salvatore palidda
Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)
Abonné·e de Mediapart

122 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 sept. 2020

Italie: Referendum et élections dans 7 régions

Referendum gagné avec presque 70% des votes par le OUI à la réduction des parlementaires (soutenu par le gouvernement et la plupart de la droite); régionales gagnés par la gauche en Toscane et dans les Pouilles et par le PD de De Luca en Campanie et par les droites dans la Vénétie, les Marches, la Ligurie. Résultats satisfaisants pour le gouvernement pas pour Salvini qui espérait plus

salvatore palidda
Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le dimanche 20 Septembre et le lendemain matin jusqu’à 15h, en Italie les électeurs ont été appelés à voter pour le référendum et dans cette région pour le gouvernement régional. Presque 54% des ayant droits de vote sont allé voter, mais dans la région du Sud (Sicile, Sardaigne, Calabre) le pourcentage s’est attesté au-dessous de 35%.

Le référendum demandait de voter OUI ou NON à la question de savoir si on approuve ou pas la loi adoptée par la majorité gouvernementale actuelle (Parti Démocratique/PD + Mouvement Cinq Etoiles /M5S) portant sur la réduction du nombre de parlementaires. Ces deux partis du gouvernement ont appelé à voter oui mais aussi la Ligue de Salvini, sauf quelques dirigeants, et encore la droite des fascistes Fratelli d’Italia. En revanche une partie non négligeable des électeurs de gauche et les gens du parti de Berlusconi ont appelé à voter NON. Cette loi pour la réduction des parlementaires a été voulue par le Mouvement Cinq Etoiles dans le cadre de son discours populiste pour la réduction des couts de la politique. Et avait fini par être soutenue aussi par le PD pour sauver la coalition gouvernementale. Les raisons du NON ont été soutenues avec force par nombre d’intellectuels et militants de la gauche y compris l’Association Nationale des Partisans (Antifascistes) et les leaders de la CGIL (la CGT italienne) et aussi le quotidien la Repubblica -considéré le principal média proche du PD- et la plupart des autres quotidiens plutôt pas favorables au gouvernement PD-M5S. Le discours pour le NON portait sur le fait que la réduction du nombre des parlementaires de 945 à 600 non seulement produit une réduction ridicule des couts de la politique mais est une attente à la Constitution car diminue la représentation des électeurs et favorise la concentration des pouvoir dans les mains de moins d’élus. De leur part les souteneurs du OUI ont promis qui vont voter ensuite des lois pour améliorer le système électoral. En réalité à chaque fois que l’on prétend toucher au système électoral la bagarre parlementaire s’enflamme et comme disent quelques experts il sera difficile arriver à une loi électorale acceptable. Certes est que le système majoritaire actuel donne à la leadership des partis le pouvoir total de désigner qui seront les élus et ne permet nullement aux électeurs de choisir leur candidat. De fait ce referendum ne change pas grand-chose et selon quelqu’un était une imposture qu’il fallait éviter car la très grande majorité des parlementaires d’aujourd’hui et de demain seront toujours favorables à un système électoral qui apparaît comme un nette hétérogenèse de la démocratie parlementaire conquise après le fascisme.

Pour ce qui est des élections régionales le gouvernement sort soulagé car il craignait une grave défaite à cause de la montée de la droite fascistes et racistes de la Ligue et de FdI. Masi si le PD peut se réjouir car il a gagné seul trois régions, le M5S qui n’a pas voulu accepter de courir partout avec le PD a essuyé une éclatante défaite sauf à dire que le OUI a triomphé grâce à la bataille faite par ce parti depuis plus de dix ans.

            De sa part Salvini est déçu par rapport aux attentes dont il rêvait, mais sa popularité semble en déclin malgré l’énorme quantité d’argent qui dépense pour manipuler les social media. Par contre surprend la monté de Fratelli d’Italia, le parti fasciste et raciste qui encore il y a une année ne dépassait pas 3-4% et maintenant a gagné plus de 10% et la majorité dans la région des Marches.

Bref la situation italienne continue à faire rêver les droites d’arriver à la majorité absolue car elle gouverne 15 régions sur 20.  Si la gauche et le M5S ne récupèrent pas encore un peu de crédibilité pour eux le futur sera assez sombre. Peut-être que le seul choix intelligent serait de revenir au système électoral proportionnel qui ne donnerait plus de prime de majorité au premier et au deuxième parti arrivés en tête et permettrait de ne pas disperser les votes des gauches.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre