Ne pas opposer pleurer et comprendre


De nombreuses contributions, confrontées au choc des attentats, s'inspirent de Spinoza pour nous dire « ni rire, ni pleurer, comprendre ». Mais parfois à force de distance on rate ce qu'il y à comprendre. La posture de l’Ecclésiaste, « Rien de nouveau sous le soleil » n’est pas toujours la meilleure. Nous laissant souvent en pure contemplation du désastre et démunis de toute possibilité d'agir. Alors que la mobilisation est urgente contre la violence généralisée, les impasses sécuritaires, la fragmentation sociale et morale du pays, le racisme, l’antisémitisme et l’islamophobie, comme l'est au moins autant la réflexion sur les choix internationaux.

Oppose t-on au désastre de licenciements collectifs le fait pourtant indéniable que le malheur est plus grand encore sur les trottoirs de Bombay? Faudrait t-il que tous les rassemblements du mouvement Black Lives Matter débutent par le rappel du calvaire des jeunes palestiniens ? N'est il pas évident qu'à Paris comme ailleurs c'est à partir du désespoir vécu au plus proche que la mobilisation citoyenne peut se chercher, à elle ensuite de construire les contenus les plus humainement universalisables?

Les attentats ne seraient donc qu’un retour de boomerang dont il n'y aurait lieu ni de s'étonner ni de s'émouvoir outre mesure? Cette image du boomerang (répandue chez nombre de mes amis pour aider à lutter contre la « dictature de l'émotion ») elle dit quoi au juste? Un vrai boomerang revient sur le lanceur sans avoir été affecté en rien au passage. Tout s'enchaîne automatiquement sans qu'à aucun moment du parcours des choix et des bifurcations possibles n'aient existées, sans que des acteurs nouveaux ne jouent leur rôle. Que ceux ci aient nom révolutions arabes, avec l'espoir soulevé, puis leur large échec. Ou le rôle de Assad, de l'Iran, de la Russie. Ou celui de « nos alliés préférés », comme le régime saoudien et celui du Qatar, et encore les agissements du dictateur Erdogan. Ou le renforcement de l’extrême droite israélienne. Ou, bien entendu, les choix à la fois erratiques et classiquement impérialistes des pays occidentaux, dont la France. Et l’atlantisme débridé imposé par Hollande, avec bon nombre d’aventures guerrières. Et, bien sûr, le surgissement de Daesh. Tout serait là depuis le début ? De plus ce boomerang là aurait l'étonnante propriété de ne pas revenir sur son lanceur premier. Pour la période considérée, la plupart des analyses font remonter à la guerre d'Irak en 2003 le début du désastre actuel. Comment se fait-il alors que le boomerang ne revienne ni vers le pays de Bush ni vers celui de Blair mais vers celui de Villepin ou vers la Tunisie? Ne faut-il pas pour le moins ici envisager quelques chemins de traverse pour cet instrument qui défie les lois de la physique politique? Et quand il atterrit, il ne touche pas des entités abstraites qui ont nom France ou Français comme on le lit à profusion. Mais des êtres concrets. Oui mais voilà nous dit-on ces êtres concrets font partie d'un peuple qui par ses votes a permis ces politiques. Il n’y aurait donc personne d'innocent. Au moins pour notre ami Mathieu Giroud, assassiné parmi tant d’autres, c'est un mensonge et une insulte. Lui qui n’a cessé de se placer contre la politique impérialiste de son propre pays ! Et si on prolonge l'image on me suivra aisément sur ceci. L'impérialisme japonais a multiplié les abominations, par exemple en Chine ou en Corée, avec l'appui incontestable de la grande majorité du peuple. Qui oserait pourtant aujourd'hui considérer Hiroshima seulement comme un logique retour de boomerang?

Enfin maintenant les arguments, eux parfaitement justes, qui nous rappellent que, souvent, les terroristes sont nos enfants. Mais dans "La Peste Brune" Daniel Guérin raconte déjà la même histoire : comment des jeunes désespérés, à qui la société ne fait plus la moindre place, et qui cherchent une raison de vivre, comment donc ces jeunes hésitent entre les rouges et les bruns avant de choisir ces derniers. Mais quand le mal est fait? Aurait on conseillé aux juifs arrivant dans les camps de ne pas s'en prendre « aux travailleurs sous l'uniforme » qu'étaient les soldats, mais au capitalisme, source première de leur malheur?

Il n’est pas question ici de reprocher une intention maligne de relativiser l'horreur vécue à Paris, ce serait une infamie qui empêche les débats. Mais d’affirmer que cette hyper intellectualisation de l’approche, on le voit bien, a pour effet concret de déposséder les citoyens de la possibilité première de s'indigner et de chercher par eux même les voies possibles de leur engagement. On saisit bien la motivation initiale et quelque part légitime qui conduit à prendre le contrepied systématique de ceux, FN, droite, essentiel des dirigeants PS, qui, non contents d'instrumentaliser la douleur, portent des parts de responsabilités diverses dans l'agencement de long terme des événements. Mais à pratiquer comme ceci le résultat est de laisser la grande masse démunie, à la merci politico-idéologique de ceux-là précisément qu'on veut combattre. Or dans le climat guerrier qui s'empare du pays à la suite des coups de menton de Valls et Hollande comme du combat difficile qui en résulte, rien ne serait pire. Que faire en effet si tout est écrit depuis si longtemps, et seulement dans le vaste espace géostratégique mondial? Et bien entendu, autre face de la même médaille, cette théorisation froide en devient largement fausse sur le plan intellectuel lui-même. Nous ne pouvons plus, depuis longtemps, nous en sortir un avec scalpel qui distingue l'ennemi principal du secondaire. Mais nous devons faire avec les innombrables enchevêtrements des mouvantes situations concrètes. On peut toujours remonter plus loin dans le passé pour rechercher les causes profondes du présent. Mais, quand bien même on ne se tromperait pas sur celles-ci, non seulement on n’y peut plus rien, mais elles ont justement produit du nouveau. Qui est le cadre qui nous est imposé et où nous devons agir. Comment ? Pas de réponse simple à cette question, explorée par beaucoup d’autres avec précaution et intelligence, ce que je ne reprends pas ici. Mais on moins ils s’y attellent. Car oui, « Il y a du nouveau sous le soleil »…

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.