Saad eddine kouidri

Reporter photographe

ALGER - ALGERIE

Sa biographie
Kouidri Saâdeddine né le 2 Décembre 1943. J’ai milité au PAGS à ETTAHADI-TAFAT et au MDS de 1968 à 2008. Mon métier est Reporter- photographe. J’ai réalisé des reportages, des expositions des diaporamas et ma dernière  réalisation remonte à 2011 avec le DVD « Warda fi sahèt ettarikh ».  je vis et j'habite à Alger.   
Son blog
39 abonnés Les historiens jettent l'éponge
Voir tous
  • La lutte de classe cette étrangère

    Par
    Elle écrit « Un système, qu’il soit politique, économique ou social, fonctionne selon des règles largement inspirées de la nature ». Oui mais quelle nature ? Celle que décrit le biologiste naturaliste Charles Darwin c'est-à-dire la nature en évolution ou celle de l’idéalisme, de la création divine ? Oui la politique du capitalisme s’inspire de la nature sauvage pour maintenir la loi du plus fort.
  • L'AN.P ce parti politique

    Par
    Le capitalisme, toujours en expansion, exige la privatisation de toutes les richesses du monde.  Pour les capitalistes, ce qui n’est pas privatisé ne peut être que mal géré !  Les pays capitalistes... inventent plus d’un subterfuge dont la « démocratie libérale » est leur  cheval de Troie pour s’approprier des richesses publiques des Républiques en voie de développement.
  • La faute à Camus l’algérien et à Marx l’étranger

    Par
    La guerre des mémoires s’en suit obligatoirement et l’aide de la France au Maroc  à l’occupation  du Sahara Occidentale est l’illustration que ce colonisateur  adopte la tactique de l’offensive pour dissuader tout anticolonialiste de se pencher sur ses propres colonies comme la Guadeloupe, la Martinique...
  • Information sur lutte de libération

    Par
    Nous devons admettre que nous avons laissé tomber le peuple sahraoui .
  • La principale décantation politique

    Par
    Quand les islamo-conservateurs tancent la plus ancienne des langues algérienne, c’est surtout pour semer la peur et dissuader ceux et celles qui espèrent plus, c'est-à-dire l’inscription dans la Constitution de l’autre langue maternelle, Eddardja  et leur nouvelle acquisition, la langue Française, celle de la Déclaration du 1er Novembre