La Meuse ne doit pas devenir un désert nucléaire

En Meuse, à proximité de Bure, les villages se vident. Cinq collèges risquent également de fermer en 2018. Un bon terreau pour la filière nucléaire qui souhaite imposer sur ce territoire rural paupérisé sa poubelle radioactive. Mais la population commence à se rebeller et à prendre conscience de la menace qui plane.

Communiqué des opposant.e.s au projet CIGEO de poubelle radioactive à Bure

Mardi 5 décembre, environ 150 Meusiens et Meusiennes manifestaient devant la préfecture de Bar le Duc pour dénoncer la fermeture de plusieurs collèges dont celui de Montier sur Saulx situé à 8 kilomètres de Bure. Les opposants au projet de poubelle radioactive CIGEO apportent tout leur soutien aux manifestants et appellent à se joindre à eux pour défendre ensemble notre territoire de vie face au désert nucléaire qui ne cesse de s’accroitre.  

Un constat aujourd’hui s’impose. Il crève les yeux. Malgré les promesses de développement, faites depuis plus de 20 ans, par les promoteurs du projet CIGEO à Bure, la région se meurt.  

Désindustrialisation, dépeuplement, fermeture des services publics et des commerces de proximité, tel est le triste refrain qui peuple désormais notre quotidien. 

L’argent déversé par la filière nucléaire n’enraye pas le déclin. Nous avons de belles façades, des lampadaires d’un rouge clinquant, des trottoirs refaits à neuf mais plus personne pour marcher dessus. 

A Montier sur Saulx, depuis l’arrivée de l’Andra - l’Agence nationale en charge de la gestion des déchets radioactifs -, nous avons perdu une épicerie, deux boucheries, une boulangerie, un bureau de tabac presse, un coiffeur, une trésorerie, une école, un docteur, une fabrique de meubles. La population est passée de 560 à 380 habitants. Que sont devenues les promesses de nos grands élus et de la filière électro nucléaire ? Les ont-ils enfouies à 500 mètres sous terre comme ils voudraient le faire pour leurs déchets hautement radioactifs ? 

Nous ne sommes pas dupes. Nous savons qu’ils nous ont promis la lune pour mieux acheter notre terre.  Aujourd’hui nous nous retrouvons en prise avec une mono-industrie prédatrice qui rase tout sur son chemin. Nos paysages, nos forêts, nos champs, nos vies. 

34 projets nucléaires sont en voie d’implantation sur notre territoire, en Meuse et en Haute Marne. En face, les usines ferment et les villages se vident. Allons-nous devenir un territoire franchisé « Andra », une région poubelle entièrement privatisée par cette filière mortifère ? 

Nous ne voulons pas de cet avenir. Radiés de nos emplois, irradiés par les déchets nucléaires. Nous allons lutter et appelons à la convergence pour défendre notre territoire rural. Les pancartes qui couvrent les fenêtres et les jardins à Montiers-sur-Saulx donnent espoir, comme un sursaut. Ce sont les prémisses d’un territoire en révolte qui ne se laissera pas détruire en silence.  

NON A LA FERMETURE DU COLLEGE ! NON A L'ANDRA ET SON MONDE !

daniel

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.