Jabeur MEJRI, le premier prisonnier d’opinion du contre-Printemps tunisien *

 

1. Le petit poème  

 

Juste un petit quatrain

Écrit en alexandrins

Qui en dit longuement bien

Sur la nature des liens

Du Président tunisien

Avec les Droits humains : 

 

Un Président qui persiste à se nourrir

De son fonds de commerce ruiné des Droits humains,

Dont l’aura acquise continue à dépérir

Par son oubli de l’a-b-c des Droits humains

 

Une preuve en est  donnée par ses  ambiguës relations

Avec cette médiévale monarchie du Moyen-Orient **

Ainsi que par sa farouche opposition

À  la grâce de notre premier prisonnier d’opinion ;

Sans oublier ses habituelles contradictions

Dans ses écrits, ses discours et interventions,

Concernant son procès et sa condamnation,

Comme il est prouvé dans le paragraphe suivant

 

2. La politique du double langage, tous azimuts,  du Président Marzouki

Dans une interview *** accordée, ce mardi 17 Décembre 2013, à la chaine BBC-canal arabe,  et comme tout un chacun sait, les téléspectateurs de cette chaine sont des arabophones, le Président tunisien Moncef Marzouki  a déclaré, à propos de la condamnation de Jabeur MEJRI :

« [Jabeur MEJRI] a porté atteinte au sacré et dans chaque pays il y a des choses sacrées. En France vous pouvez être jugé si vous niez les  exterminations dont les Juifs furent les victimes de la part des nazis ».

Et le comble du ridicule, pour ne pas dire autre chose, il a déclaré cela après avoir affirmé :

« Nous, nous protégeons les libertés, toutes les libertés (…) Il n’existe pas de pays arabe, et peut-être même étranger, où la liberté d’opinion se pratique de la même façon qu’en Tunisie » (sic).

Rappelons pour mémoire que le Président Marzouki a déclaré le mercredi 25 septembre 2013, à propos du maintien en prison de Jabeur MEJRI, lors de sa participation à une conférence organisée en son honneur par le Council on Foreign Relations américain :

 « Je suis très choqué par l'affaire Jabeur MAJERI et par sa condamnation à sept ans de prison ».

En outre, également ce même mardi 17 Décembre 2013 , le Président Marzouki, dans son discours télévisé, à l’occasion du troisième anniversaire de l'immolation de Mohamed BOUAZIZI, étincelle du Printemps arabe, n’a pas manqué, évidemment, comme à son habitude, de mettre en exergue la "liberté d'expression et d'opinion " dont jouit la Tunisie !

 

Salah HORCHANI

* Voir, à ce sujet, l’article intitulé « Jabeur MEJRI-Conseil/Supplique au Président Tunisien Moncef Marzouki ! », paru sur le lien suivant :

http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/091213/jabeur-mejri-conseilsupplique-au-president-tunisien-moncef-marzouki

** « Le Président Tunisien Moncef Marzouki a travaillé dur cette semaine pour les Droits de l’homme,…en tant que plume d’Al-Jazeera ! » :

http://horchani.blog.lemonde.fr/2013/12/14/le-president-tunisien-moncef-marzouki-a-travaille-dur-cette-semaine-pour-les-droits-de-lhommeen-tant-que-plume-dal-jazeera/

Voir, aussi, « Qatarophilie du Président Tunisien et qatarophobie de son Peuple », quatrième chapitre de l’article intitulé  «Le qatarisme, ce fléau qui nous menace ! Aujourd’hui, la Tunisie, et demain, qui sait, la France ! », paru sous le lien suivant : 

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-qatarisme-ce-fleau-qui-nous-135242

***http://www.bbc.co.uk/arabic/middleeast/2013/12/131217_tunisia_president_interview.shtml

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.