saoudi abdelaziz
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2021

Jusqu’à quand le refoulement du mouvement populaire en Algérie ?

Depuis l’installation de la pandémie, par la force des choses, le mouvement populaire « d’en bas », que l’on a baptisé Hirak, n’occupe plus ouvertement les rues, les places publiques ou les lieux clos de rencontre.

saoudi abdelaziz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Algérie est entré dans une étape intermédiaire où la question -jusqu'ici non tranchée- du choix de la voie de développement est considérablement exacerbée par les effets socioéconomique de la pandémie. Le FMI guette. Le populo aussi.

Les autorités, autour du commandement militaire, subissent donc des pressions antagoniques. D’une part, celle des puissances néolibérale mondiales, d’autre part, celles des couches populaires, dont les couches moyennes « inférieures ».

Il, s’agit alors pour lui de desserrer ces pressions internes et externes. Par le tour de vis sécuritaire et médiatique et par un certain raffermissement « anti-impérialiste » en politique étrangère.

En Algérie, la grande anomalie persiste : la gestion politique repose sur un centre de pouvoir étatique fort et sur la faiblesse des moyens politiques émanant de la société. Grâce aux organismes héritiers du DRS, le pouvoir pense encore disposer des relais intermédiaires pour contrôler la société.

Cette anomalie est une chose si « normale », qu’au lendemain d’élections communales désertées, un quotidien « indépendant » titrait tranquillement : « Le FLN rejaillit de l’urne »

Pendant ce temps, dans l’Algérie d’en bas, les gens agissent, le mouvement populaire autonome accumule ses forces en irriguant la vie civique par capillarité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss