Esprit, es-tu las ?

J'ai fait une exception hier matin. J'ai acheté un bouquin d'un auteur mort[1].

J'ai fait une exception hier matin. J'ai acheté un bouquin d'un auteur mort[1]. Le Chessex. Parce qu'il est mort récemment. Une sorte d'hommage posthume en quelque sorte.

Je l'ai acheté côté France parce que je n'achète jamais de bouquins en Suisse. Ils sont en moyenne 30 % plus chers, à cause des intermédiaires mais pas que. De plus, de pudibonds marketeurs l'ont entouré là-bas d'une cellophane. Pour le jeter avant de l'avoir lu ? Faudrait pas se salir.

Bref, en prenant le Chessex, je suis tombé sur l'opuscule de Bastien Cazals. Que j'ai acheté aussi. Pas vraiment pour le contenu mais pour le nom de la collection : ceux qui marchent contre le vent.

Bastien Cazals, avec un titre aussi caricatural que Je suis prof et je désobéis, ne pouvait dire que des platitudes. Mais il le fait très bien.

Il y a deux choses que je retiendrais de son témoignage. Une succincte référence à l'Appel des Résistants aux jeunes générationssigné notamment par Hessel et les époux Aubrac. Volonté d'inscrire une lutte dans une histoire et une continuité qui lui donnerait sa légitimité. Avec un corollaire positif : il faut toujours veiller, il faut toujours se révolter. Et un négatif. Puisqu'il faut toujours se révolter, c'est que rien ne change (au mieux) ou que tout se dégrade (au pire).

Ensuite, la novlangue administrative qui tient les profs -et les élèves- par les cojones -puisque le mot est en vogue dans le Club en ce moment. ZEP, RAR, RGPP, RASED, EPEP, BE1D, INE, SCONET, SIFA, SIA, SISE, OCEAN.

Je me souviens d'un président qui faisait le pari de l'intelligence.

Humain, es-tu là ?


[1] Je n'ai pas dit que je ne lisais pas les auteurs morts, j'ai dit je n'achetais pas leurs bouquins.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.