salvatore palidda
Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)
Abonné·e de Mediapart

122 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 sept. 2017

Pourquoi l'Etat islamique épargne l'Italie

Selon l’ancien procureur national antimafia Vincenzo Macrì, l’Italie n’a pas été touchée par les attentats terroristes parce que depuis longtemps, le soi-disant Etat islamique pratique des trafics réguliers avec la mafia italienne, notamment avec la 'ndrangheta: la traite des migrants et la fourniture de drogues en échange d’armes, etc.

salvatore palidda
Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce n’est pas la première fois que quelqu’un soupçonne que l’Italie soie restée à l’abri d’attentats terroristes «grâce» à la mafia. Il y a quelques années, quelques reporters avait affirmé avoir vu des personnages liés à la mafia napolitaine qui jouaient les intermédiaires dans le trafic d’armements en échange de drogues et autres marchandises ou services tels l’élimination de déchets toxiques, pratiquée par la camorra et la 'ndrangheta depuis longtemps.

Mais, maintenant, c’est l’ex-procureur de la Direction Nationale Antimafia qui le dit, un peu fâché parce qu’il y a plusieurs années il avait affirmé que la capitale de la 'ndrangheta, devenue la plus puissante mafia italienne et européenne, était Milan et pas la Calabre. Dans un entretien vidéo jeté comme un pavé dans la mare, dimanche 24 septembre sur le corrieredellasera.it, Vincenzo Macrì affirme que « lIsis ne frappe pas l’Italie parce qu’il a besoin de tranquillité pour les mafias qui trafiquent avec lui. Hélas, la présence des mafias nous garantit une certaine tranquillité du point de vue du risque d’attentats terroristes. »« Les mafias italiennes sont présentes en Afrique du Nord pour guider le trafic des migrants vers les côtes. Il y une sorte de division des gains de ce trafic… Depuis les années 1990, la ‘ndrangheta est à Milan. Aujourd’hui, la ville est le centre du marché de cocaïne de toute l’Europe, c’est la place où s’établit le prix. (...) La vérité est qu’en Lombardie s’est produite une demande de services mafieux, d’illégalité, et la ‘ndrangheta a été prête à les offrir, nouant les contacts avec grands entrepreneurs (hommes d’affaires) et peu à peu elle a pris leur place. »

Ce que cet ancien procureur raconte aux journalistes apparaît tout à fait conforme à tout ce qu’on sait depuis longtemps sur les comportements des services secrets italiens en missions à l’étranger. Le réseau entre quelques agents des services secrets, des personnages de la mafia et des chefs de bandes locales de criminels a toujours été au centre de marchandages pour sauver la vie de quelques ingénieurs italiens séquestrés ici et là en Afrique ou pour éliminer quelques journalistes trop curieux. Ça été le cas d’Ilaria Alpi et Miran Hrovatin en Somalie, parce qu’ils avaient découvert le trafics de déchets toxiques en échanges d’armes et aussi des cas de tortures de la part de soldats italiens en mission ONU dans cette ancienne colonie italienne.

Mais les révélations de l'ancien procureur s’ajoutent lourdement à ce qu’on a appris à travers les reportages sur le sale marchandage voulu par le ministre de l’intérieur, Minniti, encore que celui-ci n’arrête pas de se vanter d’avoir stoppé les arrivées de migrants et d’avoir encaissé l’éloge de Merkel, Macron et tous les chefs d’état européens ainsi que de l’électorat de droite à gauche. Il est vrai que Minniti n’a fait que ce que tout les Etats pratiquent et cela depuis toujours. Mais, l’hypocrisie et la vantardise ne peuvent que susciter de sérieux inquiétudes lorsque l'on sait aussi que c’est au salon de l'armement d'armements des Emirats que l’Italie, comme tous les pays de l’Otan, la Russie et la Chine, vend des armements qui finissent dans les mains de Daech, tout comme on leur vend en Turquie les connexions satellitaires ou les Toyota, etc. Voilà donc comment l’Italie et l’Europe trouvent la cohérence dans leur apport à la reproduction des guerres permanentes et au prohibitionnisme des migrations ainsi qu’à d’autres choix en faveur des grands lobbies feignant de ne pas savoir le néo-génocide qui se reproduit … mais l’important c’est qui ne se passe pas « chez nous ». Alors, pourquoi s’étonner que quelques jeunes d’Afrique, d’Asie et de Syrie qui ont réussi à survivre aient la tentation de passer à l’acte suicidaire de l’attentat terroriste ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Traitements contre le Covid-19 : précipitation et prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss