salvatore palidda

Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)

Son blog
95 abonnés Le blog de salvatore palidda
Voir tous
  • Milan: 250 000 manifestants à la marche antiraciste. Une autre Italie possible?

    Par
    La plus grande mobilisation contre le racisme, le fascisme et le sexisme des leaders et fidèles de la Ligue de Salvini depuis son installation au gouvernement. Une manif qui peut être va apprendre quelques choses à la gauche perdue ou à la dérive de droite des Renzi, Gentiloni et Minniti. Mais la gauche arrivera-t-elle à apprendre de ces mobilisations ?
  • Apories démo-climato-politiques: vers la dérive de la thanatopolitique?

    Par
    Démographes et experts du changement climatique ont tendance à croiser les dynamiques migratoires, les effets du changement climatique et l’augmentation continuelle de la population mondiale. Bien qu’en toute bonne foi, le résultat de leur raisonnement semble conduire à une thèse assez inquiétante car risque fort de donner crédit à ce qu’apparait la thanatopolitique néo-libériste
  • Le côté caché de la crise italo-française: un conflit entre néo-colonialistes

    Par
    Deux gouvernements à la recherche maladroite de marquer le coup pour cacher leurs défaillances, leurs affaires louches en Afrique et leur difficile reconquête de consensus en vue des prochaines élections européennes. La malchance des Italiens et des Français qui vivent de leur travail et surtout des populations africaines : être à la merci d’une compétition néocoloniale au bénéfice des lobbies.
  • La comédie grotesque d’un gouvernement qui vit de la distraction de masse

    Par
    Le cinéma des attaques de la part de Di Maio, Salvini et d’autres du gouvernement italien à la France n’a aucune raison fondée et crédible mais on peut dire qu’il semble bien s’agir d’une comédie grotesque due au fait que ce gouvernement a de plus en plus besoin d’inventer des arguments pour distraire l’opinion publique voir pour cacher ses échecs et ses magouilles.
  • Début 2019: déjà 300 noyées. Millions aux Libyens pour l’ordre «laisser mourir»

    Par
    Depuis le début de 2019 on compte 300 noyés et chaque jour encore. Salvini dit que c’est la faute des ONG retournés en mer et confirme son ordre de laisser mourir les migrants. C’est la thanatopolitique néo-libériste mêlée au fascisme, racisme et sexisme des souverainistes-populistes. Mais la résistance à cette dérive réactionnaire se développe rapidement partout.
Voir tous
  • Édition Les invités de Mediapart

    En Italie, la gauche a tout fait pour ne pas gagner

    Par
    Plus de 4,7 millions de voix ont été perdues par la gauche, et sept millions par la droite... « Le jeu est dans les mains des élus de la liste Grillo: vont-ils trouver un accord point par point avec la gauche sans entrer dans aucune coalition gouvernementale? », s'interroge Salvatore Palidda, sociologue (université de Gênes).  
  • Édition Les invités de Mediapart

    Le missile, l'avion et la justice

    Par
    Si la justice italienne a fini par admettre que la chute d'un avion au large de la Sicile (81 en morts en 1980) était due à un missile, rien n'établit encore l'origine du tir – la responsabilité de la France est régulièrement évoquée. Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie), Salvatore Palidda revient sur cette affaire et se demande comment « la construction de l’Union politique européenne» pourrait assurer un « contrôle démocratique des services secrets».
  • Édition Les invités de Mediapart

    Amiens : énième dérive à droite de la gauche au pouvoir

    Par
    Dénonçant les déclarations «sécuritaires» de François Hollande et Manuel Valls après les émeutes d'Amiens, Salvatore Palidda, professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie), reproche à la gauche au pouvoir de ne pas s'attaquer aux « véritables insécurités », c'est-à-dire « les injustices économiques et sociales ».
  • Édition Les invités de Mediapart

    En Italie, une justice ambiguë

    Par
    Onze ans après le G8 de Gênes, la justice italienne vient de rendre ses derniers jugements, sévères avec les manifestants, mais pas avec les policiers accusés de violences. Salvatore Palidda, professeur de sociologie à l'université de Gênes, démêle l'écheveau des responsabilités et les stratégies mises en place dans le traitement judiciaire des événements.