Albert Camus l’Algérien, n’est pas Français*

Pour ceux qui dénaturent l’histoire en nommant notre guerre de libération "guerre d’Algérie" Camus est un étranger. Il est plus juste de dire que c'est un Algérien qui n'était pas un révolutionnaire et à ce titre, beaucoup d'Algériens ne l'étaient pas

 Peut-on revendiquer une nationalité naturelle à titre posthume ?

Si l’auteur de l’étranger a eu le malheur de mourir avant le 11 Décembre 1960, cela ne doit pas nous faire oublier qu’il est né en Algérie, que la majorité de ses écrits parlent de son pays natal.

Qu’est-ce qui fait de lui un Français, comme le prétendent ces intellectuels qui ne se posent pas les questions élémentaires d’identités, comme : où est-il né ? Quelle est sa première adresse, quelle est sa deuxième adresse ….Nous savons que ce n’est pas le fait d’écrire en français. Est-ce le fait de n’avoir pas épousé les thèses du FLN ou celle de ne pas répondre aux conditions du code de la nationalité. Encore une ambiguïté entretenue, entre le FLN d’avant 1962 et le FLN d’après. Le changement dans le code de la nationalité devrait nous inciter à revendiquer la nationalité algérienne d’Albert Camus à titre posthume, au lieu de s’inquiéter d’un lance-boulet qu’aucun rempart n’est prêt à accueillir.

La mort accidentelle de l’écrivain, cette mort prématurée, ne lui a pas permis de vivre décembre, il est mort en janvier. Le fait d’être mort avant décembre 1960, de n’avoir pas vécu cette manifestation qui a prouvé au monde et particulièrement au GPRA (je rappelle que c’est le président du gouvernement provisoire qui a exigé l’arrêt des manifs) et à la France coloniale que les Novembristes ont passé le flambeau, et que ce n’est aucune autre autorité que celle du peuple qui s’est manifestée ces jours de décembre. En tant qu’intellectuel, il ne pouvait que désapprouver toute autorité y compris celle du FLN mais il ne pouvait désavouer tout le peuple de décembre.

Pour ceux qui dénaturent l’histoire en nommant notre guerre de libération "guerre d’Algérie" Camus est un étranger. Il est plus juste de dire que c'est un Algérien qui n'était pas un révolutionnaire et à ce titre, beaucoup d'Algériens ne l'étaient pas. Il était loin d’être un harki et même les harkis restent algériens. Il y a une confusion entre ceux qui veulent le dénaturaliser et ceux qui lui reprochent à juste titre (historiquement parlant) son attitude ambiguë envers la révolution. On ne sortira pas du faux débat sur Camus que certains "nostalgérie" instrumentalisent et utilisent contre la juste décision des Novembristes pour refaire l’histoire.

Je rappelle que le premier à avoir suggéré la désalgérianisation d'Albert Camus a été Ahmed Taleb Ibrahimi, lors d’une conférence  dans les années 60  à la salle Ibn-Khaldoun. L'islamisme ravageur a des racines qui ne trompent pas. Le 18.08.12

*Pour plus de précision sur l'Algérianitée de Camus je vous invite à l’écouter sur Youtube en écrivant le titre suivant : Albert Camus sur la littérature Algérienne et l'Algérie de demain (1958)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.