saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2020

Soro Guillaume: nouveau maître de l’opposition ivoirienne ?

Depuis quelques jours, guillaume soro croit être devenu le deus ex machina, une sorte de gourou, qui donnerait le LA au sein de l’opposition ivoirienne.

saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il a dit qu’en l’absence de sa candidature les autres ne doivent pas maintenir la leur, et ils l’ont fait, à l’exception de Kouadio Konan Bertin (KKB). Il a demandé d’associer Pascal Affi Nguessan au collectif de l’opposition et il en a été ainsi. En réalité, tout le monde se sert plutôt de lui. Il est même, pour beaucoup de ses partenaires de l’opposition, le bouffon utile sauf qu’il ne le sait pas, visiblement. La quasi-totalité des membres de la coalition de l’opposition nourrissent à son égard une haine viscérale. Soro est cependant –du moins pour le moment- précieux à plus d’un égard, pour une opposition qui, se sachant incapable de battre le président Ouattara dans les urnes, s’accroche désespérément à d’autres scénarios. On se sert notamment de soro comme épouvantail pour faire peur, à la fois à l’opinion nationale, mais également pour maintenir le pays dans la psychose d’une possible nouvelle rébellion armée. Un ancien rebelle, ça fait peur, surtout dans cet environnement ouest-africain secoué par les mouvements djihadistes. Le but est d’amener l’opinion internationale à demander au régime de reporter les élections et d’ouvrir une transition, en partageant le pouvoir avec l’opposition. Sur ce point, il faut dire que les gens font généralement une analyse qui ne se fondent pas sur des éléments d'appréciation probants. Car en réalité, Soro n’a aucun moyen aujourd’hui pour lancer une rébellion. On ne lui connaît pas d’amitié au niveau des Chefs d’État de la sous-région dont le pays lui servirait de base arrière, une condition sine qua non pour espérer déstabiliser un État. A contrario, le président Ouattara entretien d’excellentes relations avec ses voisins ; une ambiance cordiale qui réduit à néant toute possibilité pour Soro guillaume de se servir des pays limitrophes pour attaquer la Côte d’Ivoire, comme ce fut le cas lors de la rébellion de 2002 qui, comme on le sait, a bénéficié d’appui multiformes du Burkina de Blaise Compaoré.

Qu’à cela ne tienne, sur le plan politique, l’opposition pense pouvoir utiliser Soro pour faire un travail de sape dans les rangs du parti au pouvoir, voire au cœur même du régime. Mais deux ans après son départ, sa défection n’a finalement été qu’une tempête dans un verre d’eau. Seule une poignée de députés l’ont suivi, et certains d’entre eux sont d’ailleurs depuis retournés dans la formation du président Ouattara. Par ailleurs, les tentatives de l’ancien président de l’Assemblée Nationale de provoquer un soulèvement au sein de l’armée, par des infox maladroitement distillées à travers les réseaux sociaux, par son aide de camp et un militaire radié des effectifs pour troubles mentaux ont lamentablement échoué.

En conclusion, Soro est comme un vieux bouledogue édenté. Sa sale gueule est effrayante, mais il ne fait plus peur qu’à ceux qui ne savent pas qu’il a perdu sa capacité à mordre.

Ce qui est vrai, est vrai !

Par Saïd Penda/ Ancien de la BBC et de l’Union Européenne -Journaliste d’investigation et analyste politique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine