saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 sept. 2020

Côte d'Ivoire présidentielle: des candidatures rejetées pour fraude.

Cette année, pour la 1ère fois, la Côte d’Ivoire a introduit l’exigence de parrainage des candidats par les électeurs. L’ex-ministre ivoirien des affaires étrangères, convaincu de fraudes aux parrainages, serait désormais un prisonnier en sursis.

saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Approuvé à l’unanimité par les parties politiques, toutes tendances confondues, afin d’empêcher les candidatures farfelues d’individus ne disposant d’aucune assise nationale, le parrainage s’est avéré efficace pour freiner les candidatures fantaisistes, mais des malins ont cru pouvoir contourner ce verrou, en usant notamment de fraude.

Selon mes investigations, aucun candidat –même pas Alassane Ouattara- n’est sorti indemne du contrôle des parrainages effectué par le Conseil Constitutionnel. Deux cas ont été relevés par le Conseil : celui des parrainages annulés pour des erreurs lors de l’obtention, et ceux qui se sont clairement rendus coupables de fraudes caractérisées.   Dans le 1er cas, on pouvait tracer les parrains et le croisement du numéro de la carte d’électeur avec celui de la carte d’identité n’a relevé aucune discordance. Les parrainages ont malgré tout été annulés, soit parce que les mêmes individus avaient déjà accordé leur parrainage à un autre candidat, soit pour d’autres raisons mineures. Comme le prévoit la loi, le Conseil Constitutionnel a donné 48H aux candidats concernés pour compléter les parrainages annulés, pour ceux d’entre eux dont les annulations étaient si importantes qu'ils ne disposaient plus du nombre de parrainages requis par  région. Les candidats mamadou koulibaly, mabri toikeusse et KKB se sont retrouvés dans ce cas-là. Si KKB a pu remplacer ses parrainages problématiques dans le délai imparti de 48H, mamadou koulibaly et mabri se sont montrés incapables de réunir suffisamment de parrainages additionnels.

Le Conseil Constitutionnel a cependant été également confronté aux situations de fraudes avérées sur les parrainages. Il s’agit de candidats qui se sont contentés d’aller sur Internet piocher des électeurs au hasard. Ils faisaient ensuite remplir les fiches de parrainage en leurs noms par des équipes qui ont parfois travaillé 24h/24. Si les noms et numéros des cartes d’électeurs sont accessibles à tous sur Internet, les fraudeurs ne pouvaient cependant pas disposer de numéros de Carte Nationale d’Identité (CNI) d’individus qui ne leur ont, dans les faits, pas accordé leur parrainage. Confrontés à cette difficulté, les fraudeurs ont tenté de la contourner en fabriquant de faux numéros de CNI. La fraude dans ces cas est clairement établie car ce que ces arnaqueurs ignoraient vraisemblablement, c’est que le Conseil Constitutionnel s’était donné les moyens pour croiser les numéros des cartes des électeurs parraineurs supposés avec ceux des Cartes Nationales d’Identité de ces derniers. Pour ces cas de fraudes irréfutables, les parrainages incriminés étaient tout simplement annulés, sans que les candidats concernés soient invités à les remplacer, la fraude ne relevant pas d’une erreur à corriger, mais plutôt d’une infraction punie par l’article 54 du code électoral. L’ex-ministre Marcel Amon-Tanoh a lui-même déclaré que ses parrainages ont été annulés sans qu’il soit invité à les remplacer « comme ce fut le cas pour d’autres candidats ». On peut donc raisonnablement conclure que l’ancien ministre des affaires étrangère du président Ouattara est un prisonnier en sursis. L’article 54 du code électoral prévoit en effet que « Quiconque aura organisé ou planifié des actes qualifiés de fraude ou de tentative de fraude sur le parrainage » sera puni d’une peine d’emprisonnement d’un mois à un an et d’une amende de 100.000 CFA à 1.000.000 CFA.

Ce qui est vrai, est vrai !

Par Saïd Penda/ Ancien de la BBC et de l’Union Européenne -Journaliste d’investigation et analyste politique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot