SANDRINE GAESTEL
Traductrice trilingue et formatrice d'anglais et P.S.E en C.F.A, engagement associatif à Coworking Agen (présidente)
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 sept. 2020

SANDRINE GAESTEL
Traductrice trilingue et formatrice d'anglais et P.S.E en C.F.A, engagement associatif à Coworking Agen (présidente)
Abonné·e de Mediapart

LE PORT DU MASQUE EN MILIEU SCOLAIRE, UNE DERIVE AUTORITAIRE OU ANGOISSEE ?

Quinze jours se sont écoulés depuis la rentrée scolaire et déjà les retours des collégiens et lycéens, des professeurs ou formateurs sur le port du masque révèlent plusieurs points d'achoppement quant aux règlements intérieurs relatifs au port du masque en raison de la COVID. Cris, menaces, humiliations, souffrances physiques et psychiques se font jour progressivement.

SANDRINE GAESTEL
Traductrice trilingue et formatrice d'anglais et P.S.E en C.F.A, engagement associatif à Coworking Agen (présidente)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

What do you want to do ?

New mailCopy

L'ambulance vient de partir pour emmener une jeune fille aux Urgences. Masque, chaleur étouffante dans le Sud-Ouest...on eu raison de sa résistance. Simultanément, un jeune homme sort du bureau du CPE car il a été exclu de son cours, pourtant primordial, de littérature anglaise, au motif qu'il ne portait pas correctement le masque...

Une collégienne assiste impuissante au quasi-malaise de son professeur de français...."Les enfants, je ne me sens pas bien...Il faut que je respire..."

Il semblerait que les dernières directives du ministère de l'Education nationale, aux dires du même CPE, se soient tendues et que les professeurs soient en première ligne, stressés, forcés de les faire appliquer.

En revanche, dans le CFA où j'enseigne, les formateurs ont la liberté d'imposer le masque aux jeunes ou pas selon la jauge de la classe. Si ceux-ci sont moins de quinze, on aère généreusement la salle, on baisse les masques et on s'assoit à deux chaises de distance.

Quel soulagement, car ce n'est pas toujours le cas, d'enseigner sans le masque.

Le professeur Desuter en Belgique alerte d'ores et déjà sur les risques de kystes, nodules, autres joyeusetés ORL qui pèsent sur les professeurs dont les cordes vocales sont hyper-sollicitées par le fait de pousser en permanence leur voix sous le masque pour faire cours. L'article est à lire ici : https://www.sudinfo.be/id247670/article/2020-09-08/le-port-du-masque-en-permanence-dangereux-pour-les-professeurs-il-sera-haut.

Plusieurs retours de jeunes évoquent des cris des professeurs,des CPE, envers des lycéens un peu "rebelles" qui osent porter leur masque sous leur nez, simplement pour respirer, simplement parce qu'ils en ont assez.

Ce comportement mérite-t-il vraiment des cris, des exclusions de cours? Ne devrait-on pas plutôt penser collectivement, convoquer des représentants des élèves et des professeurs, afin d'envisager de demander des assouplissements des règles contraignantes relatives au COVID?

Alors que l'on entend des messages de certains professeurs de médecine qui exhortent à cesser d'angoisser la population, et que l'on peut voir des chiffres très bas d'admissions en réanimation et de décès liés à la COVID, nos enfants, les enseignants, formateurs, se voient contraints de vivre le précieux temps scolaire dans la peur, la souffrance, les réprimandes, en espérant que la répression ne vienne pas en seconde ligne.

Ne serait-il pas temps de procéder urgemment à un premier retour d'expérience sur ce mois de septembre dans l'enseignement ? Pour le bien de la collectivité, pour dépassionner le port du masque, pour rétablir le lien entre élèves et enseignants?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85