saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mars 2021

Législatives 2021: voici la nouvelle carte politique de la Côte d’Ivoire.

La Côte d’Ivoire est toute en orange dans la moitié nord du pays et de façon générale, le parti présidentiel n’a perdu aucun de ses fiefs électoraux.

saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A Abidjan, Port-Bouët, Marcory et le Plateau ont toujours voté PDCI, et Yopougon est un fief historique de laurent gbagbo. Si des communes Abidjanaises comme Abobo, Adjamé ou encore Treichville avaient échappé au RHDP on aurait pu y voir une percée de l’opposition dans des bastions du parti au pouvoir, mais ces circonscriptions sont restées fidèles à Alassane Ouattara et à son parti.

Les dernières législatives confirment, par ailleurs, le fait que l’essentiel de l’électorat du parti présidentiel se recrute dans le nord du pays. Dans l’Ouest pro-gbagbo, la formation d’Alassane Ouattara maintien son emprise sur des villes comme Daloa et Gagnoa. Le RHDP fait même des incursions gagnantes dans des localités comme Toulepleu. Le parti au pouvoir pousse également des racines dans des zones qui lui échappaient, notamment dans le centre-Ouest et à l’Est: San Pedro, Divo, Soubré, etc., se parent aux couleurs du parti Ouattariste, l’orange.

Les leçons à tirer de ce scrutin.

La première leçon à tirer c’est qu’à Abidjan, le criminel de guerre gbagbo reste l’homme politique le plus populaire à Yopougon, où l’embrigadement mental, à coup de discours populistes et d’intox,  sur une grande proportion de la population de cette vaste commune semble profond. Le N°2 du parti présidentiel a beau vouloir relativiser la victoire des poulains de gbagbo à Yopougon par un écart d'à peine 500 voix, une extrapolation permet d’imaginer une victoire plus nette si les partisans du boucher d’Abidjan n’avaient pas commis la bêtise de boycotter violemment l’opération de révision des listes électorales, se privant ainsi d’un réservoir d’électeurs plus important.

Dans le nord, favorable à Alassane Ouattara, la mobilisation est la plus grande de tout le pays avec un taux de participation moyen de 86%, le plus fort taux ayant été enregistré dans la ville d’Odienné, où Me KAMARA a mobilisé 99,96% des inscrits. Toujours dans le nord, un autre avocat - Me Abdoulaye Ben Meité- a fait sensation avec un score de 99,90%.

Une analyse plus poussée des dernières législatives fait ressortir un constat. Si ailleurs en Afrique le parti au pouvoir gagne surtout en milieu rural et perd en zones urbaines, en Côte d’Ivoire c’est le contraire. Le parti Ouattariste remporte la quasi-totalité des villes importantes, jusque dans des fiefs de l’opposition. Moralité, là où on est assez éduqué, les populations semblent mieux apprécier le bilan gargantuesque et l’impressionnant progrès enregistré par la Côte d’Ivoire sous Ouattara, et l’on est moins réceptif aux manipulations d’une opposition réduite au tribalisme.

Pour terminer, on a globalement assisté à un recul de l’opposition dans tous ses fiefs au moment où le parti au pouvoir consolide les siens et va à la conquête de nouvelles localités à l’extérieur de son pré-carré du nord. Seul, le RHDP a pu remporter 137 sièges contre 23 pour le PDCI de  bédié, 16 pour laurent gbagbo et 0 pour soro, l’ancien président de l'Assemblée Nationale. Si on ajoute aux 147 élus RHDP les 16 indépendants issus de ses rangs qui ont renouvelé leur fidélité au parti après leur victoire, la formation d’Alassane Ouattara rafle 153 des 254 sièges en compétition.

Ce qui est vrai, est vrai !  

Par Saïd Penda/ ancien de la  BBC et de l'Union Européenne- Journaliste d'investigation et analyste politique.   

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77