salvatore palidda

Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)

Son blog
100 abonnés Le blog de salvatore palidda
Voir tous
  • Les dockers mobilisés contre la guerre sont attaqués

    Par
    Reprenant leur belle tradition de lutte contre la guerre, les dockers d’Europe ont bloqué le chargement d’armements sur deux bateaux saoudiens. Après cette première victoire les dockers de Gênes et les solidaires qui les ont appuyés, font l’objet d’une attaque de la part des armateurs et entreprises du port et du zélé directeur du magazine du secteur au service des businessmen du port génois.
  • Le jour le plus noir de l’Italie du XXIe siècle … mais on a encore de quoi réagir

    Par
    Parmi les premiers 6 pays européens l’Italie se révèle la plus à droite, plus que la France. Après trente ans de démantèlement de la gauche, on passe de Berlusconi à Renzi et maintenant à Salvini, leader des fascistes-racistes-sexistes. Est-il possible stopper cette dérive et construire ex-novo un futur écologiste et de gauche? Oui ! regardez le récit du médecin de Lampedusa Bartolo à la fin
  • La violence policière du régime Salvini ne passe pas!

    Par
    Les dernières violences policières on les a vues hier à Gênes, mais grande mobilisation des antifascistes alors que les fidèles de casapound n’étaient qu’une dizaine défendus par un dispositif policier énorme. C’est le scénario qu’on voit répéter depuis des mois en Italie. Mais encore pour pas longtemps. Salvini est aux cordes !
  • Italie une année d’échecs du gouvernement “souverainiste-populiste", où va-t-il?

    Par
    Italie : un an de gouvernement M5S-Ligue ; bilan d’échecs cachés, de faveurs à ses grands électeurs, litiges, nouvelle vague de sales affaires. Mais, pour l’instant, tout au profit de Salvini qui soutient la montée raciste-fasciste-sexiste. Ça va durer car il y a les élections en Mai, mais meme après car la gauche n’existe pas; alors sera le tour d’un gouvernement «institutionnel» de Mattarella
  • Pourquoi la police française est devenue la plus violente d’Europe occidentale?

    Par
    Police et gouvernement n’ont pas le savoir et l’expérience utiles à la répression violente qui pratiquent ? Ils sont maladroits ? Il n’y a pas de dérive autoritaire ou vers un Etat policier-militaire. C’est la logique dominante qui exclut toute négociation. Fascisme «démocratique» et soi-disant démocratie coexistent toujours. Mais cela n’aboutira qu’à provoquer des révoltes de plus en plus dures.
Voir tous
  • Édition Les invités de Mediapart

    En Italie, la gauche a tout fait pour ne pas gagner

    Par
    Plus de 4,7 millions de voix ont été perdues par la gauche, et sept millions par la droite... « Le jeu est dans les mains des élus de la liste Grillo: vont-ils trouver un accord point par point avec la gauche sans entrer dans aucune coalition gouvernementale? », s'interroge Salvatore Palidda, sociologue (université de Gênes).  
  • Édition Les invités de Mediapart

    Le missile, l'avion et la justice

    Par
    Si la justice italienne a fini par admettre que la chute d'un avion au large de la Sicile (81 en morts en 1980) était due à un missile, rien n'établit encore l'origine du tir – la responsabilité de la France est régulièrement évoquée. Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie), Salvatore Palidda revient sur cette affaire et se demande comment « la construction de l’Union politique européenne» pourrait assurer un « contrôle démocratique des services secrets».
  • Édition Les invités de Mediapart

    Amiens : énième dérive à droite de la gauche au pouvoir

    Par
    Dénonçant les déclarations «sécuritaires» de François Hollande et Manuel Valls après les émeutes d'Amiens, Salvatore Palidda, professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie), reproche à la gauche au pouvoir de ne pas s'attaquer aux « véritables insécurités », c'est-à-dire « les injustices économiques et sociales ».
  • Édition Les invités de Mediapart

    En Italie, une justice ambiguë

    Par
    Onze ans après le G8 de Gênes, la justice italienne vient de rendre ses derniers jugements, sévères avec les manifestants, mais pas avec les policiers accusés de violences. Salvatore Palidda, professeur de sociologie à l'université de Gênes, démêle l'écheveau des responsabilités et les stratégies mises en place dans le traitement judiciaire des événements.