Covid 19 ou la vengeance de la nature

Aujourd’hui  la nature, semble se  venger  à travers l’animal sauvage, parce qu’elle n’a pas été respectée et demain,  ce sera à travers cet Homme que le système capitaliste n'a cessé de déshumaniser.

 Le Covid-19 est naturel et semble atteindre l’homme  à cause de la déforestation, de la déviation des grands fleuves, de l’édification de nouvelles villes  et autres grands travaux  qui ont privé les animaux sauvages, de leur milieu naturel. La thèse de la guerre bactériologique, et les complots sont inventés pour faire croire à la fois à la supériorité de la Recherche scientifique et aux Intelligences Services des pays comme la France et les Etasuniens dans le but de porter préjudice aux magnifiques efforts de la Chine qui est arrivée à juguler le mal. Il faut rappeler qu’une semaine après la découverte du Covid-19, les chinois avaient identifié le génome du virus qu’ils mettent à la disposition de la communauté scientifique internationale. Par la suite la Chine a diffusé le protocole de la lutte contre le virus qui s’avère efficace et qui est repris par tous les pays. Leur communication à elle seule prouve leur solidarité avec les peuples sans distinction en sus des dons de millions  de masques à l’Italie à la France à l’Algérie, etc.

Par contre, la lutte des pays occidentaux contre le coronavirus est adossée à la guerre économique et financière, qu’il ne cesse de mener sans répit à la Chine, d’option communiste. Leurs  doctrinaires et théoriciens n’ont jamais cessé de clamer que les Etats ne doivent jamais s’ingérer dans la sphère économique au nom de la liberté d’entreprendre mais lors de la crise bancaire de 2008 Obama avait débloqué des dizaines de milliards aux banques privées pour les sauver de la banqueroute. Faut-il rappeler que les patrons de ces banques et leur classe sociale en général  s’opposaient à sa  loi sur le minimum à la sécurité sanitaire au bénéfice des plus démunis, que Trump a mis à mal ?

Aujourd’hui, Trump  profite du virus pour demander au Congrès étasuniens 1000 milliards de dollars à injecter dans l’économie privée  Ce deuxième acte est une autre preuve que l’argent de leurs Etats n’est  disponible que pour les riches. Cette vérité était visible depuis des lustres seulement les intellectuels du pouvoir, les doctrinaires et autres philosophes ont été capables non seulement de cacher une telle évidence en manipulant jusqu’aux sciences  pour mieux mithridatiser l’opinion des citoyens et entretenir la confusion entre démocratie populaire et démocratie bourgeoise. Leur système fait croire à l’égalité des chances pour culpabiliser la victime, c'est-à-dire les plus pauvres et innocenter les coupables, les exploitants.  Ce mensonge entretenu pendant des siècles a comme conséquence que les plus riches deviennent de moins en moins nombreux  et de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus nombreux et de plus en plus pauvres. La société des riches devient comme un club qui se suffit à lui-même en plaçant sa fortune à la  Bourse tout en s’éloignant de l’investissement. Pour préserver les Bourses le club déclare les guerres, entretient les divisions entre les peuples, diffuse le mensonge, falsifie les sciences. Son monde ne sort d’une crise que  pour entamer une autre en chopant un autre virus, ou carrément une autre guerre contre les peuples.

 Le capitalisme est un système qui fait la guerre aux peuples après avoir exploité leurs forces de travail grâce auxquelles il a créé sa société d’opulence qu’il tente de préserver par tous les moyens.

Le « Hirak » ce mouvement citoyen algérien  doit profiter de cette pose santé pour analyser les enjeux stratégique dans le monde.

 Aujourd’hui  la nature, semble se  venger  à travers l’animal sauvage, parce qu’elle n’a pas été respectée et demain,  ce sera à travers cet Homme que le système capitaliste n'a cessé de déshumaniser.

 Ces idéologues  au service du pouvoir des riches qui font croire que le spirituel n’est pas l’intelligence et que l’âme a été insufflée à l’Homme. La « science bourgeoise » va jusqu’à distancier le cerveau  du reste du corps. Les idéalistes ont mené le monde à un-cul-de sac. L’idéologie,  des riches qui est synonyme de mensonge, fait de plus en plus appel aux sciences qu’elle manipule. Elle fait la guerre aux philosophes des lumières, aux  scientifiques à Marx, et surtout à Darwin pour nier le matérialisme, l’évolutionnisme, tout en retenant ce qui leur permet de consolider leur mode de vie au dépend de la nature jusqu’à inoculer le coronavirus à l’Humanité. Et Slavoj Žižek  écrit « les gens ordinaires auront à vivre au quotidien avec les virus. Les ultra-riches se dépêchent déjà de rejoindre en avion privé de petites îles, dans les Caraïbes, qui leur sont exclusivement réservées »

 On se demande à quoi est due la longévité du système capitaliste. A son idéologie adossée aux croyances religieuses et à sa parenté patentée à la nature. Si la première est riche d’une histoire millénaire, qui tente d’emprunter la voix de  la civilisation ; la  deuxième relève d’une demie vérité, qui tente d’empêcher cette civilisation d’émerger.

 Le livre du concepteur de la sélection naturelle L’origine des espèces de Darwin constate que la violence dominait la nature sauvage et onze ans après, en 1871 il écrit La Filiation de l’Homme  dans lequel il montre l’évolution où la force cède crescendo la place aux gestes de protection du plus fort envers le plus faible et la nécessité d’inscrire phylogénétiquement l’Homme au sein de la vie animale.

 Les Etasuniens ont parfois censuré,  parfois  interdit, La Filiation de l’Homme de Charles Darwin tout en  encourageant  le « Darwinisme social » qui reprend  la première publication comme la thèse définitive du biologiste. Ils font croire que la « sélection naturelle » n’a pas évolué pour nier l’origine commune des espèces. C’est sur la base de cette ignorance qu’ils collent leur système politique à celui de la nature pour neutraliser toute alternative, délégitimant aux yeux des citoyens toute revendication au changement. Copie du 19.03.20 corrigée

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.