sabine rollinde
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

2 Éditions

Billet de blog 15 sept. 2008

sabine rollinde
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Rendre l'élève responsable de son échec scolaire?

sabine rollinde
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lors de la conférence de presse des syndicats de l'Education nationale en Seine-et-Marne jeudi 11 septembre, dans le cadre de la journée nationale d'action pour dénoncer les réformes dans l'enseignement, Eric Sueur, de la Fédération syndicale unitaire (FSU) a fait une remarque qu'il me paraissait intéressant de retranscrire.
Selon lui, l'augmentation des enseignements facultatifs risque de rendre l'élève en difficulté coupable de son échec. Pour mémoire, à la rentrée 2008, les enseignements facultatifs instaurés sont les deux heures d'aide personnalisée pour les élèves en difficulté dans les écoles (par la réduction du temps hebdomadaire d'enseignement obligatoire de 26 à 24 heures par semaine) et la généralisation de l'accompagnement éducatif à tous les collèges et les écoles de ZEP. L'année dernière, ce package facultatif d'activités sportives, culturelles et d'aide aux devoirs a été expérimenté dans les collèges de ZEP. Il faut rajouter les stages de remise à niveau dans les écoles et les lycées pendant les vacances scolaires, inaugurés l'année dernière.
Avec la mise en place et l'extension de ces enseignements facultatifs, Eric Sueur pose la question de la culpabilisation de l'élève et celle de ses parents. Pour le premier, s'il finit en échec scolaire on lui rétorquera « A mais, à tel moment de votre scolarité, vous auriez pu profiter de l'aide aux devoirs qu'on vous proposait. Vous ne l'avez pas fait, maintenant tant pis pour vous ». Ainsi, ce sera la faute de l'élève et l' « équipe enseignante risque de se dire qu'elle a fait tout ce qu'elle pouvait pour cet élève et garder ainsi la conscience tranquille » remarque le syndicaliste. Dans le même temps, « le ministère rend l'enseignement obligatoire moins performant en augmentant le nombre d'heures supplémentaires, le nombre de vacataires, etc. pour faire des économies, tout en essayant de faire croire aux parents qu'il améliore l'enseignement des enfants puisqu'il rajoute même des activités facultatives ».
Deuxième culpabilisation : celle des parents. « Si, pour des questions d'organisation, les horaires de l'aide personnalisée ou de l'accompagnement facultatif ne sont pas pratiques pour eux et si leur enfant est en échec, ils seront responsables de ne pas lui donner tous les moyens pour y arriver. On n'avait jamais vu ce glissement avant. On est en train de s'acheter une bonne conscience par rapport aux problèmes des jeunes » Dans le cadre d'un « projet du ministre qui n'est pas un projet éducatif mais un projet budgétaire, fait en justifiant les économies par un discours éducatif ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar