Samy Johsua
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 juin 2019

Questions sur la Révolution Citoyenne

Débattre, échanger, confronter. D’urgence. Prévue dès avant les élections européennes, une Journée y est consacrée à Paris le 16 juin sur le thème "Questions sur la révolution citoyenne". A l'initiative de Ensemble Insoumis, avec un panel varié d'invité-e-s couvrant l'éventail de celles et ceux attachè-e-s au combat pour l'émancipation humaine. Sur des questions de fond et non l'écume des choses.

Samy Johsua
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Daniel Bensaïd mettait en garde en son temps quant à l' "éclipse de la raison stratégique", comme si on ne devait pas, en permanence, discuter, à la lumière donnée par la réalité des luttes, des chemins de l'émancipation. Cette nécessité s'est encore renforcée si on considère les involutions enregistrées en Amérique Latine ou la montée, un peu partout, de formations d'extrême droite d'extractions diverses. Et de l'autre côté de la balance, le renouveau de luttes populaires qui ne suivent pas, ou peu, les chemins traditionnels mêlant par exemple les prémisses d'une révolte populaire atypique à l’instar des Gilets jaunes  et la poussée d'une nouvelle pensée radicale aux USA.

Beaucoup de ces expériences se sont menées, et se mènent toujours, au nom de la "Révolution Citoyenne". Manière certainement de ramasser en une formule la nécessité d'une rupture toujours aussi fondamentale et, à égalité, celle de l'implication tout aussi indispensable dans ce chemin difficile, des "citoyen-nes" sous la forme la plus démocratique possible. Deux impératifs qui ressortent encore plus nettement après le désastre du "socialisme réel" et les près de 40 ans maintenant de contre-révolution néo-libérale.

Mais tous les secteurs qui se réclament, à juste titre, de cette double nécessité, et donc de "La Révolution Citoyenne" n'y mettent pas toujours le même contenu. La formule a servi de drapeau à nombre d'expériences progressistes en Amérique Latine, avec des racines théoriques, des pratiques  politiques et des trajectoires variées. Elle abrite le plus souvent l'extension du domaine de la révolution aux questions écologiques. Et parfois aussi la formule permet de mettre en discussion les nouveautés quant au(x) sujet(s) révolutionnaires et à l'engagement des "citoyen-nes" concerné-es.  Le "peuple" plutôt que le "prolétariat" ; ou alors l'extension de ce prolétariat à la grande majorité du salariat (lui-même devenu numériquement largement majoritaire) ; et enfin (la liste n'est pas limitative) la manière de considérer ces citoyen-nes dans leur unité possible et à construire, mais aussi dans leur diversité de genre ou d'origine.

Parallèlement  est mise en débat la question du chemin à suivre pour réaliser cette révolution. En particulier le lien entretenu entre les luttes dans et hors des institutions, celui de la représentation politique et enfin le type de démocratie à soutenir une fois parvenu au pouvoir pour permettre à cette révolution de gagner en soutien populaire et de combattre ses inévitables ennemis internes et externes. Et, dans tous ces cas, la place donnée aux thèmes de l'auto-organisation et de l'autogestion.

 Il n'y a pas en la matière uniquement des questions. Des auteurs, des formations politiques, se sont engagés dans des réponses. C'est le cas du programme "l'Avenir en Commun" de la France Insoumise. Il s'agit alors, dans la journée de débats proposée, à la fois de confronter ces réponses dans leur variété, et de cerner autant qu'il y a lieu les approfondissements voire les remises en question nécessaires.

Le programme complet est à consulter sur lien ci-dessous :

https://www.facebook.com/events/447424252725655/?ti=cl

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes