Algérie. Peut-on juger les actions inconstitutionnelles des services secrets ?

A l’annonce d’un procès de révision au tribunal militaire de Blida, la question se pose: Le Canal historique du DRS personnifié par les généraux Toufik et Tartag, a-t-il oui ou non voulu déclencher, dans le secret, une « période de transition » sous sa conduite ?

En obtenant la complicité du clan des Bouteflika, qui monnayait ainsi son sauvetage ; en tentant d’utiliser comme paravent l’ex général et président Zeroual qui s’est dérobé ; en actionnant les points d’appui civils du Canal historique.

Faut-il mettre à nue la tare fondamentale du système algérien qui est le rôle hypertrophié des services secrets de l'armée, ou effacer le verdict de Blida pour continuer dans cette voie?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.