Petits suicides collectifs

YouTube

Pourquoi le dernier Shyamalan, quoique médiocre -même si certains journaux spécialisés voient en ce cinéaste originaire d'Inde le trait d'union parfait entre réussite grand public et construction d'une oeuvre d'auteur atypique- puisqu'il repose, comme le 6ème sens sur une seule (bonne) idée qui s'essouffle assez vite, pourquoi donc le dernier Shyamalan fascine-t-il ?

 

 

Parce qu'il donne à voir, sans détour théorique et abstrait, ce que fait l'homme depuis quelques décennies. Il se suicide.

 

 

Les trois étapes sont claires et reflètent point par point la situation actuelle: l'homme est désorienté, au sens propre comme au figuré, il souffre d'un déficit de communication (perte du sens, appauvrissement du langage), et il finit par se suicider. CQFD.

Le méchant dans l'histoire? Pas de vilains terroristes qui menacent les gentils Etats-Unis pour une fois, mais la Nature, méchant idéal, hitchcokien, insaisissable et omniprésent qui tue dans une réaction de défence é(c)ologique (cf. certaines catastrophes naturelles), des hommes pris à leur propre piège...

 

 

Film à thèse finalement didactique et donc ennuyeux, malgré quelques traits d'humour et d'autodérision (comme chez Romero), mais qui fige néanmoins le spectateur contemplant son auto-destruction prochaine.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.