Pourquoi l'Etat islamique épargne l'Italie

Selon l’ancien procureur national antimafia Vincenzo Macrì, l’Italie n’a pas été touchée par les attentats terroristes parce que depuis longtemps, le soi-disant Etat islamique pratique des trafics réguliers avec la mafia italienne, notamment avec la 'ndrangheta: la traite des migrants et la fourniture de drogues en échange d’armes, etc.

Ce n’est pas la première fois que quelqu’un soupçonne que l’Italie soie restée à l’abri d’attentats terroristes «grâce» à la mafia. Il y a quelques années, quelques reporters avait affirmé avoir vu des personnages liés à la mafia napolitaine qui jouaient les intermédiaires dans le trafic d’armements en échange de drogues et autres marchandises ou services tels l’élimination de déchets toxiques, pratiquée par la camorra et la 'ndrangheta depuis longtemps.

Mais, maintenant, c’est l’ex-procureur de la Direction Nationale Antimafia qui le dit, un peu fâché parce qu’il y a plusieurs années il avait affirmé que la capitale de la 'ndrangheta, devenue la plus puissante mafia italienne et européenne, était Milan et pas la Calabre. Dans un entretien vidéo jeté comme un pavé dans la mare, dimanche 24 septembre sur le corrieredellasera.it, Vincenzo Macrì affirme que « lIsis ne frappe pas l’Italie parce qu’il a besoin de tranquillité pour les mafias qui trafiquent avec lui. Hélas, la présence des mafias nous garantit une certaine tranquillité du point de vue du risque d’attentats terroristes. »« Les mafias italiennes sont présentes en Afrique du Nord pour guider le trafic des migrants vers les côtes. Il y une sorte de division des gains de ce trafic… Depuis les années 1990, la ‘ndrangheta est à Milan. Aujourd’hui, la ville est le centre du marché de cocaïne de toute l’Europe, c’est la place où s’établit le prix. (...) La vérité est qu’en Lombardie s’est produite une demande de services mafieux, d’illégalité, et la ‘ndrangheta a été prête à les offrir, nouant les contacts avec grands entrepreneurs (hommes d’affaires) et peu à peu elle a pris leur place. »

Ce que cet ancien procureur raconte aux journalistes apparaît tout à fait conforme à tout ce qu’on sait depuis longtemps sur les comportements des services secrets italiens en missions à l’étranger. Le réseau entre quelques agents des services secrets, des personnages de la mafia et des chefs de bandes locales de criminels a toujours été au centre de marchandages pour sauver la vie de quelques ingénieurs italiens séquestrés ici et là en Afrique ou pour éliminer quelques journalistes trop curieux. Ça été le cas d’Ilaria Alpi et Miran Hrovatin en Somalie, parce qu’ils avaient découvert le trafics de déchets toxiques en échanges d’armes et aussi des cas de tortures de la part de soldats italiens en mission ONU dans cette ancienne colonie italienne.

Mais les révélations de l'ancien procureur s’ajoutent lourdement à ce qu’on a appris à travers les reportages sur le sale marchandage voulu par le ministre de l’intérieur, Minniti, encore que celui-ci n’arrête pas de se vanter d’avoir stoppé les arrivées de migrants et d’avoir encaissé l’éloge de Merkel, Macron et tous les chefs d’état européens ainsi que de l’électorat de droite à gauche. Il est vrai que Minniti n’a fait que ce que tout les Etats pratiquent et cela depuis toujours. Mais, l’hypocrisie et la vantardise ne peuvent que susciter de sérieux inquiétudes lorsque l'on sait aussi que c’est au salon de l'armement d'armements des Emirats que l’Italie, comme tous les pays de l’Otan, la Russie et la Chine, vend des armements qui finissent dans les mains de Daech, tout comme on leur vend en Turquie les connexions satellitaires ou les Toyota, etc. Voilà donc comment l’Italie et l’Europe trouvent la cohérence dans leur apport à la reproduction des guerres permanentes et au prohibitionnisme des migrations ainsi qu’à d’autres choix en faveur des grands lobbies feignant de ne pas savoir le néo-génocide qui se reproduit … mais l’important c’est qui ne se passe pas « chez nous ». Alors, pourquoi s’étonner que quelques jeunes d’Afrique, d’Asie et de Syrie qui ont réussi à survivre aient la tentation de passer à l’acte suicidaire de l’attentat terroriste ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.