L'esthétique lisse du mythe

"Le mythe est une parole." Roland Barthes. "La vertu de la politique, c'est d'être un spectacle excessif." Paraphrase de R.B.

"Le mythe est une parole." Roland Barthes. "La vertu de la politique, c'est d'être un spectacle excessif." Paraphrase de R.B.

 

L'élection d'Obama ?

Une élection historique, symbolique et symptomatique.

 


Historique car elle parachève le long combat des noirs américains engagé dans les années 60 -alors que l'esclavage avait été aboli en 1865. Symbolique car elle prend tous les atours du mythe qui sied si bien à l'Amérique -le mythe qui distille du rêve comme de la morphine aux peuples en mal d'imagination. Symptomatique enfin car en dernière analyse cette élection repose avant tout sur l'image et la forme au détriment du fond. Quid des programmes respectifs des deux candidats ? On en a trop peu parlé. Ils sont d'ailleurs souvent convergents.

 


Barack Obama, c'est donc le premier président d'une nouvelle ère.

 

Le premier président des nouvelles technololgies -cf. le buzz Internet-, le premier président accouché par une série à succès -24 Heures-, le premier président sensationnel d'une société qui se contente de la surface des choses et qui redoute la profondeur.

 


Car l'espoir suscité pourrait être proportionnel à la désillusion de lendemains qui déchantent..

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.