salvatore palidda

Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)

Son blog
102 abonnés Le blog de salvatore palidda
Voir tous
  • Le continu salissement de l’antimafia: entretien avec Santino (Centre Impastato)

    Par
    Au cours de ces dernières années on a assisté à plusieurs cas de personnages considérés comme «champions» de l’antimafia qu’ont été inculpés de comportements illégaux voir meme de liens avec la mafia. Umberto Santino, président du célèbre Centre Impastato nous analyse ce phénomène qui prouve que malgré son affaiblissement à la suite des gros coups judiciaires subis la mafia n’est pas de tout morte
  • Italie: immigrés obligés à la “drogue d’Hitler” pour bosser comme néo-esclaves

    Par
    Après d’autres cas une nouvelle enquête judiciaire découvre que des Bengalais usent la soi-disant “drogue d’Hitler” pour tenir dur les rythmes de travail chez les chantiers navals près de Venise tout comme les Sikhs dans les campagnes : voilà le travail des néo-esclaves dans le contexte libériste globalisé du néo colonialisme parmi les illégalismes de l’hybridation du pseudo-légal
  • Taranto: la terrible histoire d’opposition entre droit à la vie et droit au travail

    Par
    Depuis 50 ans l’aciérie de Taranto est à la fois le plus important site industriel italien et la source de cancer chez les enfants et travailleurs. Mais la “raison économique d’Etat” a toujours privilégié cette raison. Depuis des années les gouvernements élude ce dilemme et maintenant on est à la lutte patrons et syndicats contre les habitants ? Pourquoi ne pas nationaliser et convertir?
  • Les trois dérives possibles en Italie

    Par
    Le renversement des alliances du M5S, le nouveau gouvernement jaune-rose (M5S-PD-LU) qui a mis hors-jeu Salvini n’a pas du tout minimisé la possibilité que les droites arrivent à être majoritaires. L’Italie est face à trois options: centre-gauche, centre-droite et droites pseudo-souverainistes-populistes. Voici les caractéristiques et les dynamiques de ces trois possibles dérives.
  • Renzi quitte le PD à droite. Bonne nouvelle pour le retour de la gauche?

    Par
    Renzi persiste et signe: il passe à un autre coup de main qui vise à la création d’un nouveau parti de centre-droite soi-disant modéré avec des gens proches de Berlusconi et joue au chantage sur le gouvernement qui pour l’instant n’a pas de problème. Il est probable que ce jeu l’amènera à disparaitre. Reste à savoir si s’ouvre ainsi une nouvelle chance pour le retour du Parti Démocratique à gauche
Voir tous
  • Édition Les invités de Mediapart

    En Italie, la gauche a tout fait pour ne pas gagner

    Par
    Plus de 4,7 millions de voix ont été perdues par la gauche, et sept millions par la droite... « Le jeu est dans les mains des élus de la liste Grillo: vont-ils trouver un accord point par point avec la gauche sans entrer dans aucune coalition gouvernementale? », s'interroge Salvatore Palidda, sociologue (université de Gênes).  
  • Édition Les invités de Mediapart

    Le missile, l'avion et la justice

    Par
    Si la justice italienne a fini par admettre que la chute d'un avion au large de la Sicile (81 en morts en 1980) était due à un missile, rien n'établit encore l'origine du tir – la responsabilité de la France est régulièrement évoquée. Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie), Salvatore Palidda revient sur cette affaire et se demande comment « la construction de l’Union politique européenne» pourrait assurer un « contrôle démocratique des services secrets».
  • Édition Les invités de Mediapart

    Amiens : énième dérive à droite de la gauche au pouvoir

    Par
    Dénonçant les déclarations «sécuritaires» de François Hollande et Manuel Valls après les émeutes d'Amiens, Salvatore Palidda, professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie), reproche à la gauche au pouvoir de ne pas s'attaquer aux « véritables insécurités », c'est-à-dire « les injustices économiques et sociales ».
  • Édition Les invités de Mediapart

    En Italie, une justice ambiguë

    Par
    Onze ans après le G8 de Gênes, la justice italienne vient de rendre ses derniers jugements, sévères avec les manifestants, mais pas avec les policiers accusés de violences. Salvatore Palidda, professeur de sociologie à l'université de Gênes, démêle l'écheveau des responsabilités et les stratégies mises en place dans le traitement judiciaire des événements.