« Tebboune a les coudées franches »

Le scrutin du 12 juin a conforté les forces politiques conservatrices, associées à la gestion de l’Etat depuis plus de vingt ans. Le nouveau Parlement reste fermé aux forces du renouveau politique. Jil Jadid le parti de Sofiane Djilali qui a tenté l’aventure, n’aura qu’un siège.

« Tebboune a les coudées franches » titre ce matin un quotidien du système, L’Expression.  

Par la force des choses, les fonctions d’élaboration et de contrôle parlementaires continueront d’être exercées à travers les procédures animées par les services de l’Armée héritiers du DRS.

En attendant l’inévitable renouveau politique, ouvert par le mouvement populaire.

Les prochaines élections communales, proches des terrains où s’est épanoui le Hirak pourraient-elles être un tournant dans la future étape de modelage par le bas des institutions.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.