salvatore palidda
Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)
Abonné·e de Mediapart

128 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mai 2021

Pourquoi les «gauches» s’alignent sur l’idée de sécurité et de défense de droite

En France comme en Italie et ailleurs récemment comme depuis les années 1990, presque toutes les gauches s’alignent sur l’idée de sécurité et de défense de droite. Ce n’est pas seulement pour raisons de compétition électorale avec les droites, mais pour leur dérive néo-libérale, pour leur idée d’Etat et surtout parce qu’on ignore les vraies insécurités des travailleurs et des gens sans protection

salvatore palidda
Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On l’a vu récemment en France mais aussi en Italie et auparavant au Royaume Uni, en Allemagne, en Espagne et ailleurs: les gauches qui arrivent au pouvoir ou aspirent l’atteindre finissent toujours pour adopter plus ou moins l’idée de sécurité agitée par les droites. Dans la tentative de ne pas laisser à la droite le monopole du discours sur les insécurités et la sécurité elles veulent montrer de ne pas être «laxistes», ni «angéliques» et n’hésitent pas à promettre plus de sanctions, plus de répression ferme, plus de pénalité. Ainsi les positions du PS, du PCF et en partie de Jadot sont bien appréciées par la presse de droite et par Printemps républicain. En France cette dérive s’enchaine depuis Jospin face à la monté de Le Pen et surtout avec Valls qui a fait le pari de dépasser Sarkozy. La situation s’est beaucoup plus aggravée suite aux attentats des intégristes et aussi depuis la pourriture que tous les gouvernements ont laisser avancer dans les soi-disant cités des banlieues de France.

Mais de quelles insécurités s’agissait-il? Qui étaient les victimes? Quelle était la sécurité qu’il fallait? Ce sont là les questions cruciales que ces gauches ne se posent pas.

Le vrai problème qui éclate en France, comme dans tous les pays en particulier européens, surtout depuis les années 1990 est la profonde déstructuration économique, sociale, culturelle et politique provoquée par le triomphe de la «révolution néo-libérale». Dans les ruines de la fin de la société industrielle et son délabrement il y a la fin de la soi-disant capacité d’intégration et cohésion sociale et la transformation de bonne partie des enfants des travailleurs et des classes populaires (et non seulement des immigrés) en «postérité inopportune». Ils sont abandonnés et destinés à des petits boulots le plus souvent précaires ou au noir ou bien aux petites activités illicites (recel, troc et commerce à la sauvette de marchandises d’origine inconnue ou de drogues). La toxicomanie avance ainsi que toute la dégradation des cités. Sarkozy a jeu facile à désigner cette jeunesse comme la racaille responsable de tous les problèmes et les maux de la société, donc des insécurités. La réponse des autorités de droite et même de gauche a donc été la répression systématique à coup de BAC et de brutalités policières qui font penser à celles des militaires dans les colonies (les propositions de la France insoumisesemblent cohérentes). Oui, il y a eu reproduction du néocolonialisme interne en France tout comme dans bien d’autres pays qui se disent démocratiques car le néo-libérisme se nourrit de hyper exploitation, néo-esclavagisme et donc de la violence pour imposer sa domination sur un société privée de droits et de protection pour tous. Il est par exemple surprenant que la gauche des différents pays européens ne dise rien à propos du développement des économies souterraines (travail au noir et néo-esclavagisme), voir des victimes de ce régime qui prolifèrent au cœur même des grandes villes et dans leurs banlieues. Que font-ils les Etats pour remédier et récupérer tous les territoires gravement pollués? (ce qui pourrait créer une énorme quantité d’emplois). Que font-ils pour la reconversion effectivement éco-soutenable de tous les activités polluantes et dangereuses ? (à commencer par les industries des armements, le nucléaire, la pétrochimie et l’agriculture bourrée de poisons). En effet, les gauches ne songent même pas que le premier devoir de la sécurité publique devrait celui de viser la protection de la vie de la population qui est menacée par toutes les activités polluantes (c’est à cela qu’on doit la majorité de la mortalité dont la pandémie ne couvre qu’environ 1/6). L’une des questions cruciales que les gauches ignorent est l’insuffisance ou le manque de prévention des risques sanitaires et environnementaux et donc de protection de leurs victimes à commencer par les risques d’accidents et de maladies professionnelles pour les travailleurs et les habitants des sites concernés par ces risques. Alors qu’on dépense de plus en plus pour les polices et les militaires, on a des ressources, moyens et personnels en quantité ridicule par rapport à la quantité de ces risques. Il est alors accablant que les gauches ignorent cela et arrivent à soutenir les revendications de plus de moyens pour les polices et les militaires. No, dans les pays européens on a trop de personnels des forces de police et trop de ressources pour celles-ci ; il est aberrant créer aussi des polices locales qui finiront comme en Italie pour imiter dans le pire celles nationales.

Pour le bien-être de la population sont-ils utiles les missions militaires à l’étranger? (de fait elles sont des participations à des guerres locales/néocoloniales). Alors comment M. Jadot veut «mettre de l'humain au cœur de la sécurité” sans songer aux insécurités aujourd’hui ignorées et donc à des forces de prévention et contrôles pour les endiguer. Comment peut-il s’aligner sur les orientations des Etats-Unis qui avec le projet OTAN 2030 ne feront qu’augmenter de manière aberrante les dépenses militaires et les risques de glissement vers des conflits même en Europe ? Pourquoi les gauches et les écologistes ne soutiennent pas l’idée sage et saine d’un défense-défensive (comme le suggère Alain Joxe) et d’une Europe autonome et pacifique en dehors des visées étasuniens, russes et chinoises. Et pourquoi toutes les gauches ne sont pas contre l’armement nucléaire[1] et donc pour souscrire le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP)?L’Italie est le pays où de fait la gauche n’existe plus. Tout comme le parti de Tony Blair, c’est surtout depuis les années 1990 que pratiquement toute la gauche parlementaire italienne a connu une conversion néo-libérale complète dans le domaine de l’économie comme dans celui de la sécurité et des affaires militaires. Dès lors le Parti Démocratique est devenu le principal référent du lobby militaire et policière. On pourrait même dire qu’en Italie on a déjà une sorte de «sécurité globale» avec une énorme quantité de police municipales armés qui souvent ne manquent pas de pratiquer les mêmes brutalités agies par les polices nationales quand elles optent pour la gestion violente[2].Force est de constater qu’il apparaît très difficile un retour de l’ex-gauche en Italie vers des orientations antithétiques par rapport au devenir néolibéral dans tous les domaines ; et cela vaut aussi pour une partie de la gauche française et des autres pays européens. Il y a là un très gros risque de triomphe des droites en France, en Italie et en Europe, sous forme d’une sorte de «fascisme peut-être encore sous quelque apparence de démocratie».[3] C’est cela que prétendent promouvoir à la fois les partis néo-fascistes ainsi que les militaires et policiers qui ont pris l’habitude d’écrire des proclames et appels réactionnaires.

Il est urgent relancer un front de gauche et écologiste cohérent qui se soucie des insécurités des travailleurs et de la population sans protection et qui ose aller contre l’orientation dominante dans les affaires militaires et de police.

[1] https://www.editions-harmattan.fr/livre-regards_croises_sur_alain_joxe_a_l_occasion_de_son_90e_anniversaire_gabriel_galice-9782343221113-67919.html

[2] Voir 20 ans après les brutalités du G8 de Gênes. Forces de police, sécurité et insécurités ignorées en Italie, à paraitre chez l’Harmattan

[3] Voir aussi le billet: https://blogs.mediapart.fr/theo-r-et-mathurin-s/blog/240521/la-france-de-2021-une-configuration-fasciste-en-puissance-12

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson
Journal — Violences conjugales
Johnny Depp/Amber Heard : un risque que les procès en diffamation sapent #MeToo
Le procès en diffamation qui oppose depuis plusieurs semaines Johnny Depp à son ex-épouse, l’actrice Amber Heard, ne cesse de susciter le malaise. Outre le côté spectacle, la diffamation apparaît ici détournée de son objectif premier. Au risque de bâillonner de potentielles victimes dans d’autres affaires. 
par Patricia Neves
Journal — International
« Sauver l’Amérique », huit ans dans les pas de ceux qui prêchent l’intolérance
Qui sont ces prédicateurs qui tentent d’imposer leur radicalisation religieuse aux États-Unis ? Qui parviennent, alors qu’une majorité d’Américains soutiennent l’IVG, à guider le bras de la Cour suprême dans un projet de décision très défavorable au droit constitutionnel à l’avortement ? Thomas Haley a suivi l’un d’entre eux, filmant ses prêches, ses actions, sa vie de famille. Glaçant.
par Thomas Haley

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart