sabine rollinde
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 juil. 2008

sabine rollinde
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Sciences-po transforme en profondeur les lycéens de ZEP

Pour l’instant «je n’arrive pas à réaliser, Sciences-po se réduit à un papier sur lequel est écrit que je suis admise. Je crois que j’en prendrai la mesure plus tard ».Le lendemain des résultats, tombés mercredi 16 juillet, Charlotte Chan donne l’impression qu’après avoir tant désiré intégrer l’Institut d'études politiques de Paris, celui-ci , devenu accessible, s’éloigne. Il prendra définitivement pied dans la réalité de Charlotte, une fois qu’elle franchira la porte de la rue Saint-Guillaume, à la rentrée.

sabine rollinde
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Pour l’instant «je n’arrive pas à réaliser, Sciences-po se réduit à un papier sur lequel est écrit que je suis admise. Je crois que j’en prendrai la mesure plus tard ».

Le lendemain des résultats, tombés mercredi 16 juillet, Charlotte Chan donne l’impression qu’après avoir tant désiré intégrer l’Institut d'études politiques de Paris, celui-ci , devenu accessible, s’éloigne. Il prendra définitivement pied dans la réalité de Charlotte, une fois qu’elle franchira la porte de la rue Saint-Guillaume, à la rentrée.

La jeune fille de 17 ans est la seule du groupe de cinq admissibles du lycée George-Sand au Mée-sur-Seine, à avoir réussi la dernière étape du concours. Elle a bénéficié de la Convention d’éducation prioritaire (CEP) que le lycée a signé avec la célèbre institution il y a maintenant trois ans.

Une seule admise, et pourtant, les lycéens de George-Sand, qui suivent chaque année la préparation au concours dans le cadre de la convention, en tirent un grand bénéfice. Ce qui compte est de préparer les épreuves demandées. Grâce à elles, les élèves s’ouvrent sur l’actualité, enrichissent leur culture générale, et progressent énormément à l’oral, constate Charlotte.
« En début d’année, nous passons dans toutes les classes, de la seconde à la terminale, proposer de suivre la formation » explique Rebecca Ribeiro, professeur de lettres. Les secondes et les premières qui se portent volontaires, ne passent pas le concours. Ils s’entraînent. Ainsi, Rebecca Ribeiro et deux autres enseignants, passent une heure et demie à deux heures par semaine avec le petit groupe d’élèves. Ils commencent par leur faire découvrir les journaux. On ouvre, on lit, on commente, on débat. Chacun doit construire entre la Toussaint et Noël une revue de presse au sujet suffisamment riche, pour être nourri pendant six semaines. Une fois les articles compilés, l’élève en sélectionne une dizaine, écrit une synthèse et rédige une réflexion personnelle. Il défend ensuite son dossier à l’oral devant un jury interne au lycée, composé du proviseur, de professeurs et d’une ou deux personnalités extérieures. Sur huit élèves de terminale candidats cette année, cinq ont réussi cet oral d’admissibilité. Un second oral intervient alors au printemps rue Saint-Guillaume. A son issue, une admise.
Durant l’année, le travail est énorme. Ces lycéens qui ne connaissent pas ou peu la presse, se mettent à la lire tous les jours. L’actualité et les débats politiques s’invitent dans leurs conversations. « On nous ouvre l’esprit. Tout à coup nos cours prennent un autre poids. On se rend compte par exemple que l’économie qu’on nous enseigne en terminale a des effets très concrets au niveau mondial. » souligne Charlotte, qui sort de terminale ES comme les quatre autres élèves admissibles cette année. Ils ont tous obtenu une mention au bac et Charlotte une mention très bien. La convention n’est pas étrangère à ces bons résultats, estime la jeune-fille.
Grâce à elle, également, les progrès à l’oral ne se font pas attendre. « Te souviens-tu comment tu parlais en arrivant en première ? » s’amuse Rebecca Ribeiro. Elle rappelle à Charlotte un premier passage catastrophique où cette dernière n’alignait pas deux mots sans une hésitation voire une faute de français. Maintenant, la bachelière parle posément et expose clairement ses idées l’une après l’autre.
Les progrès sont aussi dus à la venue de personnalités politiques locales. Hélène Lipietz, conseillère régionale d’ile de France du groupe « Rassemblement de la gauche et des Verts » « a passé une après-midi avec les élèves afin de leur donner des conseils pour l’oral » souligne Muriel Benadon, proviseur du lycée. Alexandre Coutant, assistant parlementaire UMP, ou encore l’ancien directeur de cabinet du Président du Conseil général Seine-et-marnais, Jean-Pierre Guérin, ont eux aussi rencontré les élèves. Ils ont répondu à leurs questions sur la politique et leur ont donné quelques trucs et astuces pour intervenir en public.

Ces personnalités, qui semblaient innaccessibles, sont dans les murs du lycée. Sciences-po, une sorte d'horizon intouchable, se prépare à George-Sand. Par extension, les élèves inscrits en CEP ont l'impression que les autres grandes écoles et universités prestigieuses, s'adressent aussi à eux. C'est ainsi qu'un des cinq admissibles « a présenté son dossier à Dauphine pour la rentrée prochaine. Il ne l’aurait pas fait s’il n’y avait pas eu cette préparation » explique Charlotte. Elle-même pensait au début de l’année présenter son dossier scolaire uniquement dans des lycées seine-et-marnais, pour intégrer une classe préparatoire. Elle a finalement postulé à la classe préparatoire aux études supérieures (CPES http://lyc-henri4.scola.ac-paris.fr/cpes/presentation.html ) du lycée Henri-IV. Elle a été admise.« En créant cette prépa, Sciences-po nous montre que nous aussi on peut avoir de l’ambition » résume Charlotte. Et maintenant qu'elle a décidé d'y entrer, elle sait qu’elle pourra présenter l’ENA, un jour.

Les 117 autres lycéens admis par le biais de la CEP cette année, le pourront aussi. Sur les 56 établissements en Zone d’éducation prioritaire, où la convention est en vigueur, 17 se trouvent dans l’académie de Créteil. Sciences-po continue sa politique et devrait conclure des CEP avec d’autres établissements. Entre 2001 et 2007, 359 terminales sont entrés rue Saint-Guillaume grâce aux conventions. Le taux de réussite est de 13,5%, il est de 12% par le concours classique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan