salvatore palidda
Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)
Abonné·e de Mediapart

128 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 juin 2021

L’actuelle question néocoloniale versus réparation et pardon du colonialisme

Dans l'entretien avec Le Monde, Achille Mbembe semble oublier ce que lui-même a appelé le brutalisme et la nécropolitique. La question cruciale est: quelles pourraient être les justes réparations et pardons que les Etats coloniaux devraient assumer face aux populations victimes de leur colonisation et face aux Etats des pays ex-colonies sans l’abolition du néocolonialisme?

salvatore palidda
Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans l'entretien avec Le Monde Achille Mbembe adopte des propos disons assez modérés surtout par rapport à ce qu'il a écrit sur le Brutalisme (2020) peut être aussi parce qu'il a accepté d'être nommé par Macron de préparer le sommet Afrique-France prévu en octobre 2021 à Montpellier. Mais la question est plus importante: quelles pourraient être les justes réparations et pardons que les Etats coloniaux devraient assumer face aux populations victimes de leur colonisation et face aux Etats des pays ex-colonies. Donc il y a d’abord deux questions distinctes car il est trompeur de mettre sur le même plan la population et les victimes et les Etats puisqu'il est bien connu que ces derniers peuvent s'arranger négociant des compensations monétaires et des accords commerciaux. Or, la question fondamentale que malheureusement Mbembe ne pose pas est que le colonialisme n'est pas du tout terminé! On est en plein dans le contexte d'un néo-colonialisme qui est imposé par l'asymétrie gigantesque entre les dominants (non seulement les pays plus riches, mais aussi les groupes financiers et les multinationales) et les dominés. Et on peut constater que ce néocolonialisme est pratiqué non seulement par les ex pays coloniaux et leurs groupes dominants à l'échelle planétaire, mais aussi par les pays qui n'ont pas été coloniaux (par exemple la Chine, Israël, l'Arabie Saoudite etc.).  Voilà donc pourquoi parler simplement de réparation et de mémoire; la dette de vie, de vérité et de mémoire -et cela Mbembe le sait très bien- cette triple dette se reproduit tous les jours à cause du néocolonialisme !!!! 

Voilà pourquoi s'il y a quelques possibilités de négocier les réparations et le pardon c'est tout d'abord pour stopper les pratiques néocoloniales et non seulement par rapport aux génocides et destructions coloniales du passé.  Et le nouveau génocide de migrants par la thanatopolitique pratiquée par les pays dominants et notamment par Frontex est sans doute l'un des premiers effets de ce néo-colonialisme.

Encore plus grave est le cas de l’Italie où la question des dévastations et génocides des populations colonisées par ce pays au XIX et pendant le fascisme est très rarement posée et de fait totalement ignorée par la très large majorité de la population, les enseignants et les médias au point que l’un des journalistes encore considéré comme un maestro de ce métier était Montanelli, un ex-militaire colonial qui racontait comme fait absolument normal d’avoir acheté en Éthiopie comme femme «de passage» une jeune fille de 12 ans pour 500 lire ainsi qu’un cheval et un fusil. Mais Berlusconi avait dit que l’Italie avait payé la dette de guerre avec la Lybie lors de son accord avec Kadhafi venu à Rome avec ses tendes et son énorme suite. Entretemps les multinationales italiennes contribuent largement dans la provocation de désastres environnementaux, économiques et sociaux dans plusieurs pays d’Afrique, d’Asie et d’Amériques Latine (il suffit songer à l’œuvre de Benetton en Amazonie, de l’ENI en Lybie et ailleurs, des exportations d’armements et de déchets en peu partout et récemment même en Tunisie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa