saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2020

COVID-19 : Ces milliers de morts causés par Facebook

L’Afrique fait face à des attaques de grande envergure, sous forme de fake news, notamment à travers Facebook. Conséquence, des dizaines voire des centaines de milliers de morts que Facebook aura sur sa conscience.

saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que l’humanité est confrontée à ce que les experts présentent comme la plus grave crise sanitaire de notre histoire commune, avec des répercutions économiques et sociales désastreuses, jamais les sociétés les plus fragiles, particulièrement en Afrique, n’ont autant été la cible des infox qui mettent à mal la stabilité des États et menacent durablement les futures opérations sanitaires (campagnes de vaccination, etc.).

Cameroun, Sénégal, Côte d’Ivoire, Mali, Burkina Faso, Madagascar, et j’en passe, le poison des fake news diffusés via Facebook puis repris sur WhatsApp, des réseaux sociaux propriétés de Mark Zuckerberg ont déjà, par le passé, provoqué de graves troubles à l’ordre public dans plusieurs États africains. Sans compter des cas de justice populaire avec des issues parfois dramatiques qui trouvent leurs origines dans ces fausses informations partagées à la vitesse de la lumière.

Des rumeurs qui, jadis, circulaient très lentement dans des cercles restreints, voire concentriques, sont aujourd’hui disséminées en temps record sur Facebook à l’échelle planétaire, dans toutes les langues. Les États et les médias traditionnels qui, par le passé, pouvaient démentir et désamorcer des crises potentielles, sont aujourd’hui réduits à constater les ravages de ces entreprises de désinformation et d’intoxication.

Actuellement, la stabilité de certains pays africains est fortement menacée par des fakes news autour d’un supposé « plan de massacres de tous les Africains par les Occidentaux à travers un prétendu vaccin contre le COVID-19 » qui serait administré aux populations africaines, « avec la complicité de leurs Etats corrompus ». Plusieurs gouvernements africains ont déjà dû démentir ces informations sous la pression de leurs populations, et des manifestations ont été enregistrées en Côte d’Ivoire, avec dégradation des biens, des blessés et des dizaines d’arrestation d’innocentes populations manipulées, avec la complicité de Facebook.

Ces poisons sont impunément distillés à longueur de minutes, par des profils clairement identifiés et des avatars tout aussi techniquement traçables et identifiables par Facebook. Les auteurs de toutes ces dangereuses informations, avec un peu de volonté du réseau de Mark Zuckerberg pourraient être démasqués et mis à la disposition de la justice afin qu’ils répondent de leurs actes répréhensibles. Appels aux meurtres, aux massacres communautaires et religieux, etc., toutes les formes de vomissure et d’illustration de la déshumanisation sont légion sur Facebook.

Dès lors, l’indifférence et la légèreté avec laquelle Facebook traite cette problématique des fausses nouvelles qui pullulent sur son réseau nous semblent criminelles. Les algorithmes de cette entreprise américaine sont, en effet, capables de remarquables prouesses quand il s’agit de nous profiler pour des publicités ciblées qui rapportent annuellement à M. Zuckerberg plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Des Africains vont sûrement refuser des traitements, et dans certains cas des vaccins qui leur auront sauvé la vie. D’autres vont saccager des centres de dépistages et de soins, attaquer des camions transportant des médicaments, quand ils ne lyncheront simplement pas à mort des équipes de soignants mettant ainsi en danger de mort des communautés entières. Il y aussi ces centaines de milliers d’enfants que leurs parents n’accepteront plus jamais de faire vacciner, compromettant durablement la santé de millions d’être fragiles et innocents, et l’avenir de tout un continent. Il est difficile à ce stade de prédire l’étendue des dégâts, mais au-delà des quelques milliers, peut-être des centaines de milliers de morts que vont causer les fake news (de Mark Zuckerberg ?) autour du ridicule « faux virus contre coronavirus pour décimer les Africains », il y a aussi une réelle menace de déstabilisation de plusieurs États d’Afrique fragiles, avec des conséquences humanitaires encore plus graves, à travers l’ingénieuse création du milliardaire Zuckerberg : Facebook.

Dans les faits, Facebook fonctionne cependant comme une sorte de méga-médias citoyen, auquel tous les habitants du monde contribueraient en publiant des articles. Et, identiquement à tous les médias, ce réseau social devrait être pénalement responsable de ce qui est publié dans ses pages. L’humanité ne doit pas s’accommoder d’une situation où un tel instrument menace l’existence même de millions de ses membres, sans que nous tenions pour responsable le vecteur, non pas involontaire, mais conscient : Facebook (Mark Zukerberg).

Saïd Mbombo Penda

Journalistes d’investigation et analyste politique

Ancien de la BBC et de l’agence américaine Associated Press

Ex-responsable de la Communication pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre à l’Union Européenne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd