Publication de l'appel de 68 Nobel

 

Pourquoi l’AFP refuse de publier l’appel de 68 Nobel pour un cessez-le-feu à Gaza ?

Par Le Matin |du 28-8-14

Dans un message adressé à Mohamed Benchicou, écrivain et directeur du matindz.net, l'organisation Peace Lines dénonce le silence opposé par l’agence France presse au sujet de l’appel de 68 Nobel pour le cessez-le-feu à Gaza.

L'appel des 68 Prix Nobel appellent à une paix durable est étrangement passé sous silence.

Le message écrit : "Cher ami fraternel, voici le Communiqué de Peace Lines après le Cessez-le-Feu. Tu es le premier à qui nous l'envoyons en français. La France se fait peau-de-chagrin dans l'histoire du monde... L'AFP ne veut pas entendre parler des 68 Nobel et des 203 Eurodéputés (déjà, pour notre Campagne en Algérie, tu te souviens, en France, c'était "silence radio"...).

 Heureusement, il y a l'Inde, l'Amérique du Sud où notre parole circule largement. Faut-il se faire boliviens, argentins, vénézuéliens ?

Les pays riches, exportateurs d'armes (la bande des 7), ont donc bien la main sur les manettes de l'info, voilà tout. Je t'écrirai, à toi, et pour Le Matin, quelque chose de plus personnel, en profondeur, sur ce qui bloque là-bas, en "Terre Sainte"...  »

De quoi s'agit en fait ? De ce texte signé par d'éminentes personnalités  et que nous  livrons à nos lecteurs  en primeur.

Israël/Gaza : après le cessez-le-feu

Le 26 août, un 9e cessez-le-feu a été conclu, cette fois "illimité". Qu’avons-nous obtenu ? Rien de plus que fin 2012 : la suspension des tirs de roquettes, de mortiers, d’obus, de missiles. Les F15 et les hélicoptères Apache ne décollent plus. Les passages marchandises seront "davantage ouverts » (Karni ? Sufa ? Ceux pour l’Egypte dépendent du Caire). Nouveautés : l’Autorité Palestinienne doit contrôler les 5 portes de Gaza ; la zone interdite le long du mur de béton qui entoure Gaza au Nord et à l’Est est réduite à 100 mètres ; les pêcheurs sont autorisés à porter leurs filets 5 kilomètres plus loin. Pour le reste, le blocus demeure en l’état, et les points essentiels sont reportés à un mois :

  • la libération des prisonniers récents de Cisjordanie
  • celle du dernier groupe de détenus de longue durée
  • la restitution des corps de deux soldats israéliens
  • le déblocage des fonds dûs aux fonctionnaires de Gaza
  • la construction d’un vrai port
  • la reconstruction de l’aéroport
  • une démilitarisation graduelle

Pour rappel : les Palestiniens sont sous occupation depuis 47 ans. Les habitants de Gaza sont sous blocus depuis plus de 7 ans : le plus long siège de l’histoire moderne, excepté celui de Montevideo en 1843. Depuis 2007, plus d’une centaine d’hommes sont morts écrasés, étouffés, dans des éboulements, en creusant les tunnels de survie vers l’Egypte. Début 2008, des centaines de milliers de Palestiniens ont fui à travers des brèches dans le haut mur de métal noir qui sépare Gaza de l’Egypte. Ils ont été obligés de rentrer chez eux après quelques jours. Alors a commencé la Campagne de Peace Lines « Ouvrez les Portes », pour établir la vérité de ce siège, et contribuer à la libération des populations palestinienne et israélienne otages de ce double piège.

Comment survivent les gens de Gaza ? Pour 90% de la population, l’eau courante à Gaza n’est plus potable. Des déshydratations, des infections, des maladies de peau, se répandent, dans la chaleur accablante de l’été.

La seule centrale électrique a été fermée le 14 mars 2014, par manque de fioule. Le 29 juillet, elle était bombardée. En moyenne, la population accède à l’électricité 3 à 6 heures par jour. Les générateurs permettent le minimum, mais le prix du fioule a presque triplé en juillet.

Des stations de traitement des eaux, des kilomètres de canalisations ont été bombardées. Chaque jour, plus de 100.000 mètres cubes d’eaux d’égoût non traitées s’écoulent dans la Méditerranée.

Dans un appel retentissant, plus de 300 survivants de l’Holocauste et leurs descendants nous le rappellent : "Rien ne peut justifier le bombardement d’abris des Nations Unies, de maisons, d’hôpitaux et d’universités. Rien ne peut justifier que l’on prive les gens d’eau et d’électricité."

17.000 maisons, appartements, ont été détruits en un mois, ainsi que plus de 360 usines, 71 mosquées.

17.000 hectares de récoltes ont été perdus. La moitié des volailles sont mortes, ainsi qu’un nombre important de vaches, de moutons, de chameaux.

Depuis le 8 juillet 2014, le tiers de la population a été déplacée. Autour de Gaza, 70% des Israéliens ont dû évacuer leurs domiciles. Nous en sommes à près de 11.000 blessés, et 2.100 morts palestiniens ; 70 Israéliens tués, et quelques 500 blessés.

Face à l’insoutenable guerre d’usure entre Gaza et Israël, nous exhortons les dirigeants impliqués dans les négociations en cours à respecter les critères humanitaires universels. Les mécanismes de guerre imprévisibles qui ciblent les civils des deux côtés, doivent être exposés pour ce qu’ils sont : contre-productifs, facteurs de terreur.

C’est maintenant que la « Campagne Ouvrez les Portes », avec 68 Prix Nobel et 203 Eurodéputés, prend tout son sens, pour que le cessez-le-feu du 26 août puisse se transformer en accord complet sur les points en suspens.  (liste des signataires sur www.peacelines.org

Un cessez-le-feu permanent implique des négociations crédibles entre le gouvernement israélien et le gouvernement palestinien d’unité nationale. De sorte que les deux peuples puissent vivre dans la sécurité, la dignité et la justice, nous en appelons à l’Union Européenne – en raison de son long passé dans l’histoire du Proche Orient –, qu’elle assume sa responsabilité propre en tant que garante d’une résolution soutenable.

Parmi les signataires les plus influents de la Campagne Ouvrez les Portes : les Prix Nobel de la Paix Adolfo Perez Esquivel, Mgr Tutu, le Dalaï Lama, Shirin Ebadi ; les Nobel de Médecine Mario Capecchi, Louis Ignarro, Harald zur Hausen; les Nobel de Chimie Sir Aaron Klug, Elias Corey, Yuan T. Lee ; les Nobel de Physique Zhores Alferov, Brian Josephson, Martinus Veltman ; les Nobel de Littérature Toni Morrison, Dario Fo, Wole Soyinka ; les Nobel d'Economie Daniel Kahneman, George Akerlof, Oliver Williamson ; les Auteurs Noam Chomsky, Yasmina Khadra, Satish Kumar, David Grossman, Amos Oz, le cinéaste Jean-Luc Godard.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.