Libye: la sale guerre permanente de mercenaires des pays OTAN et de la Russie

Libye : Et voilà que six pays de l’OTAN, dont les E.U., la France et le Royaume Uni, relancent leurs soutiens à Haftar envoyant 20 agents des services secrets déguisés en scientifiques. La sale guerre du bandit Haftar contre Sarraj, reconnu par l’ONU s’intensifie avec aussi la mainmise de Erdogan et Poutine en compétition avec l’Otan. La Libye effondre toujours plus dan l'abime.

Selon un rapport confidentiel d’experts du DPA des Nations Unies (Département des Affaires Politiques et de Consolidation de la Paix) au moins 20 agents sont en train de mener une mission secrète de forces occidentales privées en Libye (entre autres sources voir ici). Ces 20 agents ont été mis à disposition de cette mission nommée «projet Opus» par l'Australie, la France, Malte, l'Afrique du Sud, la Grande-Bretagne et les États-Unis. Il s’agit d’un projet en soutien au général Khalifa Haftar qui depuis des années essaye par tous les moyens de détruire le pouvoir de Sarraj officiellement reconnu par l’ONU. Selon le rapport du DPA les 20 agents sont montés à bord d'un avion-cargo à Amman, en Jordanie, fin juin 2019. Officiellement, ils voyageaient au nom de la communauté scientifique pour effectuer des "enquêtes géophysiques et hyperspectrales" en Libye pour le compte de la Jordanie. Mais le rapport de l'ONU appelle cela une "histoire de camouflage". Selon les informations, ils sont membres de sociétés militaires privées. Ils auraient été censés arrêter les navires de ravitaillement turcs en route vers la capitale côtière, Tripoli, et intercepter les livraisons d'armes destinées aux forces d'opposition, selon le rapport. La Libye, dont sa richesse en pétrole est visée par plusieurs puissances mondiale et fut la raison du renversement du régime de Kadhafi ainsi que la fortune de celui-ci dans plusieurs banques de pays OTAN est devenu un champ de bataille pour l'une des plus sales guerres en cours.
Depuis avril dernier, les forces orientales dirigées par Haftar tentent de s'emparer de la capitale Tripoli. De son côté Putin cherche à être la principal soutien de Haftar : plusieurs centaines de Russes engagés contre le gouvernement de Faïez Sarraj ont quitté samedi 23 Mai la capitale. Entretemps Trump a appelé à une "désescalade" en Libye lors d'une conversation téléphonique avec son homologue turc Tayyip Erdogan, a fait savoir samedi 23 Mai la Maison Blanche. L'ONU a documenté des mercenaires étrangers travaillant dans le pays. Il a déclaré que l'embargo sur les armes en vigueur a également été violé à plusieurs reprises, avec des armes provenant d'endroits comme la Turquie, qui soutient le gouvernement d'unité. Selon le rapport sur la mission récemment découverte, la planification de l'opération secrète a été principalement effectuée par des sociétés basées aux Émirats arabes unis - le rapport met en évidence "Lancaster6" et "Opus Capital Asset". Ils auraient acheté six hélicoptères militaires en Afrique du Sud à la mi-juin 2019, d'abord amenés par voie terrestre au Botswana, puis transportés par avion à Benghazi en Libye, un bastion de Haftar. Dans le même temps, à la pointe sud de l'Europe à Malte, "Opus Capital Asset" a loué deux canots pneumatiques militaires pour être équipés de mitrailleuses et emmenés à Benghazi le 27 juin. La prétendue mission secrète a été abandonnée pour des raisons inconnues après seulement quelques jours. Rien n'indique immédiatement que des attaques ont effectivement été menées. Les Émirats arabes unis sont considérés comme un important partisan d'Haftar dans la guerre civile.

            L’Italie ne semble pas capable de mener une quelconque action diplomatique efficace et mise uniquement sur les pratiques de la multinationale italienne du pétrole (ENI) qui s’appuie sur les rançons aux bandes armées pour protéger ses installations. On assiste ainsi à une escalation du déchainement des mercenaires de tous bords, le tout aux dépens de la recherche de la paix. Les pays OTAN et la Russie n’arrêtent pas d’alimenter la sale guerre permanente.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.