Le Premier ministre algérien craint plus le Roi que les Chaouis

Le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a présenté des excuses au roi d'Arabie saoudite pour l'impertinence des Tifosis aurésiens. Il promet des sanctions.

"Tout est parti de Aïn M'lila, berceau de Larbi Ben M’hidi", écrit ce matin le chroniqueur Chawki Amari, avant l'annonce de ces excuses.

"A l’occasion d’un match anodin du championnat national, une banderole est accrochée dans les gradins, où à côté d’une image de Jérusalem, Trump et le roi Salmane Al Saoud sont représentés collés, demi-visages de chaque côté fusionnant comme les deux faces de la même médaille. Message clair, la Monarchie du Sable mou et l’Empire du Chaos marchent main dans la main pour leurs intérêts dans la région et dans le monde, au détriment des Palestiniens. Les Saoudiens sont furieux, leur presse commente abondamment l’affront et leurs autorités menacent de prendre des décisions envers les Algériens, attendant la réponse du gouvernement algérien auquel elles ont adressé un message d’indignation".

Le chroniqueur poursuit : "On ne sait pas ce que vont faire nos responsables, mal à l’aise lorsqu’il s’agit des puissants Saoudiens, mais tout aussi craintifs lorsqu’il s’agit d’affronter les redoutables Chaouis des Aurès".

Entre les deux, le pouvoir algérien a choisi. Selon un tweet de l’ambassadeur de l’Arabie Saoudite Samy Ben Abdallah Salih,  « Le Premier ministre algérien a présenté les excuses de l’Etat et du peuple algériens sur les agissements irresponsables commis dans un stade. Des agissements qui ne reflètent aucunement les valeurs du peuple algérien authentique ». Ahmed Ouyahia s’est engagé à ce que des mesures soient prises à l’encontre des commanditaires de cet agissement. « Des mesures sont en cours pour que ce genre de comportements ne se reproduisent plus au futur », a-t-il ajouté, selon l’ambassadeur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.