« L’Hymne à l’amour » de Lina Ben Mhenni

À l’occasion de la cérémonie de son Quarantième jour, fixée pour le 13 mars 2020

L’image contient peut-être : texte

Ce poème a été écrit à l’occasion
De la Célébration du Quarantième jour de l’élévation
De Lina Ben Mhenni au firmament
Annoncée pour le 13 mars, précisément [1]
Il fait suite à celui que j’ai publié récemment [2]
En reconnaissance de tout ce qu’elle a donné à la Nation
Qu’ils puissent prouver un tant soit peu, modestement
Que "L’esprit de Lina est en nous vivant"
Légende de la photo, reproduite ci-dessus, de la Célébration
Il s’agit, en vérité, de la versification
De ses amoureuses réflexions
Portées par son engagement et ses actions
Tout ce qui lui est attribué, elle l’avait dit réellement
Dans les références dont il est, ci-dessous, question [3]
Elle l’avait dit en langue arabe, quasi exclusivement
Ce qui m’a donné quelques libertés dans la traduction
Quant au choix des mots appropriés et des expressions
Bien venu, au regard de l’unique rime en "on"
Le fond de ses idées y est rapporté fidèlement
Sans aucune altération, ni défiguration

L’année 2005 a vu ses reins perdre toutes leurs vitales fonctions
Dernière année de son mastère passée entre études et hospitalisations
Elle a préparé son mémoire tout en subissant une lourde médication
Partagée entre séances de dialyse, lecture et sa rédaction
Ce qui ne l’a pas empêchée d’être classée major de sa promotion
Et d’être recrutée, par la suite, dans le supérieur Enseignement
Par sa Faculté d’attache, au Département d’anglais, justement
Grâce à sa volonté de fer d’affronter la vie, comme elle disait fréquemment
«Le coup qui ne vous tue pas ne peut que vous renforcer», rappelait-t-elle également
« D’où vient cette force ? [s’est–elle-dit] Moi, je parle de l’amour, continuellement
Quand on aime son pays, sa patrie, quand on aime la liberté, éperdument
Quand on est convaincu de la justesse de certaines choses, absolument
Quand on est attaché à des valeurs, à des principes, intégralement
Cette force sera au rendez-vous, et, on la trouve, inéluctablement
Et, en plus, face à un handicap qui voudrait que vous soyez autrement
Que les autres [ceux-là mêmes qui ne souffrent d’aucunes tares, sanitairement]
Il vous donne envie de faire plus d’efforts pour prouver que vous n’êtes pas différent
Si différence il y a, elle ne doit pas distinguer votre vie de celle des bien-portants »
Pour elle, dans les "Trois C" qui font la vie ou le vivre ensemble, plus particulièrement
À savoir, Citoyenneté-Civilité-Civisme, plus explicitement
L’amour, sous tous ses angles, sous toutes ses formes, occupe un rôle prépondérant
Ainsi, déclare-t-elle, «quand on me demande, quel est le but de tout ce que j’entreprends
Alors que je vis dans un corps fatigué et malade qui est partout omniprésent
Disent-ils, je réponds que tout cela tire sa raison d’être de l’amour, tout simplement 
J’ai grandi dans l’amour, ce qui fait que j’ai appris à en donner, généreusement
De l’amour, on ne peut pas se passer, car c’est lui qui nous pousse à aller de l'avant
C’est lui qui nous donne la force, le coup de pouce pour accomplir ce que nous projetons
À cet époque, malgré les conditions matérielles difficiles et le manquement
De confort, notre maison était toujours ouverte à tout le monde, grandement
Et tout le temps : Tunisiens et étrangers, originaires de divers continents
Et de croyances différentes, italiens, suédois, français, palestiniens,…, musulmans 
Juifs, chrétiens, athées ; c’est là où cette histoire d’amour a puisé son avènement
J’ai grandi aussi dans une famille militante où le père a connu la prison
Et la torture, simplement pour ses idées de gauche, six ans qu’a duré son emprisonnement»
Comme la  Célébration du Quarantième jour de Lina tombe en ce premier mois du printemps
Mois anniversaire  du "Mai 68" tunisien qui a eu lieu il y a cinquante-deux ans
Qui a vu la première grande rafle de la gauche, qu’ils soient sympathisants ou, à ses partis, adhérents
Et cela, quelques jours avant la fondation du « Mouvement du 22 mars » de Cohn-Bendit, seulement
Par devoir de mémoire, je rappelle dans ce qui suit cette glorieuse page de notre Histoire, succinctement
Son père faisait partie du groupe dit des "perspectivistes" qui a subi les pires exactions
Il s’agit du Groupe d'études et d'action socialiste en Tunisie, nominativement
Où plusieurs militants de la gauche d’aujourd’hui ont fait leurs premières armes, leur première formation
Qui constituait, avec les communistes, à Bourguiba, la principale opposition
À l’époque où les mouvements islamistes étaient, en Tunisie, inexistants
Mouvements qui s’apprêtent à toucher plus d’un milliard de dinars à titre d’indemnisation
Pour les dommages qu’ils ont subis en essayant de nous ramener quatorze siècles avant
Alors que la gauche a refusé, pour les souffrances endurées, toute compensation [4]
Je disais donc, il s’agit du Groupe  GEAST, nominativement  
Fondé à Paris en réaction à un détournement de scrutin qui donnait gagnants
Les étudiants de gauche aux élections de l’UGET, l’historique syndicat étudiant
Après avoir volé les urnes, le régime avait déclaré, victorieux, ses partisans
Groupe dont je fus le correspondant en Bourgogne, pour la diffusion de ses publications
Dont sa revue Perspectives tunisiennes, rédigée par des auteurs-engagés de grand talent
Que Bourguiba lisait régulièrement, en observant sa haute tenue jalousement
Critiquant  sans cesse ses intellos de partisans d’être incapables d’écrire semblablement
Mon vis-à-vis était le regretté Noureddine Ben Kheder, grand éditeur et grand militant [5]
Ce qui m’a valu une exclusion de l’UGET décrétée par son asservie direction
Ce fut le cas de tous les étudiants de gauche qui avaient refusé cette manipulation
J’étais à cet époque membre du Parti communiste tunisien, frappé d’interdiction
Le groupe, après sa naissance en France, avait décidé et réussi sa nationale implantation 
Bourguiba les a appelés  "microbes de gauchistes"  dans l’une de ses interventions
En promettant de "consacrer toute sa vie à leur totale élimination" [6]
Et les tortionnaires s’étaient relayés sur tous les membres du groupe, les hommes notamment
Ceux qui se trouvaient en Tunisie, militant à l’université et ailleurs, clandestinement
Il y avait une présence féminine très forte dans le groupe, soit dit en passant
Et c’est le cas chez toutes les tendances de la gauche de l’époque, et à présent
Les persécutions policières n’ont pas épargné leurs familles, ni leurs sympathisants
Leur unique tort est leur " amour social et politique de l'autre " [7], fondamentalement
Leur amour pour leur semblable, leur appel à la liberté, par simple invocation
Par leurs écrits, leur appel à la justice, à la démocratie, pacifiquement
Diverses amours qui se situent au centre de l’humain, qui touchent à ses fondements
Amours qu’ils ont poussées à l’excès, à l’extrême jusqu’à s’oublier, jusqu’à s’effacer, totalement
Au profit de leurs idéaux pour lesquels ils ont supporté souffrances et privations
Où la personne est au centre des préoccupations de la cité, prioritairement
Grands amoureux de la vie et d’autrui dont le bien-être, de celui des autres, dépend
Considérant qu'il ne peut être individuel, c’est leur profonde conviction
Contrairement à ceux qui considèrent qu’il peut être vécu solitairement
Et que la réussite individuelle précède la collective, prétendument
Ils sont nés, au début des années soixante, du vent de solidarité et d’émancipation  
Qui a soufflé sur une population estudiantine, férue de modernisme, refusant
La dérive autocratique du parti destourien et sa politique monolithisation
Tout en adhérant au choix de société prôné par son « suprême combattant»
Une population estudiantine croyant pleinement à l'individu et sa valorisation
À sa créativité, dénonçant la complicité du régime par son silence devant
Les atrocités commises au cours de la guerre du Vietnam et les souffrances de ses habitants
Ainsi que son alignement, en matière de politique extérieure, sur l’Oncle Sam, couramment
Dont « l’avidité absolue de savoir » a été relevée par un certain enseignant
« Appelé à devenir un nom majeur de la pensée critique », qui fut coopérant
Universitaire en Tunisie, il s’agit de Michel Foucault  qui n’a pas besoin de présentation
Qui, en 2009, il fut considéré par The Times Higher Education Guide dans son classement 
« Comme l'auteur en sciences humaines le plus cité au monde », et cela, un quart de siècle après sa disparition [8] a. 
En arrivant en Tunisie, il est tout sauf un révolutionnaire, le pays l’a changé profondément
Il fut témoin du soulèvement estudiantin, dans la capitale tunisienne, depuis sa gestation
Quand l’étau s’est resserré autour des contestataires, il a mis son domicile à leur disposition
En leur permettant d’installer leur ronéo dans son jardin pour leurs travaux d’édition
Il a vécu ce « "Mai 68" tunisien… en mars » et en fut un acteur de premier plan
Il a poussé les enseignants français, coopérants, à le soutenir, à prendre position [8] b. 
Le  "Mai 68" français, il l’a vécu à partir de la Tunisie où il fut plus présent 
Une population estudiantine ayant pour valeurs la liberté d’expression
La justice sociale, le pluralisme politique, valeurs défendues uniquement
Par des mots, écrits ou prononcés, des tracts, des articles et des réunions
Mais, pour Bourguiba, il s’agit d’un défi érigé contre lui, il le réprime brutalement.
Ils furent condamnés pour complot contre l’État et, envers son chef, pour diffamation
Pour diffusion de fausses nouvelles et pour bien d’autres chefs d’accusation  
Ils sont la fine fleur de la jeunesse post-indépendance, de ma génération
Avec les autres sensibilités de gauche, qui ont payé un lourd tribut, pareillement
Plus de deux cents condamnations à des peines de prison ferme furent prononcées contre les dirigeants
Par une juridiction d'exception, la Cour de la sûreté de l'État, dont plusieurs dépassent les dix ans
Passées au bagne de Borj Erroumi, célèbre par sa fosse, creusée sous terre, aux plus récalcitrants
C’est au "Mai 68" tunisien, qui a précédé celui de la France deux mois auparavant
Maté avec une sévérité sans précédent, qu’ont lieu les premières grandes arrestations
Des militants « perspectivistes », communistes et syndicalistes jugés postérieurement
Et les tortures et procès vont perdurer, connus sous le nom de Procès de Tunis, communément [9]
La gauche et les syndicalistes hors du rang furent l’objet de violentes judiciaires répressions
Et victimes de perte et de privation d’emploi, malgré leur compétence, des années durant
Ce qui, à cet époque, m’avait astreint à éviter les séjours dans mon pays, par précaution
Fine fleur qui se distingue par un haut niveau de formation et de culture, généralement
Qui a écrit une grande page de notre Histoire, dans une résignée abnégation 
Et qui, par la suite, a contribué, largement, à faire de la Tunisie ce qu’elle est maintenant
Un pays se suffisant en cadres de tous les niveaux, d’une internationale réputation
Ses Écoles de médecine et d’informatique sont, aujourd’hui, un vivier pour plein de nations
Ainsi, chaque année, près de sept cents médecins émigrent vers l’Europe, vers la France, principalement
Fine fleur qui a pris le septième art, le théâtre et l’édition pour lieux de prédilection
Engagements professionnels qui, certainement, à terme, sont prometteurs, politiquement  
Pour les contrecarrer, le régime a encouragé l’émergence de l’islamiste mouvement [10]
C’était  à l’époque de Bourguiba vieillissant, se faisant élire, à vie, Président
Sacrifiant les valeurs universelles, dans son autoritaire modernisation
Portée par une gouvernance absolue, n’admettant aucune contestation
Croyant que le peuple n’était pas mûr pour jouir d’une démocratie, convenablement
Facette négative de son règne, lui, l’artisan de notre modernité, pourtant
Ce qui a fait dire à Ben Kheder "Nous étions ses enfants illégitimes, réellement
Nous adhésions à son idéologie positiviste et moderniste, complètement" [11]
Bien qu’il fût parmi les trois condamnés qui ont été jugés le plus sévèrement
Lina  avait repris le flambeau de son père, ils ont le militantisme dans le sang
On peut la considérer la petite-fille du Mouvement "Perspectives", idéologiquement
Après cette parenthèse sur la Gauche torturée, reprenons l’exposé de ses déclarations
« Très tôt, j’ai vu les traces de torture sur son corps, il est l’homme de ma vie, je le dis souvent
Jeune, j’ai cherché dans les bibliothèques les livres où je pouvais trouver des renseignements
Sur son parcours, ses idées, ses camarades de lutte, leurs différents lieux de détention
Il est  vrai qu’en Tunisie on manque beaucoup, beaucoup d’amour, il faut le dire franchement
Celui qui ne nous ressemble pas, on ne l’aime pas, parce que nous sommes discordants
Au sujet de la politique, de la religion,… ou en sexuelle orientation
On ne peut pas être tous identiques, de la même série de casseroles, élément
D’ailleurs, la douceur de la vie, c’est que, malgré nos différences, nous aimer, nous puissions
En Tunisie, il y a manque d’amour certain, cela se voit dans la vie, quotidiennement
Quand un automobiliste écrase un chat volontairement ou se gare en troisième position
Le moins que je puisse dire, c'est qu’il ne sait pas aimer, pour ne pas dire les choses  plus crûment
Puisqu’il ne pense qu’à ses propres préoccupations, et pour le chat, c’est inhumain, c’est flagrant
[Un tel barbare et incivique comportement ne pourrait sous-tendre le moindre noble sentiment]
Moi, j’aime l’humanité toute entière, malgré le nombre de conflits que nous observons
La beauté de la vie, c’est de vivre dans et avec l’amour, incontestablement
Qu’il s’agisse de l’amour dans un couple, familial, ou toute autre de ses éclosions
Moi, j’aime les chats, la musique, les livres,… on peut aimer plein de choses en même temps
Il y a l’amour de la patrie, l’amitié est amour, le désir d’aider autrui, mêmement 
S’il est vrai que dans le passé, notre société considérait l’amour répugnant
Blâmable, voire "haram"  , notre jeunesse, aujourd’hui, porte la valeur amour hautement
Je le vois partout, par exemple, dans le combat pour aider autrui, altruistement
Porté par ces jeunes [et moins jeunes], pour que la vie puisse jaillir dans de meilleures conditions
S’il n’y avait de l’amour, s’ils n’étaient pas nourris d’amour, cela n’existerait pas, sûrement
Entre 2005 et 2007, j’étais prisonnière de mon corps et de la dictature, simultanément
La prison du corps est plus dure à supporter que celle des murs et des barreaux, nettement
Cette dernière, on pourrait l’atténuer par la force des convictions et du raisonnement
C’était l’époque de mon insuffisance rénale, je ne pouvais pas vivre normalement
Pour manger ou s’habiller, pour ma vie courante, il me fallait de l’assistance, impérativement
Jusqu’au jour où je suis née une seconde fois, quand j’ai reçu un rein de ma maman [2]
Mais, [courant printemps 2018] ce rein greffé a commencé à présenter des lésions
Vous allez vous dire pourquoi je vous parle de tout cela, dans ce contexte, spécialement
Comme je l’ai expliqué, dans le désir d’aider autrui, il y de l’amour, nécessairement
Et, tout ce que je souhaite, c’est que votre Carte d’identité porte "Donneur d’organe"  comme mention
Pour ce faire, il suffit d’aller sur le site du CNPDO, Centre national de promotion
Du don d’organe, télécharger,  imprimer, remplir, signer légalement la Déclaration
De dons d’organes et la joindre à une demande de renouvellement, plutôt de modification
Des  données de votre Carte d’identité. Ainsi, votre corps sera une source de transmission
De la vie à autrui, à des milliers de sursitaires qui attendent depuis longtemps, très longtemps
Et, à tous ceux qui prétendent que c’est " haram"  , je rappelle que le Coran déclare expressément
" Quiconque fait don de la vie à une personne, c’est comme s’il le faisait à l’humanité, entièrement" 
Et, faire don de la vie à autrui, sans le connaitre, n’est-ce pas un summum de l’œuvre de Cupidon ?
Dans mes activités et déplacements, j’ai appris à connaitre comment les Tunisiens sont
J’ai appris aussi le vrai sens de l’amour, avec tous ces citoyens qui quittent volontairement
Leur famille, leur maison avec tout leur confort, qui ont des idéaux auxquels ils croient fermement
Et qui viennent passer des jours et des nuits sous une tente, juste pour venir en aide, matériellement
Et autrement, à ceux  qui en ont besoin, par exemple ceux qui sont touchés  par les enneigements
De leur région, complètement isolés, alors qu’ils manquent de tout : ni chauffage,…, ni aliments
J’ai appris aussi qu’avancer, c’est une question de volonté et qu’il faut être, en soi, confiant
Ne se laissant pas manipuler par ceux qui souhaiteraient, sur vos choix, être influents
Écoutez la musique que vous aimez, habillez-vous, exprimez-vous, écrivez, librement
Avec comme seule contrainte le respect de l’autre, contrairement à ce qui se passe actuellement
Souvent, avec des antagonistes qui ne cessent de s’insulter et s'agresser mutuellement

Apprenons à aimer dans tout acte de notre vie, il y va de notre épanouissement 
Je souhaite à celui qui ne sait pas aimer, qu’il puisse y arriver, un jour, prochainement
Aimez-vous vous-même, à celui qui se croit un raté, en se disant " je ne peux rien faire de bon"
Je dis "aime-toi, aie confiance en toi, et ton salut surgira de toi, certainement"
Il faut croquer la vie à pleines dents, il faut faire ce qu'on aime, il faut être heureux pour pouvoir aider les gens
Et, si nous voulons que notre Tunisie s’en sorte, aimons-nous et aimons-la, sincèrement»

Cette dernière strophe reflète admirablement ce que Lina aurait écrit dans son testament

Salah HORCHANI

[1] https://www.realites.com.tn/2020/02/deces-de-lina-ben-mhenni-la-ceremonie-du-40e-jour-au-theatre-de-lopera/

[2] https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/310120/lina-ben-mhenni-nouvelle-etoile-du-firmament

[3] https://www.facebook.com/mosaiquefm/videos/608092486402910/

https://www.facebook.com/leena.benmhenni/videos/1672278802831322/

https://atunisiangirl.blogspot.com/2010/12/du-militantisme.html

https://www.youtube.com/watch?v=A0Q2w1lu_e0&feature=share&fbclid=IwAR356oSFq_e5C-5oWtClfsg4B1HVycP0kDG9PNxqBa1RWE8YRdaFPYU83Js

https://www.youtube.com/watch?v=AY07A_2S8r4

Lina BEN MHENNI, Tunisian girl, Blogueuse pour un printemps arabe, Indigène Éditions, juin 2011.

[4] Voir, à ce sujet, mon poème intitulé «Tunisie - Sur la connivence entre Ennahdha et Sihem Ben Troïka et son IVD», paru sous le lien suivant :  

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/141218/tunisie-sur-la-connivence-entre-ennahdha-et-sihem-ben-troika-et-son-ivd

[5] https://www.webmanagercenter.com/2015/02/13/160418/tunisie-commemoration-qui-est-noureddine-ben-khedher/

[6] https://www.justiceinfo.net/fr/tribunaux/tribunaux-nationaux/43917-tunisie-la-repression-au-temps-des-perspectivistes.html

[7] https://www.u-picardie.fr/curapp-revues/root/26/haroche.pdf

[8] a. https://www.tdg.ch/culture/archives-michel-foucault-classees-tresor-national/story/24628897

https://www.uky.edu/~eushe2/Bandura/BanduraTopHumanities.pdf

[8] b. https://www.jeuneafrique.com/541589/culture/tunisie-quand-michel-foucault-vivait-le-mai-68-tunisien-en-mars/

[9] Voir, par exemple, à ce sujet : Abdeljalil BOUGUERRA, De l'histoire de la gauche tunisienne : le mouvement Perspectives. 1963-1975, Cérès éditions, Tunis, 1993.

Il convient de signaler, dans ce contexte, que Cérès éditions, qui est devenue l'une des principales maisons d'édition du Maghreb, fut dirigée par Noureddine Ben Kheder, juste après sa sortie de prison.

[10] Comme il est rappelé dans le lien ci-dessous * où il est écrit :

« A la même époque, Bourguiba redonne du crédit à la culture islamique. Il réhabilite l'instruction religieuse, dans l'intention de lutter contre l'orientation marxisante du mouvement syndical et universitaire (…) Le régime lance la construction de mosquées dans les écoles et les usines. L'éducation religieuse devient une discipline à part entière dans les programmes scolaires, la consommation d'alcool est réglementée. Apparaît, dans ce contexte, l'Association pour la sauvegarde du Coran, créée par la direction du culte. On pouvait voir se côtoyer dans ces locaux prêtés par le PSD [nda : Parti socialiste destourien, le parti de Bourguiba], à la fois les islamo-destouriens et les futurs dirigeants du parti islamiste, dont les principales figures sont Ghannouchi, Mourou, Hmida Ennaifer. C’est ainsi que Mourou et Ghannouchi commencent à prêcher dans les écoles secondaires, les universités et les mosquées avec un groupe de jeunes dont Habib Mokni, Salah Karker, Fadhel Beldi et Slaheddine Jourchi qui vont former la Jamâa Al-Islamiya ("Groupe islamique") ».

* https://www.lecourrierdelatlas.com/point-de-vue-tunisie-ghannouchi-et-l-auctoritas-virus-23494

[11] in Michel CAMAU et Vincent GEISSER (dir.), Habib Bourguiba : la Trace de l'héritage, KARTHALA Éditions, Paris, 2004, p. 542.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.