À propos du passage de sa Hautesse Recep Tayyip Erdoğan à Carthage

L’image contient peut-être : 1 personne

Il n’a manifesté aucune réaction face à la main basse
Représentée par l’accord sécuritaire signé par son altesse
Le Sultan Erdogan avec la Libye, sujet qui nous intéresse [13]
Plutôt avec la partie qui devant son « fréro » de Sultan s’abaisse
Celle qui est soutenue par les milices islamistes de toutes espèces
Accord non pas pour pacifier, mais, pour qu’un protectorat s’y établisse
Aubaine pour l’Internationale islamiste pour que ce pays s’islamistise
En attendant de faire de même chez les voisins où l’islam vit en crise
Avec les modernistes, pense-t-il, et, aux islamistes, sauver la mise
Et, qui plus est, il y réalise sa mainmise, un véritable casse
Des richesses hydrocarburées renfermées dans cet espace [14] a. 
Et, il vient de le recevoir à Carthage lors d’une grand-messe [14] b. 
Visite-surprise pour les médias, mais, s’est dite invitée, Sa Hautesse
Sa Hautesse qui, de plonger dans la politique des axes, nous presse
Tentant de nous vassaliser, et souhaite que notre démocratie trépasse
Elle a mis à mal notre novice président, en nous découvrant sa mollesse
Pour le déstabiliser, avec son sermon-tabac, elle n’a pas manqué d’audace [14] c.
La situation est grave, et, il faut arrêter de se voiler la face
Imprévisible président qui, vers une pente à haut risque, progresse
Et qui, l’idée de chambarder notre historique neutralité, caresse [14] c.
Il a donné l’impression que, les provocations ottomanes, il embrasse
Et il a empêché les journalistes de couvrir ses indélicatesses [14] d.
Il nous révèle chaque jour ses limites et son amateurisme qui nous angoissent
Il continue d’enrichir sa collection de bévues et maladresses
Plus il intervient dans la vie publique, plus sa popularité baisse
Serait-ce le moyen  le plus démocratique pour qu’on s'en débarrasse !
Il est à mille lieues de Bourguiba, de Bajbouj et de leur sagesse     
Dans cette ambiance incertaine, marquée par les petitesses
Rien que la vue de nos trois présidents m’envahit de tristesse
Et me donne envie de porter cache-yeux et boules Quiès
Et, s’il vous plait, surtout, ne me demandez pas si je suis «labess» [14] e.*

Salah HORCHANI

* Extrait de :

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/111219/tunisie-elections-le-deal-entre-ennahdha-et-qalb-tounes-les-debuts-de-kais-saied

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.