées pour rendre de moins en moins pensable une violence moins incarnée, centralisée. Il est alors nécessaire de réaffirmer que les pratiques de soins font le lien entre la théorie qu’une civilisation se donne de ce que sont la folie et la souffrance psychique d’une part et son degré d’hospitalité qui y fonde le lien social d’autre part. Si une société décrète que la folie est une dégénérescence, alors la pratique est celle de la stérilisation et des chambres à gaz et le lien social est le meurtre. Si une société décrète que la folie est un trouble neurodéveloppemental purement biologique, alors la pratique est un protocole sans parole, le soin passe par la contention et le lien social est perverti. C’est ainsi que la Ministre de la santé a affirmé à l’Assemblée Nationale qu’il ne pouvait y avoir d’usage abusif de la contention et de l’enfermement dans les hôpitaux français sous prétexte que ceux-ci font l’objet d’une démarche de certification[28]. Rappelons que les deux dernières Recommandations en urgences émises au sujet d’établissements de santé (Bourg-en-Bresse et Saint-Etienne) par la Contrôleure Générale des Lieux de Privation de Liberté[29] (procédure exceptionnelle pour dénoncer une violation grave des droits) concernaient des lieux parfaitement conformes à la démarche de certification.

Partant du constat que l’une des contradictions internes les plus fortes du néolibéralisme et source de son autoritarisme est qu’il rend opposable la liberté au respect des droits fondamentaux, faire de la lutte pour le respect des droits fondamentaux le terrain privilégié pour conflictualiser les oppositions sur les pratiques semble une piste particulièrement féconde. C’est celle de la lutte menée par le CRPA, Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie, depuis de longues années pour la défense des droits fondamentaux de personnes psychiatrisées. Cette démarche constitue politiquement une avancée majeure tout à fait novatrice et féconde, dont il semble pourtant que nous tardons à prendre collectivement la pleine mesure. Historiquement, ainsi que le rappelle son président, A. Bitton, c’est par le biais de luttes contre les internements abusifs que les premières paroles de patients émergent pour rendre audibles la voix des psychiatrisés dans l’espace public au sein du Groupe Information Asiles[30]. Rappelons que cette lutte a été à l’origine de rien de moins que l’introduction d’un contrôle judiciaire des hospitalisations sous contraintes sans consentement comme mesures privatives de liberté au terme de saisies du conseil constitutionnel. Elle aura produit du droit.

Ensuite, le discours de casse du service public a récupéré à son compte une critique des institutions des années 70 favorisant un grand mouvement de désinstitutionalisation. Force est de constater que si les institutions en tant que lieux sont moins représentées, les effets de pouvoir sur les sujets n’en sont pas pour autant plus légers. Les institutions sont en réalité invisibilisées, remplacées par des plateformes, rendant plus difficile d’en faire des lieux de contre-pouvoir, de subversion. Le développement des sciences neurocomportementales favorise ce mouvement d’invisibilisation des tensions internes propres au champ social. Dès lors, un point de départ de toute action est de faire réapparaître des scènes publiques dans et par l’action pour y mettre en lumière les effets de domination et faire vivre des institutions comme opérateurs collectifs d’une altération des imaginaires dominants institués[31]. Enfin, les contestations sociales face aux réformes structurales doivent s’incarner dans des radicalités transformatrices qui s’affirment dans leur hétérogénéité et aux logiques de marché et aux tentatives de récupération. Ouverture fondatrice de pratiques collectives vivantes et émancipatrices dans laquelle le travail reste une expérience humaine collective de transformation du monde et de soi inscrite dans un contexte social historique auquel s’articulent nos existences singulières[32]. Cela passera par l’institution de lieux à partir de la transformation du déjà-là et en suivant l’impératif d’étanchéité aux logiques de marché, constituer, par exemple, le service public comme ZAS (Zone à soigner) milieu-environnement qui nous soigne et dont nous devons prendre soin de sorte que s’y déploient la réinvention d’un service public sur lequel réinstituer de la démocratie.

 

 

[1] Sous le terme « neurosciences » sont actuellement mélangées abusivement dans le langage courant des disciplines qui répondent à des épistémologies pourtant différentes de la psychologie expérimentale : psychologies cognitives, comportementales ou neurosciences. Nous lui préférerons ici le terme de « sciences neurocomportementales ».

[2] S. Lemerle, Le biologisme comme griffe éditoriale. Sociologie de la production des éditions Odile Jacob 1986-2001, in Sociétés contemporaines, 2006/4 (no64), p. 21-40. 

[3] La sociologue Eva Illouz propose le terme de marchandises émotionnelles, E. Cabanas et E. Illouz, Happycratie. Comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies, trad. F. Joly, Paris, Premier Parallèle, 2018.

[4] « Les neurosciences sont ainsi apparues comme produit d’appel au sein des nombreuses collections scientifiques alors lancées par des éditeurs généralistes pour des raisons relevant à la fois de l’opportunisme commercial et de la motivation idéologique », S. Lemerle, Une nouvelle « lisibilité du monde » : Les usages des neurosciences par les intermédiaires culturels en France (1970-2000)Revue d'Histoire des Sciences Humaines, 2011/2 (n° 25), p.50.

[5] https://printempsdelapsychiatrie.org/

[6] M. Leboyer, J.M. Llorca, Psychiatrie : l’état d’urgence, Paris, Fayard, 2018.

[7] Rapport d'information déposé en application de l'article 145 du règlement, par la commission des affaires sociales, en conclusion des travaux d'une mission d'information relative à l'organisation de la santé mentale, n° 2249, déposé(e) le vendredi 20 septembre 2019, consultable sur : http://www.assemblee-nationale.fr/15/rap-info/i2249.asp. Pour une analyse du rapport, nous renvoyons aux remarques de M. Bellahsen : https://commedesfous.com/mathieu-a-lu-le-rapport-wonner-fiat-septembre-2019-sur-la-psychiatrie/

[8] Des patients et des soignants « furieux » de la couverture médiatique de leur journée d’action, tribune sur Bastamag.

[9] J. -M. Blanquer, l’Ecole de demain, Odile Jacob, Paris, 2017.

[10] Voir l’analyse qu’en propose P. Devin, inspecteur de l’Education Nationale, P. Devin, Science et pédagogie : déformations et impostures (2) "Agir pour l'école" et PARLER sur le site Mediapart.

[11] La mention est répétée plusieurs fois sur le site de l’association.

[12] https://www.programme-parler.com/

[13] Une école réformée par les RH, http://www.agirpourlecole.org/tag/pacte-de-confiance/

[14] C. Alvarez, Les lois naturelles de l’enfant. La révolution de l’éducation à l’école et pour les parents, Paris, Les Arènes, 2016.

[15] Voir l’enquête de L. De Cock, Céline Alvarez, le business pédagogique, Revue du Crieur, n°6, février 2017, p. 102. Disponible sur Mediapart.

[16] Voir l’excellent dossier de A. Chevarin et G. Chambat, De Montessori aux neurosciences, offensives contre l’école du commun, N’Autre école, numéro spécial Hiver 2018-2019, Paris, Editions Libertalia, 2018.

[17] Mettre ici un chiffre entre 5 et 15 selon l’heure à laquelle vous faites votre conférence.

[18] Mettre ici le nom d’un pays. De préférence un pays scandinave.

[19] D. Madsen Pirie, La micropolitique, comment faire une politique qui gagne, trad. F. Guillaumat, Les Belles lettres, Coll. « Laissez-faire », 1988, p. 365.

[20] D. Madsen Pirie, Micropolitique p. 285. Voir l’analyse que G. Chamayou en propose dans son ouvrage remarquable, La société ingouvernable. Une généalogie du libertarisme autoritaire, Paris, La Fabrique, 2018, pp. 248-261. Il conclut : « La micropolitique néolibérale vise à produire des effets sur la conscience et sur l’action. Altérer radicalement les capacités de penser et les manières d’agir, ceci à un niveau anthropologique. Telle est la radicalité de ce à quoi nous sommes confrontés. » Ibid., p. 261.

[21] T. Cazenave, Sciences comportementales et politiques publiques, inciter plutôt que contraindre, sur le site https://www.modernisation.gouv.fr/sinspirer-pour-transformer

[22] N. Vallois, Neurosciences et politiques publiques : vers un nouvel interventionnisme économique ?, in Revue de philosophie économique, vol. vol. 15, no. 2, 2014, pp. 131-175. 

[23] Les nudges ou « coup de pouce à la décision », consistent en une modification des possibilités de choix, de sorte que la personne adopte le comportement attendu d’elle.

[24] Voir sur ce point H.Bergeron, P. Castel, S. Dubuisson-Quellier, J. Lazarus, É. Nouguez, O. Pilmis, Le biais comportementaliste, Paris, Presses de Science Po, 2018. Voir aussi le site internet en complément du livre, https://lebiaiscomportementaliste.com/blog/

[25] Il me semble pertinent de parler ici d’impérialisme neurocomportemental comme on a pu parler d’impérialisme économique.

[26] P. Dardot et C. Laval proposent ici le terme de neuropolitique, in M. Blay et C. Laval, Neuropédagogie. Le cerveau au centre de l’école, Paris, Tschann & Cie, Paris 2019, p.13-14.

[27] J. M. Abi-Rached et N. Rose, Historiciser les neurosciences, in B. Chamak et B. Moutaud (dir.) Neurosciences et société : enjeux et pratiques des savoirs sur le cerveau, Paris, Armand Collin, 2014, p. 51.

[28] F. Ruffin, Un député à l’hôpital psychiatrique, Fakir Editions, Amiens, 2017, p. 105.

[29] Recommandations en urgence relatives au centre psychothérapique de l’Ain (Bourg-en-Bresse), et au centre hospitalier universitaire de Saint-Etienne (Loire), consultables sur le site internet du C.G.P.L., http://www.cglpl.fr/

[30] « Quand on examine attentivement l’histoire du développement des associations d’usagers en psychiatrie en France, on ne peut que constater que la prise de parole autonome et volontaire de personnes psychiatrisées, se fait historiquement tout d’abord par le biais de la lutte contre l’internement psychiatrique abusif », A. Bitton, Intervention lors d’un colloque du Collectif Contrast. Retour sur un parcours militant, http://psychiatrie.crpa.asso.fr/665.

[31] Pour un exemple de la façon dont une pratique institue d’autres imaginaires, par exemple à l’université à partir de la rencontre entre un  groupe de patients et d’étudiants, voir B. RoyerDes praxis instituantes comme enjeu d’une réinvention démocratiqueConnexions, vol. 111, no. 1, 2019, pp. 37-48.

[32] Les réunions régulières du TRUC, Terrain de Rassemblement pour l’Utilité des Clubs, en sont un merveilleux exemple. http://pagedutruc.unblog.fr/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.