Sara Melki
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 mai 2020

Urgence démocratique

Après avoir interpellé le Sénat le dimanche 3 mai et les membres de la commission des lois de l'Assemblée Nationale le lundi 4 mai sur le projet de loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire, ainsi que la Commission Mixte Paritaire le jeudi 7 mai, nous mettons en ligne une pétition que nous enverrons aux députés avant le 10 juillet.

Sara Melki
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Citoyennes, Citoyens,

L’avez-vous remarqué ? Au nom de la « guerre contre le coronavirus », nous sommes insidieusement entrés dans une période de surenchère sécuritaire, de privation de libertés, autant que d’affaiblissement de notre Parlement.

La loi du 23 mars 2020, votée au Parlement, a entériné l’état d’urgence sanitaire pour deux mois. Ce faisant, elle a drastiquement étendu les pouvoirs de l’exécutif qui a limité les libertés individuelles et les droits sociaux, sous prétexte de mieux nous protéger.

Fin avril, alors même que le déconfinement était déjà annoncé pour le 11 mai – preuve de l’amélioration de la situation sanitaire – l’Etat a proposé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 23 juillet, en y ajoutant de nouvelles dispositions lui permettant l'accès à de nombreuses données personnelles et octroyant des pouvoirs de police (contrôle et contraventions) à de nouveaux intervenants, notamment les agents des services de transport. Ce projet de loi a suscité de nombreuses réserves de la part de juristes et de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, ainsi qu’un appel citoyen que nous avions envoyé aux députés et sénateurs. Après des débats dans l’urgence (7 jours tout compris) dans une Assemblée Nationale et un Sénat en miettes[1], et malgré quelques amendements significatifs, le Conseil Constitutionnel a censuré deux articles et émis plusieurs réserves sur d’autres. Malgré cela, la loi a finalement été promulguée, prorogeant l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 juillet 2020.

S’il est impossible de dire ce que sera la situation au 10 juillet 2020, il nous parait cependant primordial de mettre un terme à cet état d’urgence, attentatoire aux libertés fondamentales, et d’exiger du Parlement qu’il reprenne pleinement ses responsabilités : légiférer et contrôler les actions du gouvernement. Il lui incombe en particulier de vérifier que les mesures prises sont effectivement justifiées par l’urgence sanitaire et proportionnelles à la gravité des risques effectifs, dans un contexte rapidement évolutif.

A toutes fins utiles, rappelons-nous que l’état d’urgence décrété à la suite des attentats de novembre 2015, a été plusieurs fois prolongé pour couvrir une période de 719 jours (!) jusqu’à ce que, finalement, le Parlement décide de faire entrer dans le droit commun plusieurs dispositions de celui-ci[2]. Voulons-nous prendre le risque de reproduire ce schéma et d’assister, impassibles, à l’ultra-sécurisation de notre société au détriment de nos libertés et de la démocratie, le tout sous contrôle étatique et policier, sans contre-pouvoirs effectifs et en marginalisant la justice ?

Et que ferons-nous pour les crises à venir, liées au changement climatique, à l’effondrement écologique que nous vivons déjà aujourd’hui ? Demandons-nous : si, pour chaque nouvelle crise, nous avons besoin d’un état d’urgence pour nous protéger, en sortirons-nous un jour ?

C’est pourquoi nous, signataires de cette pétition, demandons aux Parlementaires :

  • Qu’ils/elles refusent de voter une nouvelle prorogation de cet état d’urgence (sauf si la situation sanitaire empirait à nouveau, et dans ce cas uniquement après un débat public approfondi impliquant la société civile, bien en amont du 11 Juillet)
  • Qu’ils/elles exercent effectivement leur devoir de contrôle des mesures prises par le gouvernement
  • Qu’ils refusent de voter de nouvelles lois régressives en terme de droits des citoyens, qu’il s’agisse de mise en place de nouvelles formes de contrôle policier sans contrôle de la justice[3], de régression des droits sociaux[4], de fichage généralisé, voire de mise en place d’outils de reconnaissance faciale.
  • Qu’ils/elles s’engagent à ne pas faire entrer les dispositions prises lors de l’état d’urgence dans le droit commun

Nous appelons tous les citoyens et citoyennes de notre pays, à signer cette pétition que nous transmettrons à tous les Parlementaires. Merci de la diffuser autour de vous. N’hésitez pas à écrire vous-mêmes au/à la député.e de votre circonscription et à votre/vos sénateurs/trices de votre département pour leur faire part directement de vos convictions car ils ont le devoir de contrôle de l’action gouvernementale [5].

Pour signer : https://www.mesopinions.com/petition/politique/urgence-democratique/90855

[1] https://www.mediapart.fr/journal/france/080520/etat-d-urgence-sanitaire-le-parlement-humilie

[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Cons%C3%A9quences_s%C3%A9curitaires_en_France_des_attentats_du_13_novembre_2015

[3] https://www.mediapart.fr/journal/france/140520/la-loi-contre-les-contenus-haineux-est-adoptee

[4] https://www.mediapart.fr/journal/france/150520/l-assemblee-vote-la-precarisation-des-contrats-courts
[5] : http://www2.assemblee-nationale.fr/recherche-localisee/carte/FRANCE

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu