salvatore palidda

Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)

Son blog
92 abonnés Le blog de salvatore palidda
Voir tous
  • Non aux grands travaux: grande mobilisation en Italie

    Par
    Deux fronts opposés en Italie : d’un côté les droites, la gauche (PD), le patronat, les lobbies, les médias et même les syndicats et l’église catholique, tous en soutien des grands travaux et, de l’autre côté, les populations locales - victimes de ces œuvres - qui réclament un programme d’assainissement des territoires dévastés et pollués et plus de services publics de qualité pour tous
  • 100 000 à Rome contre décret sécuritaire et raciste du gouvernement de la Ligue-M5S

    Par
    Diffusée en direct le 10 Nov. par les deux plus importants quotidiens et d’autres; une participation de 480 associations et des gens de tous le pays: c’est la première manifestation importante contre le gouvernement désormais de plus en plus réactionnaire et protecteurs de ses électeurs nantis. En même temps, 100 places manifestent contre le décret Pillon (qui veut empêcher le divorce)
  • Quel sera l‘aboutissement du pari du pseudo souverainiste-populiste italien?

    Par
    Le gouvernement M5S-Lega a voté le budget malgré la halte de l’UE; c’est le défi du souverainisme-populisme. Mais, les promesses de grand changement ne sont que des faveurs aux plus riches et aux fascistes, racistes et sexistes. L’incertitude est totale: attaques de la spéculation financière et la flambée du spread, plus que la sommation de l’UE, pourrait forcer M5S-Ligue à renoncer aux velléités
  • Extraordinaire succès d’une mobilisation solidaire en Italie

    Par
    Un groupe de filles de Gênes a lancé un appel à financement participatif pour le bar Hobbit de Delia, le seul point de solidarité à Vintimille. En 7 jours, plus de 20 mille euros sont arrivés et les donations continuent; le site a eu plus de 18.000 visites d’italiens mais aussi d’autres nationalités (de 5 à 500 euros chacun) avec des messages parfois émouvants. Un billet de Solidaires, de Gênes.
  • L’imposture souverainiste-populiste par manque d’antifascisme-antiracisme-antisexisme

    Par
    Le succès (éphémère ou durable?) de l’imposture souverainiste-populiste en Italie et ailleurs s’impose car la majorité de la population est narcotisée ou réduite à l’incapacité de réagir aussi par manque d’opposition antifasciste, antiraciste et antisexiste efficace, car ne démasque pas l’héritage désastreux de l’ex-gauche maintenant alliée de Berlusconi contre le gouvernement Ligue-M5S.
Voir tous
  • Édition Les invités de Mediapart

    En Italie, la gauche a tout fait pour ne pas gagner

    Par
    Plus de 4,7 millions de voix ont été perdues par la gauche, et sept millions par la droite... « Le jeu est dans les mains des élus de la liste Grillo: vont-ils trouver un accord point par point avec la gauche sans entrer dans aucune coalition gouvernementale? », s'interroge Salvatore Palidda, sociologue (université de Gênes).  
  • Édition Les invités de Mediapart

    Le missile, l'avion et la justice

    Par
    Si la justice italienne a fini par admettre que la chute d'un avion au large de la Sicile (81 en morts en 1980) était due à un missile, rien n'établit encore l'origine du tir – la responsabilité de la France est régulièrement évoquée. Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie), Salvatore Palidda revient sur cette affaire et se demande comment « la construction de l’Union politique européenne» pourrait assurer un « contrôle démocratique des services secrets».
  • Édition Les invités de Mediapart

    Amiens : énième dérive à droite de la gauche au pouvoir

    Par
    Dénonçant les déclarations «sécuritaires» de François Hollande et Manuel Valls après les émeutes d'Amiens, Salvatore Palidda, professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie), reproche à la gauche au pouvoir de ne pas s'attaquer aux « véritables insécurités », c'est-à-dire « les injustices économiques et sociales ».
  • Édition Les invités de Mediapart

    En Italie, une justice ambiguë

    Par
    Onze ans après le G8 de Gênes, la justice italienne vient de rendre ses derniers jugements, sévères avec les manifestants, mais pas avec les policiers accusés de violences. Salvatore Palidda, professeur de sociologie à l'université de Gênes, démêle l'écheveau des responsabilités et les stratégies mises en place dans le traitement judiciaire des événements.