Samir Salhi
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 nov. 2021

Antisémitisme et islamophobie en politique et ailleurs

Certains politiques affirment fièrement certains propos que l'on pourrait traduire par : "Soyez pleinement rassurés, je suis également islamophobe (ou en tout cas je n'ai ou n'aurai pas peur de l'être), vous pouvez compter sur mon islamophobie réelle, votez pour moi" ..!!!

Samir Salhi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si à gauche on lutte contre l'islamophobie et l'antisémitisme, force est de constater que dans les autres partis politiques de droite et d'extrême droite il n'y a qu'un seul cheval de bataille : la lutte contre l'antisémitisme (quoique même la gauche devient de plus en plus timide dans le combat contre l'islamophobie... voir à ce sujet l'article d'Olivier Le Cour Grandmaison, ci-dessous). Par contre, être islamophobe est devenu chez ces derniers une fierté, une revendication. Sous couvert de ne viser que l'islamisme, on fait fi de la stigmatisation des musulmans provoquée par leurs propos. 

Etre candidat en étant reconnu comme antisémite est un suicide électoral. Seul Jean-Marie Le Pen s'y est risqué. Mais celui-ci était pleinement conscient qu'il n'était qu'un "poil à gratter" et qu'il ne gagnerait jamais les élections présidentielles. Lui et son parti savaient que la victoire était hors de portée, mais l'essentiel n'était pas là : il s'agissait avant tout de "lepéniser" les esprits, les débats, les élections et de futurs présidents, à l'instar de Nicolas Sarkozy. Mais afficher son islamophobie, ce n'est pas un suicide éléctoral mais une vitrine, un fer de lance des partis politiques de droite et d'extrême droite. Taper sur l'islam et les musulmans est devenu un gage d'arriver dans le peloton de tête des sondages, dans les favoris à la présidence républicaine.

Auparavant, après avoir tenu des propos racistes, souvent on se justifiait de ne pas être raciste : "j'ai des amis arabes, noirs, etc..". Aujourd'hui, à la suite de propos islamophobes, la phrase qui suit généralement est la suivante : "mais il ne faut surtout pas confondre les musulmans et les islamistes"...! Après les avoir tous confondus bien entendu... car à droite comme à l'extrême droite, il ne faut surtout pas prendre des gants lorsque l'on évoque l'islam... On  condamne fermement les propos antisémites de Zemmour sur Pétain mais on ne voit rien à redire sur ses propos islamophobes...

Et pire, dorénavant, l'extrême droite et une partie de la population française se revendique fièrement être raciste. A tel point que parfois être raciste peut être considéré comme "cool", c'est dans l'air du temps. Ce n'est plus tabou, devenant même une vertu chez certains : 'on est raciste et alors ? Notre pays, notre civilisation est en danger de mort (à cause de l'antiracisme de gauche, des "gauchistes" selon eux), nous n'avons plus d'autre alternative que le racisme'. Des bandes de jeunes qui partagent les mêmes idéaux racistes se forment et déambulent dans certaines villes de France, prêtes à en découdre face aux "barbares" et aux "grands remplaçants". Les politiques de droite ne parlent plus que de voile, d'islam (ou des islamistes), d'immigration. Il faut dire que les idées politiques françaises sont au plus mal... : un simple polémiste a réussi à décontenancer le plus grand parti politique français (l'Ump, anciennement Rpr)...

On clame souvent que le racisme n'est pas une opinion mais un délit. Mais l'islamophobie ne semble pas être considérée comme une forme de racisme (c'est une peur de l'islam qui serait légitime, autorisée, donc tous les abus y sont alors possibles). Et lorsque cette islamophobie est présente dans les médias quotidiennement, à heure de grande écoute, on ne peut s'étonner du constat : plus de 30% pour l'extrême droite dans les sondages. On ne condamne pas l'islamophobie à la télévision, on la promeut... On est prêt à prendre le "risque" d'un procès, payer quelques euros, dans tous les cas le rapport bénéfice-risque est gagnant : ces médias et ces politiques y gagnent dans leurs audiences, dans leurs ascensions politiques ou dans les ventes de leurs livres...! (des écrivains comme Renaud Camus, en passant par Michel Houellebecq et Eric Zemmour ont démontré une chose : l'islamophobie, ça rapporte ! (et on louera au passage un soi-disant courage de déclamer en public son islamophobie...!)

A quelques centaines de kilomètres se trouve un pays qui a donné naissance au nazisme et à ses pires atrocités : il n'a pas évoqué une seule fois l'islam durant ses dernières élections présidentielles. En Allemagne, la ville de Cologne a autorisé les musulmans à faire l'appel à la prière tous les vendredis entre midi et 15 heures...Un projet qui durera 2 ans.

L'islamophobie est une forme de racisme, malgré le fait qu'elle souffre d'une mauvaise définition sémantique actuellement. Telle une épidémie, le racisme semble se déplacer à travers le temps...le nombre de cas, de personnes contaminées, diminue dans certains territoires et augmente dans d'autres...En France , la courbe du virus du racisme semble être croissante depuis de (trop) nombreuses années...!

https://orientxxi.info/magazine/le-silence-navrant-des-gauches-francaises-sur-l-islamophobie,5156

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS