Dis-moi, c’est quoi le Qatar ? *

Madame la Juge, je vous invite à trouver ci-dessous un poème décrivant le Qatar et le qatarisme, ce fléau, cause de l’incrimination de mon article. Je vous invite également à lire l’article en entier dont est extrait ce poème, intitulé «Sur l’ingérence du Qatar dans la Révolution de jasmin» et cité ci-dessous en référence.

C’est un «État-timbre-poste» jouant au grand
À profil déroutant statistiquement
Historiquement et socialement
Où les autochtones sont très majoritairement
Des nantis jouissant d’un revenu exorbitant
Par rapport à la moyenne de l’européenne Union 
Alors que les trois quarts de sa population
Sont constitués d’immigrés exploités à fond
Vivant dans l’esclavage, dans les pires conditions
De séjour, de salaire, de santé et de logement
Détenant le record des professionnels accidents
Principalement sur les chantiers de construction
Qui font pousser les gratte-ciel comme des champignons
Dans ce désert qui n’était que misère et désolation
Dont la pluviométrie n’excède pas annuellement
Les sept centimètres et des poussières, continûment
Dépourvu du moindre historique monument
Et, le plus pauvre parmi les pauvres, culturellement
Son premier fait historique, il va le vivre prochainement
Décroché à coups de corruption et de pots-de-vin, dit-on
Ce sera la coupe du monde de 2022 du ballon rond
Qui aurait arraché tant de vies dans sa préparation
Vies arrachées par les bulldozers et le béton
Venues du Bangladesh, du Maghreb et d'Afghanistan
D'Inde, d'Irak, du Népal, du Sri Lanka, du Pakistan,...
Coupe du monde que tout démocrate doit bouder totalement
Ce sont des stades tachés de sang qu’il cautionnera, sinon
De sang innocent : «sang d'ouvriers et sang de paysans»
Comme dans «La butte rouge», chantée, entre autres, par Yves Montand
Exactions entourées du silence assourdissant
Des médias et gouvernants, et même des opinions,
De presque tous les pays démocratiques, soi-disant
Aussi criminel que les actes dont il est question
Étrangers ayant quitté chez-soi et enfants
Conjoint, frères et sœurs, amis et ascendants
Croyant y trouver un travail stable et décent
Leur permettant d’aider famille et parents
Ou d’améliorer leur personnelle situation
Espoir de tout immigrant économiquement
Que vienne Le Grand Soir où ces opprimés se révolteront !
État de l’apartheid et de la discrimination
Condamné par plusieurs impartiales institutions
Où le rôle de la femme est limité uniquement
À celui de mère et d'épouse et à la procréation
Où cohabitent plusieurs premières dames simultanément,
Plusieurs premières dames ayant le même compagnon,
Où le peuple est privé de la moindre liberté d’expression
Et aussi de la presse, de pensée, de conscience et de réunion
Allant de soi, réunion autre que celle permise par l’Émir régnant
Régnant de façon absolue avec les dignitaires de son clan
Qui disposent à leur gré des richesses du pays, exclusivement
Quant aux «syndicats de travailleurs», c’est une inconnue dans son jargon
Un État où un poète fut condamné sévèrement
En écopant d’une sentence de quinze ans de prison
Condamné à perpétuité, initialement
Pour avoir chanté la Révolution de jasmin, simplement
Et espéré, dans les autres pays arabes, son expansion
Condamné pour «outrage au prince et incitation
Au renversement du régime» précise le jugement
Un État pas plus grand que l’île de naissance de Napoléon
Qui partage le plus grand champ gazier du monde avec l’Iran
Riche par ses gazodollars et gargantuesque par ses ambitions
Offensif, investissant tous azimuts, tous horizons, à foison
Courtisé par les hommes politiques français, conjointement
De droite comme de gauche, et des autres pays de l’Occident
Leur distribuant honneurs, privilèges, argent bien sonnant,…
Croyant pouvoir dominer la planète à coups de millions
Et faire dans les pays arabes la pluie et le beau temps
Grâce à l’appui de ses acolytes, localement
Acolytes qu’il entretient financièrement
Fait qu’il a reconnu, il y a quatre ans, publiquement,
À l’époque où il croyait avoir fait un carton,
Sur France 3, lors de la diffusion de l’émission
Histoire immédiate - Printemps arabes, la confiscation
De la bouche du cheikh Al Qaradawi, son grand chambellan
Raspoutine de cheikha Mozah, la dame aux foulards élégants
Co-ex-première-dame favorite du père de l’Émir de l’instant
Fils dont elle avait fait le dauphin auparavant injustement
En bouleversant l’ordre de succession arrêté précédemment
Aujourd’hui devenue Émira-mère effectivement
Celle dont il sera encore question ci-dessous dans un moment
Favoritisme contraire aux préceptes mêmes du Coran
Qui exige, entre les coépouses, l'égalité absolue de traitement
En ajoutant qu’une telle égalité est impossible humainement
Divin ajout qui interdit la polygamie implicitement
Dont s’est servi Bourguiba pour la bannir chez nous irréversiblement
Al Qaradawi, prêcheur de l’Europe’s conversion
À l'islam, dans ses écrits et prédications
Un État secondé par une certaine chaîne de télévision,
Al Jazeera, organe de propagande des «Frères», réellement
Et palme d’or de la journalistique falsification,
Chaîne de l’hypocrisie qui a le culot de donner des leçons
De démocratie, ignorant ce qui se passe intérieurement
Dans ce Qatar de l’injustice et de la sociale ségrégation
Chaîne où ledit cheikh entretient ses prosélytiques exhortations
Débitant ses fatwas et ses obscures interprétations
Répondant au public et à ses interrogations
Listant ce qui est hallal ou haram religieusement
Autrement dit, «licite ou illicite islamiquement»
D’après sa compréhension islamiste, cela s'entend
Par exemple, la façon de battre sa femme «hallalement»
Quand «elle se montre fière et rebelle» répétitivement
Ou «Quand le mari voit chez elle des signes d'insubordination»
C’est «de la corriger en épargnant son visage et doucement
Avec la main tout en évitant de la frapper durement»
Plutôt que de la battre avec un fouet ou un bâton
Il entretient ces exhortations et autres instigations
Dans son émission La Sharia et la vie, transmise directement
Programme phare diffusé pendant une heure, hebdomadairement
Jouissant d’un passeport diplomatique pour prêcher à sa guise extérieurement
Et suivi par des millions de croyants grâce à You tube et ses compilations
Populaire chez tous les islamistes du Levant et du Ponant
Et dans les mosquées «fréristes», occidentales particulièrement
Un État, pays non francophone, déclaré tel, obligeamment
Déclaré membre de l’OIF, la francophone organisation
Et cela, contrairement à ses statuts et règlements, sciemment 
Et une de ses premières dames élue académicienne, complaisamment
Donc, de facto, membre de l'Institut de France, quai de Conti, évidemment
Et l’on a vu son Émir de mari assister à son intronisation
Sous la Coupole, dans l’unique fauteuil doré, réservé à lui spécialement
Écrasant par sa présence l’intelligence française paradant
Dans son habit vert et or porté à l’occasion, solennellement
Exhibant sur sa poitrine et autour de son cou ses décorations
Un État qui a su acheter la France et sa conscience aisément
Cette France qui, pour lui plaire à tout prix, a mis la barre basse, vraiment :
Mais où est passé la France de la culture et des lumières que nous aimons ?
État asservi qui abrite la plus grande base d’aviation
De tous les temps que l’oncle Sam a possédée hors-maison
Amputant sa superficie dérisoire d’une bonne ration
Gracieusement construite sur le budget du pays accueillant
Croyant ainsi se mettre sous l’américaine protection
Contre ses propres sujets et les pays avoisinants :
Il n’a rien retenu de l’histoire des nations et ses enseignements
Un jour viendra où ses pétro-machins d’aucun secours ne lui seront
Contre son propre peuple, décidant de vivre debout, dignement
Solidairement avec ces immigrés et leurs revendications
Reconnaissant en eux, de son bien-vivre, les principaux artisans
Un État vivant encore dans l’anonymat absolu, il y a trente ans
Surnommé «Terre oubliée de Dieu», historiquement,
Où le sol n’est que rocaille et sable mouvant
Avec ses réputés mirages et illusions,
Tout juste sorti du moyen-âge, dernièrement
En passant de la tente aux cinq étoiles, subitement
De l’habit noir du désert à celui d’Yves Saint-Laurent
Du chameau à la Rolls-Royce ou la Ford Mustang
Tout en y étant encore, mentalement,
Sur les plans religieux, social et des traditions
Sponsor de la violence au Maghreb et en Orient
Et, plus généralement, où sévit l’islamisme conquérant
Afin de mettre sous sa coupe la communauté des croyants
Avec son Émir, du Califat ressuscité, le dirigeant
Il terminera comme la grenouille de la fable, probablement
Celle qui a essayé d’être aussi grosse qu’un bœuf, absolument
Posséder le PSG ou, du cac40, quelques fleurons
Et trafiquer les conditions d’attribution des compétitions
Qui réunissent les meilleures sportives nationales sélections
En espérant en tirer profit pour sa communication
Portée déjà par son académicienne, ostensiblement
Ne changent rien à l’affaire, ce n’est pas une question de pognon
Même si les hydrocarbures  y coulent à flot éternellement **

Salah HORCHANI

* Extrait N°14 de ma Déposition écrite remise à Madame la juge en charge de l’instruction de la plainte de KHERIGI dit GHANNOUCHI Rached contre moi, déposée auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris : Lire, à ce sujet, mon article intitulé «Table des matières de ma Déposition dans la plainte de GHANNOUCHI Rached contre moi», paru sous le lien suivant :

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/220316/table-des-matieres-de-ma-deposition-dans-la-plainte-de-ghannouchi-rached-contre-moi

** Extrait de :

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/140817/sur-l-ingerence-du-qatar-dans-la-revolution-de-jasmin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.