Sara Melki
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 déc. 2021

Non, Monsieur le Premier ministre, ce n’est pas admissible !

Décembre 2021

Sara Melki
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans votre allocution le 17 décembre 2021, vous avez déclaré « Il n’est pas admissible que le refus de quelques millions de Français de se faire vacciner mette en risque la vie de tout un pays et entame le quotidien d’une immense majorité de Français qui a joué le jeu depuis le début de cette crise ».

Cette déclaration est indigne de votre fonction et vous déshonore. Il n’est pas admissible qu’un Premier ministre mette en risque la vie démocratique, sociale et économique de tout un pays et      entame le quotidien d’une immense majorité de Français qui n’ont sans doute pas à cœur de participer à quelque jeu que ce soit depuis le début de la crise. 

Ainsi donc, il ne serait pas « admissible » que des citoyens fassent le choix de ne pas se faire vacciner. Eh bien, il faudra vous résoudre à l’admettre : c’est leur plein droit, qu’ils exercent à leur dépends, malgré toutes les pressions liberticides et discriminantes imposées par votre Gouvernement, pass sanitaire peu à peu élargi à l’ensemble de la vie quotidienne, déremboursement progressif des tests et réduction de leur période de validité, et maintenant un pass vaccinal annoncé. Ainsi donc, ces « quelques » millions de citoyens, qui font le choix d’appliquer leur droit de ne pas se faire vacciner, mettraient « en risque la vie de tout un pays » et entameraient le quotidien d’une « immense » majorité de Français « qui a joué le jeu » depuis le début de la crise. L’immense majorité appréciera qu’il s’agit d’un jeu, probablement le « jeu du pass & du vaccin », dont les règles (du jeu), décidées en conseil de défense et annoncées par le grand maître du jeu Macron, dictent les obligations à respecter pour maintenir ses droits à circuler, se réunir, se cultiver, travailler… bref avoir une vie sociale voire, pour certains, tout simplement survivre financièrement. Les quelques millions de non vaccinés apprécieront l’élégance de votre propos qui leur fait porter la responsabilité des désagréments causés aux Français par « votre » jeu, qui n’est même pas drôle.  Votre façon de monter l’immense majorité des bons citoyens (ceux qui jouent le jeu) contre les mauvais citoyens (ceux qui ne jouent pas le jeu) est tout simplement ignoble… et inadmissible. 

L’existence même d’une « cinquième vague » discrédite votre stratégie, celle du pass sanitaire et de la vaccination, que vous présentiez il y a peu comme la seule solution pour faire face à la pandémie. Tout le monde sait que les vaccins disponibles sont très peu efficaces, qu’ils n’évitent pas la transmission, et que la protection fournie contre les risques graves suppose des rappels vaccinaux tous les cinq, bientôt tous les trois mois.   

« Nous assumons de faire peser la contrainte sur les non-vaccinés, car les services de soins critiques et de réanimation de nos hôpitaux sont remplis, pour l’essentiel, de personnes non vaccinées », avez-vous poursuivi. 

Cette déclaration, qui occulte les raisons d’un tel risque de saturation, révèle l’inefficacité de votre stratégie. Selon les informations de la DRESS, les services de soins critiques de nos hôpitaux accueillent autant de personnes vaccinées que non vaccinées. Par ailleurs, le nombre de lits occupés par des cas critiques Covid est encore largement en deçà des 10 000 lits que vous promettiez il y a un an seulement. Il est vrai que le nombre de lits équipés et dotés en personnels est bien inférieur à vos promesses, jamais tenues, d’autant que vous n’avez même pas eu la décence de stopper la suppression des lits programmée. Il est vrai aussi que de nombreux personnels de santé quittent les hôpitaux, par démotivation et perte de confiance dans votre gestion du service public, dans votre parole, voire parce que certains d’entre eux, eh oui, exercent leur droit de refus de se faire vacciner. 

C’est donc pour faire face à votre échec, aux résultats de vos décisions, que vous décidez de « faire peser la contrainte sur les non-vaccinés ». Une décision qui vous déshonore. 

En désignant les non vaccinés comme bouc émissaires de la situation, en attisant les angoisses et la peur de la majorité, vous ouvrez la porte à des comportements qui ne peuvent que déboucher sur la violence et l’exacerbation des tensions au sein de notre société. Ce n’est pas admissible ! 

23 Décembre 2021, Les citoyens en alerte

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves