saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2020

Suspension de la participation de l’opposition à la CEI : la dérive politicienne.

Deux regroupements de l’opposition ivoirienne qui siégeaient jusque-là au sein de la Commission Électorale Indépendante (CEI) ont annoncé leur retrait de cette structure, ce mercredi 30/09/20.

saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les observateurs étaient très impatients de connaître les raisons de la grave décision de retrait de l’opposition. Les représentants de ces deux regroupements de l’opposition ont siégé au sein de la CEI depuis plusieurs mois et ont participé à des opérations de grande importance comme l’établissement des listes électorales, la distribution des cartes d’électeurs, la réception des listes de candidats à la présidentielle, etc.

On aurait cru qu’ils allaient enfin pouvoir nous révéler des dysfonctionnements au sein de la CEI, les fraudes commises par cette institution au détriment de l’opposition qu’ils représentaient et d’autres faits qui disqualifieraient la Commission Électorale Indépendante pour organiser des élections justes et transparentes. Mais que non. Rien de tout cela. Tout ce que comporte le communiqué par lequel l’opposant affi nguessan et ses amis annoncent leur retrait ce sont des revendications pour plus de postes, notamment au sein des commissions locales, sans que ces formations puissent nous dire en quoi la possession de moins de représentants les a lésé, ou comment l’attribution de plus de postes de responsabilité dans les CEI locales rendrait ces structures plus performantes.

Nous en arrivons donc à la conclusion que l’opposition fait juste de la surenchère. Elle est dans une stratégie du mauvais perdant qui veut justifier sa défaite annoncée en tentant de discréditer à l’avance le processus. donald trump (les minuscules sont voulues…) n’en fait pas moins quand, alors même que c’est lui qui est au pouvoir, il annonce que ses adversaires démocrates "préparent des fraudes massives" à la prochaine élection présidentielle américaine. De quoi faire sourire. Il s’agit donc là d’une dangereuse dérive politicienne. En Côte d’Ivoire comme aux USA.

Ce qui est vrai, est vrai !

Par Saïd Penda/ Ancien de la BBC et de l’Union Européenne -Journaliste d’investigation et analyste politique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)

La sélection du Club

Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale