Saad eddine kouidri
Reporter photographe
Abonné·e de Mediapart

168 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2022

Vers la liberté des peuples et la neutralisation des armes nucléaires.

Ses agents, les philosophes du fascisme et autres idéalistes jugent que la sélection naturelle n’accomplit  plus sa fonction, développe l’eugénisme qui consiste à l’élimination de l’autre, l’autre race, l’autre handicapé...

Saad eddine kouidri
Reporter photographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Opération militaire russe en Ukraine remet en cause le libéralisme qui domine le monde depuis des siècles sur la base d’une sélection naturelle, non seulement propre à l’animale en sus, figée.  La sélection naturelle est un concept  de Charles Darwin, le fondateur de la biologie moderne, ce naturaliste dont la théorie de l’évolution a été une révolution. Sa théorie fait de la sélection naturelle le moteur de l’évolution spécifiquement biologique en premier lieu. Elle impliquait donc  l’élimination de la vie la moins apte pour consolider, celle qui surmonte  les difficultés de la nature.

 La sélection naturelle, sélectionne les instincts sociaux dont la sympathie va permettre à  l’Homme de tisser des relations avec l’autre  pour survivre.

 Contrairement aux autres animaux, l’Homme à sa naissance est démuni. Il est protégé, les premières années jusqu'à son autonomie et aide à son tour son environnement,  sa « famille ».

La descendance améliorée des instincts sociaux et de la rationalité, l’héritage sur plusieurs générations, consolide la sympathie, la fraternité, la solidarité qui vont non seulement élaguer l’élimination de la sélection naturelle, mais renverser son origine, pour donner naissance à une éthique.

 L'Homme ne va plus se battre sans raison, il va en sus, protéger ses proches. Il va construire un abri, une maison et ne va plus être livré aux aléas du climat. Au fur et à mesure, il va s’opposer à la sélection naturelle en protégeant sa progéniture des prédateurs par exemple. L’Homme va prendre soin du malade, il va nourrir celle ou celui qui a faim,  et va ainsi  s’opposer à l’élimination du faible contrairement à ce que préconise la sélection naturelle. Le Capitalisme ne l’entend pas de cette oreille car son intérêt s'oppose à la morale naturelle.

Ses agents, les philosophes du fascisme et autres idéalistes jugent que la sélection naturelle n’accomplit  plus sa fonction, développe l’eugénisme qui consiste à l’élimination de l’autre, l’autre race, l’autre handicapé, de décourager et parfois d'interdire à l’Etat toute aide aux populations démunies, de leur interdire l’accès aux soins, à l’éducation, au logement. Ces idées réactionnaires ne sont pas des idées nouvelles mais elles sont moins vieilles que le monde. Elles ont l’âge de la philosophie, plus vielles certainement que la religion, puisque cette dernière sacralise l’homme, protège le pauvre et condamne le meurtre. C’est en cela que la religion en son temps était révolutionnaire.

Pour son expansion, le libéralisme déploie l’étendard de toutes les religions à des lieux et des temps différents, les opposer l’une à l’autre et fait croire qu’il respecte les desseins de Dieu. Le Vatican par exemple semble être au dessus des conflits alors que le film « Le Parrain » nous le montre sous son vrai visage, celui de la mafia. Israël  devient un état juif pour éliminer les palestiniens. El-Azhar prône l’obscurantisme de l’islam.

Le libéralisme peut tout manipuler, les sciences, les philosophies, les religions, les idéologies, le terrorisme, sauf la théorie de Darwin, celle de l’évolution. C’est cette raison  qui condamne,  la théorie de Darwin aux yeux du Capitalisme.  Pour ce faire, il ne la dénonce pas, Il fige la théorie de l’évolution au seul livre « L’origine des espèces », tout en appliquant la sélection naturelle à l’Homme pour créer  le « Darwinisme social », une théorie anti darwinienne, qui préconise l’élimination de l’autre !

 La sélection naturelle, ce moteur de l’histoire spécifique à la la biologie se fait sans rupture, jusqu’à son revers pour entamer la naissance des instincts sociaux, en premier les émotions et en second à la rationalité. Il faut rappeler que c’est le mental qui fait la différence fondamentale, entre les autres animaux et l’Homme. Pour s'épanouir, ce dernier  doit être dans un environnement libre. Étant donné que l’Homme est naturellement sociable, il n’est libre que dans un milieu adéquat. Ce dernier a évolué jusqu’à devenir la nation ouverte au monde.

Le Darwinisme social, fait l’ombre à l’œuvre de Charles Darwin depuis deux siècles, jusqu'à sa transformation en une arme redoutable à l’élimination ou la soumission, des nations, des révolutionnaires, des scientifiques,  des cinéastes, des poètes, des artistes, des romanciers. L’exécution de tous ces crimes est confiée entre autres à l’OTAN, aux services de sécurité des pays occidentaux et des royaumes. A tous les néo colonisés à l’instar des islamistes.

Le 24 février 2022 la Russie entame en Ukraine la fin du libéralisme, qui se caractérise en premier par  l'élimination des moins aptes. Les Etats-Unis et non l’Ukraine sont contre, tout en acculant la Russie à une guerre nucléaire ou à une guerre classique sans fin à ses frontières. Tous les pays occidentaux arment et financent l’Ukraine pour affaiblir la Russie et lui faire regretter cette lutte de libération, du libéralisme.

 Notre pays a été du côté de la Russie à l’ONU par deux fois. Nous sommes fiers de ces actes et espérons d’autres similaires, qui parviendraient à l’ONU, de tous les coins du monde, pour imposer la sortie du libéralisme et entamer l’ère de la liberté  des peuples  avec comme premier jalon, la victoire du peuple Ukrainien et Russe. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl