Blindtest littéraire # 2

Voici venu le temps du deuxième extrait mystère, tiré cette fois d'une oeuvre d'un écrivain français. Il est plus que jamais d'une étonnante actualité. L'épitomé du manisfeste artistique engagé. Réponse dans qq jours.

 

 

“Le dernier homme de l'histoire humaine sera un esclave. Il n' y a pas de course aux armements, il n'y a qu'une course à l'esclave. Et c'est à qui, des politiques, en sera le dernier maître. Le sexe ne m'intéresse pas. Je suis un politique, je traque l'esclave absolu. Le dernier homme, le dernier esclave, mourra avec ma langue de fou dans sa gorge. La prostitution, libre ou non, consentante ou non, c'est pour moi toujours et encore de l'esclavage.

Ma folie, c'est cette tentative d'élaboration d'une langue, d'une musique, par laquelle ce dernier homme, ce dernier esclave, pourra dire à son maître, à son politique, qu'il a les moyens d'obtenir la propriété de son corps et de son organe, mais qu'il n'a pas ceux de se rendre propriétaire de sa pensée. La pensee, ça ne s'achète pas, ça ne se vend pas. Auncun maître ne peut être à la fois propriétaire d'un sexe et de la pensée de ce sexe. ”

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.