Samy Johsua
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 mai 2022

L’intelligence du « peuple de gauche »

Ce qui paraissait impossible se présente sous nos yeux. Une union du « bloc populaire » où la partie gauche de l’alliance domine sur toutes les questions programmatiques essentielles. Qu'est-ce qui a rendu un tel évènement possible? La bataille est en cours désormais pour vérifier en juin l’impact électoral de cette union. Tout est ouvert. Notre responsabilité collective est d’être à sa hauteur

Samy Johsua
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’intelligence du « peuple de gauche »

Samy Johsua

Ce qui paraissait impossible se présente sous nos yeux. Une union du « bloc populaire » où la partie gauche de l’alliance domine sur toutes les questions programmatiques essentielles. Comme le rappelle en substance le vieil Hegel, la chouette de la connaissance prend son envol à la tombée de la nuit. Et nous savons maintenant que si alliance il y a en définitive, ce ne pouvait être que dans ces conditions, dominée par sa gauche. Une partie, encore minoritaire mais massive, de l’électorat ne supportait décidément plus les atermoiements avec le néo-libéralisme, et a compris, en profondeur, combien la confrontation à la crise écologique globale exigeait tout autant la rupture.

Il en fallu du sang froid pour en arriver là. Faire face à ces procès en « irréalisme » pour masquer juste la soumission à l’ordre dominant. Ceux en « ambiguïté sur la République ». Ou en « islamo-gauchisme » visant particulièrement Clémentine Autain (entre tant d’autres). Pourquoi elle ? Sans doute parce que son engagement féministe notoire devait impérativement être rendu contradictoire avec son engagement antiraciste sans faille. Tout ceci en vain : au final le chemin a été trouvé.

Tant que ce « peuple de gauche » n’était pas intervenu pour le confirmer d’une manière spectaculaire par son vote, toutes les « batailles pour l’unité » à froid ne pouvaient se solder que par un accord sur le moins disant, marginalisant la gauche radicale. Et reproduisant l’échec encore et encore. L’exemple, répété tant de fois, du Printemps Marseillais n’est pas probant pour en juger. Certes il y eut le bonheur sans retenue que le Printemps nous ait débarrassé des affairistes. Mais malheureusement de trop nombreux secteurs militants (dont certain-e-s de mes propres camarades, minoritaires, du mouvement Ensemble) en ont tiré la conclusion dépassée que l’unité au moins disant était la condition de la survie de la gauche. Et il nous en a coûté 420000 voix, et l’absence au second tour. Mais voilà, ce qui s’est produit dans des conditions exceptionnelles de rejet de la droite à Marseille l’a été sans la participation des catégories populaires. Et avec seulement 30000 voix au premier tour quand Mélenchon en a obtenu 109000, près de 4 fois plus, avec une mobilisation que la presse locale a jugé « ahurissante » des quartiers populaires.

Ainsi le vote marseillais est un excellent révélateur du succès rencontré nationalement par l’Union Populaire. Ce mélange dans les urnes du vote de ces quartiers populaires, de celui des classes moyennes et populaires en voie de déclassement, et celui d’une grande partie de la jeunesse parmi celle qui vote. Grâce la parole portée par la campagne Mélenchon qui, d’une manière tout aussi spectaculaire, est parvenue à mêler pour la première fois à une telle échelle la visée d’une rupture écologique sans concessions avec celle de l’espoir social, sans céder un pouce sur le nécessaire antiracisme d’où qu’il vienne, le tout avec la proposition d’une 6ème République pour donner à cette alliance politico-sociale ses conditions institutionnelles indispensables. Ce bloc réalisé par en bas, par un « peuple de gauche » qui a enfin trouvé ce qu’il souhaitait, demeure certes incomplet. Même si l’Union Populaire a réussi à réchauffer nombre d’abstentionnistes, elle n’a pas réussi à mordre sur les « fâchés pas fachos ». Question capitale. Laquelle, le racisme étant malheureusement bien présent, pose c’est vrai le défi futur.

Qu’est-ce qui a rendu possible le plus haut score de la partie gauche de la gauche de l’histoire de la 5ème République ? Des positionnements à des moments clé et des ouvertures politiques décisives.

Parmi ces positionnements, cinq sortent du lot dans les derniers mois.

  • Le refus de participer (seuls parmi les principaux partis de gauche) à la manifestation néo-factieuse polarisée par le syndicat « Alliance », ce qui actait le refus du basculement réactionnaire ;
  • La participation (avec d’autres pour le coup) à la grande manifestation contre l’islamophobie qui a valu des attaques sans fin en « islamo-gauchisme », mais a prouvé que la FI ne laisserait pas faire des musulmans le bouc émissaire des cassures sociales du pays ;
  • La condamnation de l’utilisation du thème de la souveraineté nationale avancé par la Pologne pour justifier ses mises en cause du droit des femmes et de l’Etat de droit en général ;
  • La condamnation immédiate par Mélenchon de l’agression russe en Ukraine, même si les débats autour des questions afférentes ont perduré (car oui ce sont des questions compliquées), mais rendant caduques aux yeux du plus grand nombre les procès en « poutinisme » ;
  • L’activité globale du groupe de 17 parlementaires de la FI, spectaculaire haut-parleur de toutes les luttes et espoirs populaires.

Les ouvertures maintenant.

  • D’abord sur le fond, la clarification sur la question européenne (qui doit beaucoup à Manon Aubry et au groupe parlementaire européen) se rapprochant de la position traditionnelle du mouvement altermondialiste, écartant les accusations en aventurisme isolationniste et permettant de préciser sur quoi et comment il serait désobéi aux traités si besoin (cf ci-dessus le cas inverse polonais) ;
  • Sur le fond toujours, le travail remarquable produit pour élaborer le programme « l’Avenir en Commun », en lien étroit avec les mouvements sociaux et sans qu’aucune question ne soit laissée de côté. Un document qu’on ne peut évidemment pas qualifier « d’anticapitaliste » (au sens où il ne s’agit pas d’un programme de bouleversement du mode de production dans un sens autogéré), mais qui constitue potentiellement une transition vers des possibilités plus vastes si les rapports de force et les choix populaires le permettent. En la matière, et même pour la mise en œuvre de l’AEC, la clé en définitive réside, comme toujours, dans les mobilisations sociales.
  • La référence répétée par Mélenchon à « la créolisation », ouvrant la voie non seulement au refus des guerres d’origine et de religion, mais à la visée en positif d’une société harmonieuse ;
  • Sur la forme (mais il est des fois où la forme c’est le fond qui remonte à la surface) maintenant, avec le lancement de l’Union Populaire et de son Parlement, présidé entre autres par Aurélie Trouvé. Un creuset spectaculaire s’il en est de multiples activistes du mouvement social, qui marque un élargissement décisif hors du seul cadre de la France Insoumise ;
  • Et enfin le choix courageux, à l’issue des élections, de chercher à unir les composantes politiques du « bloc populaire », sur des bases claires, et avec le succès que l’on sait.

La bataille est en cours désormais pour vérifier en juin l’impact électoral de cette union. Tout est ouvert. Mais quoi qu’il arrive la preuve est faite qu’une issue conséquente d’une sortie du néo-libéralisme (lequel a emporté si loin la gauche ces dernières décennies) est possible. Et souhaitée autrement que marginalement. Que le lien avec la crise écologique peut se faire sans rupture avec les exigences sociales. Que des mouvements si dynamiques mais écartés les uns des autres (contre le sexisme, contre le racisme, contre l’inaction climatique, sur les droits sociaux élémentaires, pour la défense des services publics, au premier rang la santé et l’éducation) ont pu se rencontrer dans les urnes. Tout ceci entamant une refondation globale de la gauche, qui est le chapitre encore à écrire. Sans que ses formes, inévitablement démocratiques sauf à échouer, et adaptées aux données contemporaines, soient écrites à l’avance. Avec la bataille immédiate pour imposer Mélenchon à Matignon ce doit être la préoccupation majeure des mois à venir. A élaborer avec des mains innombrables et sans a priori aucun tant la situation est maintenant bouleversée. Grâce à la campagne de l’Union Populaire avec Mélenchon et avec l’intelligence pratique du « peuple de gauche ». Notre responsabilité collective est d’être à sa hauteur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey