saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2020

Gbagbo en roublard en chef

Le criminel de guerre gbagbo, qui s’était imposé un silence depuis sa mise en liberté conditionnée à la CPI, a accordé une interview à TV5 à la veille de la présidentielle, question de se positionner au cas où l’opposition arrivait à renverser le pouvoir, soit par une insurrection populaire, ou alors par un coup d’état.

saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans cette sortie, laurent gbagbo déclare clairement soutenir les actions de l’opposition. Il précise même "toutes les actions de l’opposition"; autrement dit, même les actions violentes qui avaient déjà occasionnées des pertes en vies humaines au moment où il s’exprimait, et qui ont provoqué d’autres morts et blessés le jour du vote. Mais au lendemain du scrutin et alors que le rapport des forces est à la faveur des autorités qui ont encerclé les domiciles des principaux opposants, le pyromane tente habilement d’apparaître en modéré qui appelle au dialogue. Cette posture du barbare criminel de guerre n’est que de pur opportunisme. Il veut retourner en Côte d’Ivoire si l’appel du parquet de la Cour Pénale Internationale était rendu en sa faveur, et il sait qu’il plane sur sa tête une épée de Damoclès que seules les autorités ivoiriennes peuvent lever.

En effet, s’il ne bénéficie pas d’une mesure de clémence présidentielle, laurent gbagbo irait droit en prison dès qu’il mettrait les pieds en Côte d’Ivoire où il a été condamné à 20 ans de prison dans l’affaire du braquage de la BCEAO. Alors, par simple calcul politicien, il veut convaincre le président Ouattara de ce qu’il est un acteur pouvant faciliter l’apaisement. C’est ainsi qu’il faut interpréter son coup de fil au premier ministre, Hamed Bakayoko, qu’il a fort opportunément médiatisé, alors que rien ne l’y obligeait.

Et pourtant, en se basant sur le comportement belliqueux et violent de simone gbagbo après sa sortie de prison, on peut constater que la violence est dans l’ADN du tristement célèbre couple de criminels de guerre ivoiriens. Il nous semble donc que, malgré l’image de sage qu’il veut se donner, laurent gbagbo n’est pas un facteur de paix ; sa présence en Côte d’Ivoire est plutôt une menace à la paix et à la stabilité.

Ce qui est vrai, est vrai !

Par Saïd Penda/ Ancien de la BBC et de l’Union Européenne -Journaliste d’investigation et analyste politique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart