Samira Houari-Laplatte
Journaliste-documentariste-photographe
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 avr. 2018

Radar nouvelle génération : il traque la moindre infraction

Depuis le début de l'année, une nouvelle génération de radars ultra-sophistiqués font leur apparition en France.  Expérimentés à Marseille et à Strasbourg,  ces Robocops de l'asphalte  traquent la moindre infraction...

Samira Houari-Laplatte
Journaliste-documentariste-photographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Difficile de ne pas le voir !   Le radar nouvelle génération  installé à Strasbourg,  quai Louis-Pasteur  est le grand sujet de conversation des Strasbourgeois. Et pour cause !  Tourelle, de son joli nom, est surpuissant.  De type "Mesta Fusion",  il est capable de surveiller simultanément 32 véhicules dans les deux sens et sur 8 voies et de  contrôler plusieurs  infractions à la fois. Outre les excès de vitesse, il détecte l'absence du port de la ceinture, le franchissement du feu rouge, le non respect des distances de sécurité, le dépassement par la droite, l'usage du téléphone au volant,  la circulation dans les voies de bus, ou encore l'utilisation abusive de la bande d’arrêt d’urgence…  Désormais, ces infractions seront difficile à cacher !

Radar situé quai Pasteur à Strasbourg © @Samira Houari-Laplatte

Le Robocop de la route

Le "Mesta Fusion" est un fleuron français en matière de radars. Il est équipé d'une caméra de trente-six mégapixels et de divers capteurs ultra-précis, en fonction 24/7, il  remplace judicieusement les contrôles de police et de gendarmerie. Conçus par la société Idemia, plusieurs centaines de ces  radars  devraient être installés d'ici fin 2018, en  remplacement des vieux radars automatiques, certains radars de feux rouge, ou pour  de nouvelles implantations. Il pourrait aussi être utilisé comme outil de statistiques,  ou pour l'enregistrement de vidéos.

Un dispositif expérimental

Pour l'heur, le dispositif à Strasbourg est expérimental et ne génère pas de contravention. Sa mise en service est  prévue courant mai.  Pourtant, certains automobilistes regrettent une répression de plus en plus automatisée  au détriment de la prévention et de la pédagogie.  Des associations montent au créneau comme l’Automobile Club Association de Strasbourg (ACA )  pour qui  la sécurité routière doit bénéficier d’une approche globale, avec un  réaménagement des endroits accidentogènes, et une formation continue des automobilistes* .

Certains usagers Strasbourgeois  s'inquiètent : « ça va  être galère de plus en plus galère de garder ses douze points ! »  Ils s'interrogent aussi sur la pertinence de l'emplacement du radar Tourelle :  « comment garder les distances de sécurité en centre-ville ? » et sur les éventuels et toujours difficiles recours en perspectives.

*source DNA

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre